Amadou Koufa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amadou Koufa
Nom de naissance Amadou Diallo
Naissance 1961
Saraféré (en) (Mali)
Origine Malien, Peul
Allégeance ShababFlag.svg Ansar Dine (2012-2017)
ShababFlag.svg Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (depuis 2017)
Grade Émir
Commandement Katiba Macina
Conflits Guerre du Mali
Faits d'armes Bataille de Konna
Attaque de Dioura

Amadou Koufa, nom de guerre d'Amadou Diallo, né vers 1961 à Saraféré (en), est un djihadiste malien. Issu du peuple peul, il est pendant la guerre du Mali le chef de la Katiba Macina, un groupe affilié à Ansar Dine, puis au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prédicateur dans le centre du Mali[modifier | modifier le code]

Né vers 1961[1], Amadou Diallo est un Peul originaire du village de Koufa, à Saraféré (en), dans le cercle de Niafunké, dans la région de Tombouctou, au Mali[2],[3],[4]. Issu d'une famille pauvre,il est le fils d'un imam[1]. Il prend son surnom en référence à son village natal[4]. Pendant plusieurs années, il mène une formation islamique dans le Cercle de Bankass, puis dans le Delta intérieur du Niger[1]. Il devient prêcheur et voyage dans plusieurs pays et notamment au Pakistan et en Mauritanie[2].

Au Mali, il réclame l'instauration d'une république islamique et acquiert une forte popularité dans le centre du pays[5],[1]. Selon l'anthropologue malien Boukary Sangaré : « Lui et les autres islamistes de la région parlent de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts. Il y a dans ce combat une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles quasi féodales »[5]. Selon un rapport de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) et l'Association malienne des Droits de l’Homme (ADMH) : « Il a très vite acquis une certaine notoriété chez les jeunes Peuls. Dans les années 1990-2000, les enregistrements de ses prêches s’arrachent. [...] S'il séduit les jeunes, c’est aussi parce que ses prêches et ses poèmes, qu’il déclame à la radio, sont autant de remises en cause du système. Koufa dénonce l’hypocrisie des « aristocrates » et des familles maraboutiques. Il critique la mendicité des talibés qui servent à enrichir les marabouts. Il pointe du doigt les voleurs ou les femmes légèrement vêtues. Il célèbre les bergers. Plus globalement, il dénonce – sans employer ces termes – l’absence d’ascenseur social »[1].

Dans les années 1990, Amadou Koufa se rapproche de la secte Dawa, tout comme Iyad Ag Ghali, avec lequel il se lie dans les années 2000[2],[6].

Ralliement aux groupes djihadistes maliens[modifier | modifier le code]

En 2012, lorsque débute de la guerre du Mali, Koufa se joint à Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghali[2],[7],[1]. Après la conquête du nord du Mali par les djihadistes, Amadou Koufa est vu à Tombouctou[6]. Entre juillet et , il y reçoit sa seule formation militaire[6]. Il négocie aussi avec les autorités maliennes la libération des soldats faits prisonniers à Kidal et Tessalit[1]. En , il participe à la bataille de Konna[7],[8],[1]. Il devait être désigné émir de Konna, mais l'offensive des djihadistes est cette fois repoussée après l'intervention de l'armée française et le début de l'Opération Serval[6].

Amadou Koufa regagne ensuite le centre du Mali et début 2015 il fonde la katiba Macina, active dans la région de Mopti et la région de Ségou[3]. Koufa demeure cependant moins un chef militaire qu'un guide spirituel pour les djihadistes[6].

Dans un message audio diffusé en 2016, Amadou Koufa appelle à ne pas s'en prendre aux médecins, aux enseignants, ou aux chrétiens, mais à cibler la France, la MINUSMA et l'armée malienne[1].

Amadou Koufa apparaît aux côtés d'Iyad Ag Ghali, de Djamel Okacha, d'Abou Hassan al-Ansari et d'Abou Abderrahman El Senhadji, dans une vidéo publiée le qui marque l'unification de plusieurs groupes djihadistes et la formation du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans[9],[10].

