La Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suisse (homonymie).

La Suisse
Image illustrative de l’article La Suisse

Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue français, allemand, italien, romanche
Périodicité quotidienne
Format berlinois
Genre généraliste
Diffusion 58 000 ex. (1994)
Fondateur Paul Pictet
Date de fondation 1er mai 1898
Date du dernier numéro 31 mars 1994
Ville d’édition Genève

Propriétaire Sonor SA

La Suisse était un quotidien suisse qui a paru à Genève de mai 1898 à mars 1994.

Organe politique puis indépendant, le quotidien a été à son apogée le journal représentant le plus fort tirage de Suisse romande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er mai 1898 sort de presse le premier numéro. Lancé par Paul Pictet, correspondant du Journal de Genève à Berne, le quotidien est d’abord l'organe du Parti libéral suisse et démocratique genevois. Il rompt ses attaches politiques en 1903 pour devenir un titre indépendant.

Sa première édition spéciale paraît le 11 septembre 1898, à l'occasion de l'assassinat de l'impératrice Élisabeth d'Autriche sur le quai du Mont-Blanc à Genève. Pendant la Première Guerre mondiale, le journal publie plus de 100 éditions spéciales. "La Suisse" est doté d'une édition dominicale depuis 1913.

En 1939, en raison des difficultés financières liées à la Seconde Guerre mondiale, un accord est conclu entre La Suisse et la Tribune de Genève pour faire de la première un journal du matin et de la seconde un journal du soir. Après la Guerre, le tirage double passant de 37 000 exemplaires en 1958 à 68 000 exemplaires en 1984. Seul quotidien à paraître le dimanche à Genève, l'édition dominicale atteint même 100 000 exemplaires en février 1962.

Rédacteur en chef de 1941 à 1975, Marc Chenevière a marqué le quotidien en développant considérablement le réseau de correspondants. C'est sous sa houlette que le journal aura été pendant un certain temps le plus grand tirage de Suisse romande.

Cependant, en 1988, la Tribune de Genève rompt l'accord et devient également un journal du matin. La concurrence entre les deux titres devient alors très forte, poussant les propriétaires de La Suisse a des investissements dans de nouvelles technologies (tel que le Minitel par exemple, qui ne percera jamais en Suisse), acculant le titre à la faillite et provoquant sa disparition le .

En 1994, le tirage de La Suisse était redescendu à quelque 58 000 exemplaires en semaine. Il était alors inférieur à celui du quotidien vaudois 24 heures, qui atteignait 95 000 exemplaires.

Sonor SA, la société qui éditait La Suisse, publia également le bihebdomadaire La Semaine sportive, l’hebdomadaire La Gazette de Moutier et le mensuel Le Temps stratégique. Elle a aussi été l'une des premières entreprises de presse suisse à se lancer dans les médias électroniques[réf. nécessaire].

Plumes célèbres[modifier | modifier le code]

  • Claude Richoz, auteur des Raccourcis, courtes réflexions quotidiennes, rédacteur en chef de ce journal.
  • Jack Rollan, auteur du Bonjour, une chronique humoristique quotidienne
  • Raoul Riesen, auteur du Renquilleur, une satire quotidienne
  • Serge Lang, journaliste sportif, envoyé spécial pour le ski et le cyclisme, fondateur de la Coupe du Monde en 1966.
  • André Marcel, journaliste, chroniqueur judiciaire, écrivain, auteur de la chronique quotidienne "Au jour le jour" à la une.

Sources[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Quotidiens conservés ou consultables dans les bibliothèques patrimoniales de RERO (page 3)