Amédée Grab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amédée Grab
Image illustrative de l’article Amédée Grab
Amédée Grab en 2011.
Biographie
Nom de naissance Amédée Antoine-Marie Grab
Naissance
à Zurich
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès (à 89 ans)
à Roveredo
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
l'évêque Pierre Mamie
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Coire
Évêque de Coire
Évêque de Lausanne, Genève et Fribourg
Évêque titulaire de Cene
Évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg
Autres fonctions
Fonction religieuse

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason à dessiner.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Amédée Grab (né Antoine-Marie) est un évêque suisse, originaire de Schwyz, né le à Zurich[1] et mort le [2] à Roveredo[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée Grab passe son enfance dans le quartier des Grottes à Genève avec ses trois frères. Sa mère, Germaine, est sténographe au Bureau international du travail et son père, Joseph, comptable. Très jeune, il désire devenir prêtre et, vers onze ans, entre à l'école Saint-Louis de Genève. En 1947, il quitte sa famille pour l'abbaye d'Einsiedeln où il passe son baccalauréat en allemand en 1949. Un an plus tard, il entre dans l'ordre des bénédictins et prend le nom d'Amédée. Après des études de théologie et de philosophie, il est ordonné prêtre en 1954. Dès lors, il enseigne au collège de l'abbaye puis de 1958 à 1978, au Collegio Papio à Ascona (Tessin)[4]. Jusqu'en 1983, il enseigne à nouveau au collège de l'abbaye d'Einsiedeln.

De 1983 à 1987, il est nommé à Fribourg secrétaire de la conférence des évêques suisses (CES), puis évêque auxiliaire à Genève (), nomination qui suscite des protestations dans la Rome protestante[5]. Sa fonction consiste, entre autres, à être le lien entre l'évêque du diocèse (Lausanne, Genève et Fribourg) et le Conseil exécutif ou, pour Genève, le conseil pastoral de l'évêque. En 1995, il est nommé évêque du diocèse en remplacement de Mgr Pierre Mamie atteint par la limite d'âge. Mgr Pierre Farine le remplace comme évêque auxiliaire de Genève.

Amédée Grab en 2006.

En 1998, il succède à Mgr Henri Salina (de), ancien abbé de l'abbaye de Saint-Maurice, à la tête de la conférence des évêques suisses[6]. À la fin de 2006, il quitte la présidence de la conférence des évêques suisses, au terme de la 3e période, c'est pourquoi il reste évêque de Coire jusqu'à 77 ans.

À la suite de problèmes entre l'évêque de Coire, Mgr Wolfgang Haas, et ses diocésains, en particulier ceux de Zurich, Mgr Grab est nommé évêque de ce diocèse en 1998[7].

À 75 ans, comme le veut le droit canon catholique de 1983, Mgr Grab présente sa démission, qui ne sera acceptée que deux ans plus tard, et après une demi-année en administrateur apostolique, il quitte ses fonctions après neuf ans à la tête du diocèse. Il sacre évêque son successeur Mgr Vitus Huonder, à Einsiedeln le 8 et lui remet la charge du diocèse dans la chapelle épiscopale, le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Suisse, 7 février 1988.
  2. « Amédée Grab, le pacificateur », sur cath.ch, (consulté le ).
  3. (ats/nxp), « L'ancien évêque Amédée Grab est décédé », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Coopération, 16 avril 1987.
  5. La Liberté, 4 avril 1987.
  6. Tribune de Genève, 5 décembre 1997.
  7. Voir la section Religion de l'article Liechtenstein à propos de Mgr Haas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]