Fin , alors que certains responsables politiques maliens sollicitent l'ouverture de négociations avec les djihadistes, Amadou Koufa envoie deux émissaires rencontrer le professeur Alioune Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale et figure emblématique de la communauté peule ; il pose trois conditions : le départ de l'armée française, le départ de la MINUSMA et qu'Alioune Nouhoum Diallo soit son interlocuteur[11],[12].

Le , Amadou Koufa apparaît dans une nouvelle vidéo aux côtés d'Iyad Ag Ghali et de Djamel Okacha, dans laquelle il appelle les Peuls à l'insurrection dans les sept pays d'Afrique où ils sont présents : « J’en appelle aux Peuls où qu’ils se trouvent : au Sénégal, au Mali, au Niger, en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso, au Nigeria, au Ghana et au Cameroun »[13],[14],[15].

Le , Amadou Koufa mène l'attaque de Dioura selon le communiqué de revendication du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans[16].

Controverses sur l'annonce de sa mort en 2018[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 22 au , après plusieurs mois de préparation, les forces françaises mènent une attaque contre un camp du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans près de Farimaké[17]. Le , l'armée française annonce qu'une trentaine de terroristes ont été mis hors de combat, dont « probablement » Amadou Koufa[18].

Le , le ministère malien de la Défense confirme la mort de Koufa[17],[19],[20]. Selon l'armée malienne, Koufa est grièvement blessé lors de l'attaque et succombe quelques heures plus tard dans la forêt de Wagadou, après avoir été transporté à une dizaine de kilomètres des lieux du combat[17],[19]. Soumeylou Boubèye Maïga, le Premier ministre malien, déclare cependant le que son corps n'est pas aux mains des autorités maliennes[6]. Le , la ministre française des Armées, Florence Parly, confirme à son tour la mort de Koufa[21],[22].

Le cependant, Abdelmalek Droukdel, le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dément la mort d'Amadou Koufa et affirme qu'il n'est ni tué, ni blessé et qu'il n'était pas présent sur les lieux au moment de l'opération française[23],[24].

Le , Amadou Koufa apparaît dans une vidéo réalisée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans et dément l'annonce de sa mort[25],[26],[27],[28]. Le , après analyse de la vidéo, l'état-major français reconnait qu'il est « vraisemblable » qu'Amadou Koufa soit toujours en vie[29].

Un agent infiltré, qui avait permis de localiser Amadou Koufa, est exécuté par les djihadistes[30].

Conflit avec l'État islamique à partir de 2020[modifier | modifier le code]

