L'Odyssée (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Odyssée (homonymie).
L'Odyssée
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Niney et Lambert Wilson à une avant-première du film.

Réalisation Jérôme Salle
Scénario Jérôme Salle
Laurent Turner
Acteurs principaux
Sociétés de production Curiosa Films
Fidélité Films
Pan-Européenne
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre biographie
Durée 122 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Odyssée est un film biographique français coécrit et réalisé par Jérôme Salle, sorti en 2016.

C'est un portrait de Jacques-Yves Cousteau qui fait aussi une large place à ses relations avec son fils cadet, Philippe Cousteau.

Il est présenté en ouverture au neuvième Festival du film francophone d'Angoulême, en [1].

En 2017, le film reçoit le César du meilleur son.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur de La Calypso, vue d'ensemble hors de l'eau
L'épave renflouée de la Calypso, attendant une hypothétique restauration muséologique

Après avoir quitté la Marine nationale française, Jacques-Yves Cousteau veut se lancer dans l'exploration sous-marine. En 1950, il loue le bateau Calypso à un riche britannique. Le « commandant » part alors aux quatre coins du Monde, avec sa femme Simone et notamment Albert « Bebert » Falco. Ses deux fils, Philippe Cousteau et Jean-Michel Cousteau, restent en pension... Quelques années plus tard, Philippe rejoint finalement l'équipe de son père, qui tourne une série de films documentaires financés par une chaîne de télévision américaine. Philippe étant sensibilisé à l'écologie à laquelle son père est insensible, il se brouille avec lui puis, alors que les affaires de Jacques-Yves périclitent, revient auprès de lui et le sensibilise à la protection des océans et des espèces animales menacées, donnant à la carrière de son père une nouvelle orientation et un nouveau départ.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Jacques-Yves Cousteau en 1972.

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Jérôme Salle est un admirateur du commandant Cousteau depuis son enfance : « J’ai été élevé dans le Sud de la France, mes parents avaient un voilier et nous naviguions dans les endroits où Cousteau a plongé en premier, entre les Embiez, Porquerolles, toutes ces îles du Var. Je garde aussi évidemment le souvenir de ses documentaires à la télé. Dès le départ, ce personnage et son œuvre étaient liés à ma propre vie ». Il a notamment voulu faire ce film en se rendant compte que son fils ne connaissait absolument pas le commandant Cousteau. Jérôme Salle a alors pensé que l'idole de son enfance était en train de tomber dans l'oubli[5] :

« C’était incroyable car pour les gens de ma génération, le commandant Cousteau c’était un peu Jésus Christ, l’un des hommes les plus connus au monde... En discutant autour de moi, j’ai réalisé qu’il était en train de tomber complètement dans l’oubli pour les moins de 20 ans, voire les moins de 30 ans. J’ai donc commencé à regarder ce qui était écrit sur lui. Sur internet, dans les livres, j’ai revu des documentaires et tout cela au final a réveillé une nostalgie d’enfance. Je me suis également aperçu qu’à part le film de Wes Anderson La Vie aquatique, aucun projet de cinéma n’avait jamais abordé ce destin exceptionnel. À partir de là, j’ai tiré comme sur le fil d’une pelote et j’ai vite senti un mystère : on sait très peu de choses sur Jacques-Yves Cousteau. Il maîtrisait parfaitement sa communication en se filmant avec son équipage mais sans jamais rien révéler de son intimité[5]. »

— Jérôme Salle

En 2011, il est confirmé que Jérôme Salle travaille sur un film biographique sur Jacques-Yves Cousteau, adapté du livre Capitaine De La Calypso d'Albert Falco et Yves Paccalet. Le réalisateur projette par ailleurs de faire un film en 3D pour un budget d’environ 30 millions d'euros[2]. Entre temps, Jérôme Salle met en scène le film policier Zulu, qui sort en 2013.

Philippe Cousteau en avril 1975.

