Pierre Mamie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Mamie
Biographie
Naissance
à La Chaux-de-Fonds
Ordination sacerdotale
Décès
à Villars-sur-Glâne
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
le cardinal Charles Journet
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Lausanne, Genève et Fribourg
Évêque de Lausanne, Genève et Fribourg
Évêque titulaire d'Otriculum

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason à dessiner.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre Mamie, évêque suisse, originaire de Bonfol (Jura), né le à La Chaux-de-Fonds, mort le à Villars-sur-Glâne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Maria et Louis Numa[1], ordonné prêtre en 1946 après des études au Collège Saint-Michel et au séminaire de Fribourg, il travaille d'abord comme vicaire à Lausanne puis comme aumônier à l'université de Lausanne. Il étudie les sciences bibliques[2] à Rome de 1955 à 1960 puis à Jérusalem. Il accompagne le cardinal Charles Journet au concile Vatican II en 1965. Mgr Mamie dirigera d'ailleurs la publication de la correspondance du cardinal Journet avec le philosophe Jacques Maritain.

Évêque auxiliaire en juillet 1968, il succède à Mgr François Charrière comme évêque de Lausanne, Genève et Fribourg en 1970 et le reste pendant 25 ans.

  • En 1971, le Saint-Siège nomme Mgr Gabriel Bullet pour le seconder comme évêque auxiliaire. Il exercera la charge de vicaire épiscopal pour le canton de Vaud de 1987 à 1994.
  • Le 6 mai 1975, il prend la décision de faire fermer le séminaire de la Fraternité Saint-Pie X, alors dirigé par Mgr Marcel Lefèvre et incardiné dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.
  • À deux reprises (1977-1979 et 1992-94), il préside la conférence épiscopale suisse.
  • En 1987, le Saint-Siège nomme Mgr Amédée Grab pour le seconder comme évêque auxiliaire à Genève, ce qui ne va pas sans quelque émotion du côté de la Rome protestante[3].
  • En 1995, la ville de Fribourg lui octroie la bourgeoisie d'honneur[4].

Mgr Pierre Mamie fut remplacé à la tête du diocèse par Mgr Amédée Grab puis en 1999 par Mgr Bernard Genoud[5]. Il se consacra alors à la poursuite de l'édition de la correspondance Journet-Maritain.

Il fut l'ami de l'écrivain Frédéric Dard (alias San-Antonio) avec lequel il écrivit un livre d'entretiens, "D'homme à homme", publié en 1984.

Il s'opposa aux exportations d'armes par la Suisse et soutint l'aide au tiers-monde. Ses obsèques ont été célébrées en présence de l'ancien président de la Confédération Joseph Deiss.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D'homme à homme, Éditions Favre, 1984
  • En l'honneur de Marie, homélies 1968-1988, Éditions Saint-Paul Fribourg-Paris, 1988
  • Correspondance Journet-Maritain, Éditions Saint-Augustin, divers Tomes
  • Erika, récits de rencontres, Éditions Saint-Augustin, 1999

Références[modifier | modifier le code]

  • Articles de la presse suisse parus à la suite de son décès en 2008
  1. Le Temps 28.03.1998
  2. La Liberté, 04.03.1995
  3. La Liberté, 04.04.1987
  4. Le Matin 11.03.1995
  5. Historique du Diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg

Liens externes[modifier | modifier le code]