Fin 2019, la défection de combattant de la katiba Macina en faveur de l'État islamique dans le Grand Sahara provoque des tensions entre les deux groupes[31],[32]. Début 2020, une guerre ouverte éclate entre le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans et l'État islamique, de violents combats ont lieu dans la région de Mopti[31]. Le 7 mai, Al-Naba, le magazine de propagande de l'État islamique, qualifie Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa d'« apostats » et les accuse de trahison pour avoir accepté l'ouverture de négociations avec le gouvernement du Mali[31].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i FIDH et AMDH, Centre Mali : les populations prises au piège du terrorisme et du contre-terrorisme, 20 novembre 2018, p. 26-30.
  2. a b c et d « Mali: qui est Amadou Koufa, ce prêcheur radical qui inquiète? », RFI, (consulté le 15 septembre 2019)
  3. a et b Rémi Carayol, « Mali : Keïta et Koufa, l’inquiétant duo terroriste du Sud », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 15 septembre 2019)
  4. a et b « Mali : Comment la Dawa à l’origine très modérée a basculé vers le radicalisme au Mali : – Iyad Ag Ghaly , figure emblématique de la secte et Amadou Koufa son représentant dans la région de Mopti », Mali Actu, 21 aoüt 2015 (consulté le 15 septembre 2019)
  5. a et b Christophe Châtelot, « Après le nord, le centre du Mali menace à son tour de s’enflammer », Le Monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  6. a b c d e et f Cyril Bensimon, « Mali : la mort d’Amadou Koufa, un coup dur pour les djihadistes au Sahel », Le Monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  7. a et b Modibo Fofana, « Amadou Koufa, suspect numéro 1 ou 2 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Journal du Mali,
  8. Thierry Oberlé, « Cinq ans après l'opération Serval, al-Qaida gangrène le Mali », Le Figaro, (consulté le 15 septembre 2019)
  9. Jules Crétois, « Fusion de groupes jihadistes au Sahel, sous la bannière d’Al-Qaïda », Jeune Afrique, (consulté le 15 septembre 2019)
  10. Mohamed Fall Oumère, « De la naissance d’un nouveau « djihadistan » au Sahel », sur Le Monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  11. Seidik Abba, « Au Mali, le djihadiste Amadou Koufa pose trois conditions pour négocier avec le pouvoir », Le Monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  12. Seidik Abba, « Alioune Nouhoum Diallo, le patriarche malien qui veut raisonner le djihadiste Amadou Koufa », Le Monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  13. « Mali: trois chefs jihadistes ensemble dans une vidéo de propagande », RFI,
  14. France 24, « Décryptage : Al-Qaïda appelle les Peuls au jihad » (consulté le 15 septembre 2019)
  15. Charlotte Bozonnet et Nathalie Guibert,, « Un important chef djihadiste « probablement » tué par l’armée française au Mali », Le Monde,
  16. « Mali: le groupe jihadiste GSIM revendique l’attaque contre l’armée », RFI,
  17. a b et c AFP, « La mort du chef jihadiste Koufa, un succès dans la lutte "anti-terroriste" au Mali », L'Express,
  18. « Barkhane : opération contre un groupe terroriste de la katiba Massina », sur Ministère des Armées,
  19. a et b « Mali: l’armée confirme la mort du chef jihadiste Hamadoun Kouffa », RFI,
  20. AFP, « Le Mali confirme que le chef jihadiste Amadou Koufa a « probablement » été tué lors d’un raid mené avec la France », Jeune Afrique,
  21. https://reuters.com/article/topNews/idFRKCN1NX24T-OFRTP
  22. « Mali: la ministre française des Armées confirme la mort du chef jihadiste Kouffa », RFI,
  23. AFP, « Mali : Aqmi dément la mort d’Amadou Koufa, le chef jihadiste malien », Jeune Afrique,
  24. « Mali: Aqmi dément la mort du chef jihadiste Hamadoun Kouffa », RFI,
  25. [vidéo] « EXCLUSIF - Mali : Amadou Koufa est toujours en vie, selon une vidéo obtenue par France 24 », sur France 24,
  26. AFP, « Amadou Koufa, chef djihadiste peul, dément sa mort », Le Monde,
  27. Olivier Fourt, « Mali: Amadou Koufa réapparait dans une vidéo de propagande », RFI,
  28. Baba Ahmed, « Mali : annoncé mort, le chef jihadiste Amadou Koufa apparaît dans une vidéo de propagande », Jeune Afrique,
  29. AFP, « Mali : « vraisemblable » que le chef jihadiste Amadou Koufa soit encore en vie, selon l’état-major français », sur jeuneafrique.com,
  30. « Mali : l’agent infiltré qui avait permis de localiser Amadou Koufa a été exécuté », Jeune Afrique,
  31. a b et c Cyril Bensimon, Le Sahel, nouveau champ de bataille de la guerre entre Al-Qaida et l’organisation Etat islamique, Le Monde, 28 juin 2020.
  32. Wassim Nasr, Sahel : la fin de l’exception entre Al-Qaïda et l'organisation État islamique, France 24, 4 juin 2020.