Schwytz (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schwytz.
Schwytz
(de) Schwyz
Schwytz (ville)
Blason de Schwytz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Schwytz Schwytz
District Schwytz
NPA 6423 Seewen
6430 Schwytz
6432 Rickenbach
6438 Ibach
N° OFS 1372
Démographie
Population
permanente
14 885 hab. (31 décembre 2016)
Densité 280 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 14″ nord, 8° 39′ 30″ est
Altitude 942 m
Min. 443 m
Max. 1 850 m
Superficie 53,25 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Schwytz
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Schwytz

Voir sur la carte administrative du Canton de Schwytz
City locator 14.svg
Schwytz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Schwytz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Schwytz
Liens
Site web www.gemeindeschwyz.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Schwytz (Schwyz en allemand) est une commune suisse, capitale du canton de Schwytz qui a donné son nom à ce dernier.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme de Schwytz serait apparu en 972, pour désigner du nom de suittes les populations vivant dans la région ; ce nom viendrait du vieux haut-allemand suedan signifiant « brûler », rappelant ainsi que les habitants défrichaient les forêts avoisinantes en les brûlant afin de construire ou de cultiver les terrains[3]. Le chef-lieu de la commune et du canton est appelé Flecken Schwytz ce qui veut dire « bourgade de Schwytz », car Schwytz n'avait pas le droit de ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Schwytz mesure 53,25 km2[2].

Schwytz se situe à 516 mètres d’altitude (place principale), au pied des deux Mythen (Grand-Mythen, 1 899 m et Petit-Mythen, 1 811 m), entre le lac de Lauerz et le lac des Quatre-Cantons.

La commune de Schwytz comprend les localités de Schwytz, Rickenbach, Ibach et Seewen. Elle est située dans le district de Schwytz. Contrairement à la bourgade Schwytz, les autres localités sont appelées filiales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier document faisant mention du village date de 972. Cependant, une église mérovingienne existait déjà à cet endroit au VIIIe siècle. Des tombes alamanes encore plus anciennes ont également été mises au jour.

Les familles aristocratiques von Weber, ab Yberg, Ceberg et von Reding ont laissé une empreinte.

En 1800, bataille de Schwitz qui voit la victoire des troupes Françaises sur celle des Austro-Russe

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Schwytz compte 14 885 habitants fin 2016[1]. Sa densité de population atteint 279,5 hab./km2.

Le graphique suivant illustre l'évolution de la population de Schwytz entre 1850 et 2008[4] :

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Oscar Camenzind, coureur cycliste
  • Alois Fuchs, prêtre
  • Corinne Imlig, skieuse
  • Meinrad Inglin, écrivain
  • Xavier Koller, cinéaste
  • Gertrud Leutenegger, écrivain
  • Charles Christophe Reding de Biberegg (1760-1817), général servant dans les armées du 1er Empire.
  • Alois von Reding, militaire et politicien
  • Hermann Ferdinand Schell, écrivain
  • Graziella Contratto, chef d'orchestre
  • Marco Truttmann, joueur professionnel de hockey sur glace au HC Bienne.

Musées[modifier | modifier le code]

  • On trouve à Schwytz les premières archives de la Confédération ainsi que le pacte de 1291
  • Forum de l'histoire suisse

Industrie[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Pacte fédéral[5] ;
  • La place principale, l’une des plus belles places baroques de Suisse ;
  • L'église Saint-Martin ;
  • Le Kerchel (ossuaire) ;
  • La chapelle Büeler ;
  • Le prieuré im Loo ;
  • Le couvent des Capucins ;
  • Le couvent des Dominicaines ;
  • L'hôtel de ville ;
  • La maison Reding.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 5 septembre 2017).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Room, Adrian. Placenames of the World. London: MacFarland and Co., Inc., 1997.
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  5. « Musée des chartes fédérales » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.