Jérôme Salle écrit le scénario avec Laurent Turner. Ils effectuent un important travail de recherche durant le processus d'écriture et rencontrent des personnes ayant connu le commandant. Jérôme Salle raconte : « Nous avons d’abord effectué un immense travail de journaliste plus que de scénariste. Et une fois celui-ci effectué, nous nous sommes attelés à l’écriture. Je crois que c’était un bon scénario — en tout cas il plaisait — mais j’avais une petite frustration de mon côté. Le sentiment d’être un peu trop classique, un peu trop biopic d’une certaine manière. C’est sans doute la rencontre avec les acteurs qui a débloqué les choses. Pierre Niney, avec qui je voulais travailler, m’a conforté dans l’idée d’accorder plus de place au personnage de Philippe Cousteau, l’un des fils du commandant. À ce moment, l’opposition entre lui et son père m’a paru une évidence pour construire l’histoire du film... J’ai donc réécrit une nouvelle version en enlevant au passage une première partie sur la jeunesse de Cousteau, ce qui avait l’avantage de me permettre de proposer le rôle à Lambert Wilson qui m’a dit oui presque immédiatement, heureusement »[2]. Jérôme Salle a notamment rencontré Jan, la veuve de Philippe Cousteau : « Nous avons déjeuné ensemble, elle a commencé à me raconter sa vie, à me parler de son mari décédé alors qu’elle attendait leur second enfant... En l’écoutant parler et en la voyant pleurer près de 40 ans après la mort de son mari, j’ai trouvé son histoire d’amour et de vie tellement belle, que j’ai décidé de donner plus d’importance à Philippe dans le film... Philippe Cousteau est un véritable héros de cinéma, y compris dans son destin tragique. Mais j’ai vraiment rencontré tous les Cousteau ou presque ! Quand je regarde la liste des Cousteau dans mon téléphone, je m’aperçois qu’il y en a plus que les membres de ma propre famille ![5] »

En , une première affiche est dévoilée[6]. Cependant, en décembre 2014, il est annoncé que le projet est mis en pause : « Avec l'accord des producteurs, j'ai décidé au mois de juillet d'arrêter la production. Pas pour des raisons financières, mais parce que je n'étais pas satisfait de ce que j'avais fait. Prendre une telle décision, alors que des millions d'euros étaient déjà sur la table, est une chose très difficile mais beaucoup de films devraient s'en inspirer[7] ».

Le projet est relancé en lorsque le réalisateur confirme les trois acteurs principaux sur Twitter et annonce un tournage prévu courant 2015[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Albert Falco, dit « Bébert », ici en 1975

En 2014, Pierre Niney est confirmé dans le rôle du fils du Commandant, Philippe Cousteau. Il explique alors : « Je jouerai le second rôle face à Adrien Brody qui tiendra le principal, et ce sera un film en langue anglaise à priori »[9]. Quelque temps plus tard, c'est Romain Duris qui est annoncé dans le rôle principal[10]. Finalement, en mars 2015, Lambert Wilson est confirmé dans le rôle principal alors qu'Audrey Tautou jouera sa femme Simone[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage commence en et doit se poursuivre jusqu'au début de 2016. Il se déroule en Méditerranée, en Afrique du Sud, et en Antarctique notamment[8]. La Croatie a servi pour reconstituer la Côte d'Azur des années 1940-1950[5].

