André Laban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laban.

André Laban est un pionnier de l’équipe Cousteau né à Marseille le et mort le à Saint-Antonin-Noble-Val[1].

Il a embarqué en 1952 en tant qu'ingénieur chimiste à bord de la Calypso.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Laban a travaillé durant plus de vingt ans avec Jacques-Yves Cousteau. Dès 1953, il étudia la fabrication d'un caisson pour contenir une caméra de télévision pour l'émission En direct du fond des mers, en Eurovision.

En 1956, sort en salle Le Monde du silence, film réalisé avec les caméras de cinéma 35 mm dessinées et fabriquées par André Laban, Claude Strada et Armand Davso. Le film reçoit la Palme d’or au Festival de Cannes et en 1957, aux États-Unis, il remporte l'Oscar du meilleur film documentaire.

De 1956 à 1966, il a été directeur de l'Office français de recherches sous-marines, d'où provient, par exemple la soucoupe plongeante SP-350 Denise qu'il pilota.

André Laban s'est ensuite lancé dans le tournage des films de L'Odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau. Il en coréalisera deux[2].

En , il a passé trois semaines à 100 mètres de profondeur dans l'expérience Précontinent 3 au Cap Ferrat. Six hommes y subissent la pression qu’exige cette expérience scientifique menée par l’équipe Cousteau, une première mondiale. Le but de l’expérience était de tester comment l’être humain pouvait vivre et travailler à cette profondeur, dans une eau à 13 °C, en respirant un mélange Hélium-Oxygène (2% O2).

Précontinent 3.

Ayant effectué des plongées hors de l’habitacle, André Laban a éprouvé le besoin de retranscrire ce que l’œil humain percevait. C’est ainsi qu’il se mit à peindre ses tableaux sous l’eau en 1966. Il a commencé ses séances entre 15 et 25 m de fond[3].

Il a remporté en 1996 à Antibes la Palme d’or du Festival mondial de l’image sous-marine pour son film Iris et Oniris.

André Laban a publié La Passion du Bleu[4] ainsi qu'un album de dessins Des lames de fond au fond de l'âme, réédités en 2018. One Man Chauve sorti en 2007 est un clin d'œil aux photographies humoristiques qu'il a réalisées de 1973 à 1983.

Son dernier film Neptunia a remporté le prix de l'humour au Festival d'Antibes 2007. Filmé en Méditerranée, un capitaine malheureux croise sous la mer des personnages insolites.

Il a élaboré en 2010 un Dictionnaire des petits mots logiques. Son dernier ouvrage est intitulé On ne radine pas avec l'humour.

André Laban, peintre sous-marin.

Il a été l'invité de l'émission la galerie France 5 en [5] puis du 20 heures de TF1 « Un homme remarquable » en à l'initiative de l'association Maecene Arts[6] dont il est un des artistes labellisés depuis 2013. Le reportage était consacré à la réalisation d'une toile sous-marine sur la Côte Bleue au large de Marseille. André Laban a fêté ses 50 années de peinture sous-marine au Parc des expositions de Paris en janvier 2015 lors du Salon de la plongée.

Il a effectué sa dernière plongée filmée par la TVE1 en Catalogne à l'Estartit en [7]. À cette occasion ont été réalisées deux toiles sous-marines, un exploit à 87 ans.

Il a été reçu le à Monaco par SAS le Prince Albert II. Il a témoigné le de son aventure avec Jacques-Yves Cousteau au 13 heures de France 2[8].

André Laban a été l’invité du Musée maritime de Barcelone de mai à avec plus de 55 000 entrées. Il a rencontré en Lambert Wilson et Pierre Niney lors de l'avant-première à Marseille du film de Jérôme Salle L'Odyssée.

7 500 visiteurs se sont rendus à l’exposition rétrospective de la vie et de l'œuvre d'André Laban organisée Cour Mably à Bordeaux en par Maecene Arts. Il est décédé le dans son atelier à Saint Antonin Noble Val.

Le catalogue raisonné André Laban Toiles sous-marines et inspirations[9], consacré à ses œuvres et réalisé par Laurent Cadeau, a été présenté à la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde 2018 et enrichi dans l'édition 2019[10].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1], sur leparisien.fr, 11 octobre 2018
  2. « Bnf », sur www.bnf.fr
  3. Maecene Arts, « André LABAN peintre sous marin », (consulté le 1er juin 2016)
  4. Maecene Arts, « La "Passion du Bleu" d'André LABAN », sur www.maecene-arts.com/andré-laban, (consulté le 14 janvier 2018)
  5. Maecene Arts, « André LABAN La galerie France 5 26/01/14 », (consulté le 1er juin 2016)
  6. Maecene Arts, « Making of et reportage de TF1 sur André LABAN », (consulté le 1er juin 2016)
  7. Maecene Arts, « Andre LABAN, la pintura submarina TVE 18 juillet 2015 », (consulté le 1er juin 2016)
  8. Maecene Arts, « 13 h France 2 », (consulté le 1er juin 2016)
  9. « Bnf », sur www.bnf.fr, (consulté le 3 août 2019)
  10. « Bnf », sur www.bnf.fr, (consulté le 8 septembre 2019)
  11. Maecene Arts, « André LABAN Neptunia », (consulté le 1er juin 2016)
  12. Maecene Arts, « André LABAN La légende du bleu », (consulté le 1er juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]