Amyclas fils de Lacédémon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amyclas.

Dans la mythologie grecque, Amyclas (en grec ancien Αμύκλας / Amúklas) est un roi de Laconie, fils de Lacédémon et de Sparta, une fille d'Eurotas.

Il a une sœur, Eurydice. Il épouse Diomédé, fille de Lapithès, qui lui donne deux fils, Cynortas et Hyacinthe[1]. D’autres y ajoutent un fils aîné, Argalos[2], ainsi que Leucippe[3]. On lui connaît également plusieurs filles : Laodamie/Léanire, qui épouse Arcas l’éponyme de l’Arcadie[4] ; Daphné/Pasiphaé, aimée d'Apollon[5] ; Hégésandra, qui épouse Argée[6] ; et peut-être Polybée, présentée comme une sœur d’Hyacinthe[7].

Amyclas passe pour le fondateur et éponyme de la ville d'Amyclées en Laconie[8]. Un témoignage tardif prétend qu’il fut aimé d’Apollon[9].

À sa mort, le trône échoit à son fils Argalos, puis à son second fils Cynortas[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], III, 10, 3 ; ce dernier passe également tantôt pour le fils d’Œbale (petit-fils d’Amyclas), tantôt pour celui de Piéros.
  2. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 18, 5 et III, 1, 3 ; Dictys de Crète, Éphéméride de la guerre de Troie [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9.
  3. Aristide de Milet, cité dans les scholies à Pindare, Pythiques, III, 14 ; Apollodore (III, 10, 3) fait de ce dernier un fils de Périérès, fils de Cynortas, lui-même fils d’Amyclas.
  4. Apollodore, III, 9, 1 ; Pausanias, X, 9, 5.
  5. D'après Phylarque, cité par Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne] (Agis, 9) et Parthénios de Nicée, Passions amoureuses [détail des éditions] [lire en ligne] (XV).
  6. Scholie à l’Odyssée, IV, 10 et 22.
  7. Pausanias, III, 19, 4.
  8. Pausanias, III, 1, 3 ; Étienne de Byzance, Ethniques [détail des éditions], s.v. Αμύκλαι.
  9. Pseudo-Clément de Rome, Homélie, V, 15.
  10. Pausanias, III, 1, 3.