« Quand nous nous sommes retrouvés, pour la dernière étape du tournage, sur le pont du bateau qui appareillait pour nous emmener vers l’Antarctique, nous nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre. Ça faisait si longtemps que l’on parlait de L’Odyssée, de ce voyage en Antarctique pour conclure le tournage et finalement on y était, on l’avait fait ! Pierre est un formidable acteur qui possède quelque chose de fort : un vrai sens de la narration, ce que les américains appellent le « storytelling ». Je pense qu’il saura s’en servir quand il passera à la réalisation de longs métrages, ce qui arrivera forcément un jour[5]. »

— Jérôme Salle, à propos de Pierre Niney

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Alexandre Desplat. Jérôme Salle explique leur collaboration : « Je pense, (et je le lui ai dit), que c'est le plus beau thème qu'il m'ait donné. Quand un compositeur vous offre ce genre de musique, c'est un cadeau... Alexandre s'est mis au piano, regardant les images du film, il a trouvé ces notes devant moi. C'était très émouvant. Il a compris ce que je cherchais dans l'humeur comme dans l'émotion. À la fin de l'enregistrement en studio, je lui ai piqué la partition et je l'ai donnée à mes enfants, qui jouent eux aussi du piano, afin qu'ils l'apprennent ! Je dois dire qu'ils ne sont pas encore très au point[12]... »

L'album de la bande originale contient également quelques chansons pop rock et soul entendues dans le film.

Liste des titres[13]
  1. L'Odyssée
  2. Exploration
  3. Autour du globe
  4. L'hydravion
  5. Respirer sous l'eau
  6. Deep Diving
  7. La grotte
  8. Massacre
  9. Preservation
  10. Balais des baleines
  11. Aventuriers père et fils
  12. Antarctica
  13. Terra Incognita
  14. Last Flight
  15. Don't Knock It (interprété par The Delta Rhythm Boys)
  16. Hard To Handle (interprété par Otis Redding)
  17. That's Life (Live at The Apollo Theater) (interprété par James Brown)
  18. No Sugar Tonight (interprété par The Guess Who)
  19. California Dreamin' (interprété par The Mamas and the Papas)
  20. It's OK (interprété par Tom Rosenthal)

Accueil[modifier | modifier le code]

Festivals et sorties[modifier | modifier le code]

Lambert Wilson, Pierre Niney et le réalisateur Jérôme Salle à une avant-première.

L'Odyssée est présenté en ouverture au neuvième Festival du film francophone d'Angoulême, le [1], puis en clôture du 64e Festival international du film de Saint-Sébastien, le [3].

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 206 547 entrées[14] 11

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Brigitte Baronnet, « L'Odyssée en ouverture ! La sélection dévoilée », sur Allociné,‎ (consulté le 21 août 2016).
  2. a, b et c « Le commandant Cousteau vu par Jérôme Salle », sur Allociné,‎ (consulté le 27 septembre 2015)
  3. a et b (en) « The world premiere of L’Odyssée / The Odyssey to close the 64th edition of the San Sebastian Festival », sur Festival international du film de Saint-Sébastien,‎ (consulté le 21 août 2016).
  4. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  5. a, b, c, d et e Secrets de tournage - Allociné
  6. « L'Odyssée : l'affiche du biopic sur le Commandant Cousteau signé Jérôme Salle », sur Allociné,‎ (consulté le 27 septembre 2015)
  7. « L'Odyssée : le biopic de Cousteau reporté… mais pas coulé [EXCLU] », sur Allociné,‎ (consulté le 27 septembre 2015)
  8. a, b et c « L'Odyssée : Lambert Wilson sera le Commandant Cousteau », sur Allociné,‎ (consulté le 27 septembre 2015).
  9. « L'Odyssée : Pierre Niney face à Romain Duris ? [MISE A JOUR] », sur Allociné,‎ (consulté le 27 septembre 2015)
  10. « Romain Duris en commandant Cousteau au cinéma : j'ai travaillé avec JYC sur la Calypso... », sur L'Obs,‎ (consulté le 27 septembre 2015)
  11. « L'Odyssée », sur Fnac (consulté le 23 décembre 2016)
  12. « L'Odysséee (2016) », sur Cinezik (consulté le 16 octobre 2016).
  13. (en) « Alexandre Desplat - L'Odyssée », sur Discogs (consulté le 23 décembre 2016)
  14. « L'Odyssée », sur jpbox-office (consulté le 29 décembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]