Ali Daei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Daei
Ali Daei 2016.jpg
Ali Daei en 2016
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Iran Saba Qom (entraîneur)
Biographie
Nationalité Drapeau : Iran Iranien
Naissance (47 ans)
Lieu Ardabil (Iran)
Taille 1,92 m (6 4)
Période pro. 1990 - 2007
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1983-1988 Drapeau : Iran Esteghlal Ardabil
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1988-1989 Drapeau : Iran Esteghlal Ardabil 00? 00(?)
1989-1990 Drapeau : Iran Taxirani 020 0(14)
1990-1994 Drapeau : Iran Bank Tejarat 00? 00(?)
1994-1996 Drapeau : Iran Persépolis 044 0(30)
1996-1997 Drapeau : Qatar Al-Sadd 018 0(10)
1997-1998 Drapeau : Allemagne Arminia Bielefeld 026 00(7)
1998-1999 Drapeau : Allemagne Bayern Munich 031 00(6)
1999-2002 Drapeau : Allemagne Hertha Berlin 085 0(12)
2002-2003 Drapeau : Émirats arabes unis Al-Shabab 025 0(11)
2003-2004 Drapeau : Iran Persépolis 026 0(16)
2004-2006 Drapeau : Iran Saba Battery 065 0(35)
2006-2007 Drapeau : Iran Saipa Karaj 027 0(10)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1993-2006 Drapeau : Iran Iran 149 (109)
2002 Drapeau : Iran Iran Olympique 003 00(3)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2006-2008 Drapeau : Iran Saipa Karaj
2008-2009 Drapeau : Iran Iran[1]
2009-2011 Drapeau : Iran Persépolis
2011-2013 Drapeau : Iran Rah Ahan
2013-2014 Drapeau : Iran Persépolis
2015- Drapeau : Iran Saba Qom
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Ali Daei (en persan : علی دایی, Ali Dāi), né le 21 mars 1969 à Ardabil (Iran), est un footballeur international iranien, devenu entraineur.

Ali Daei évoluait au poste d'attaquant. Il est entré dans l'histoire du football masculin en tant que premier joueur à avoir franchi la barre des 100 buts inscrits en sélection nationale, un cap atteint en novembre 2004. Il devance notamment le Hongrois Puskás (84 buts) et le Brésilien Pelé (77).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts locaux (avant 1997)[modifier | modifier le code]

Ali grandi en Iran, dans la province d'Azerbaïdjan, la plus froide du pays. Les hivers flirtent durant quatre mois avec les moins 30 degrés. Mais l'été et durant les vacances scolaires, Ali joue au football dans la rue ou sur un terrain vague en compagnie de ses quatre frères, oncles et cousins. Sa passion agace Abolfazi, son père, qui lui interdit de jouer durant l'année scolaire jusqu'à sa sortie du lycée. Difficile pour lui, car Ali aime le sport dont le basket-ball et surtout le football. Aidé par sa mère Aminameh, il ruse et joue en cachette. Avec ses frère et amis, il dispute quand même des matchs amicaux pour le plaisir avec une équipe de quartier, Esteghlal Ardabil. Le reste du temps, Ali s'affirme comme un élève studieux et appliqué. En 1988, il fait la fierté de son père en étant admis à la faculté de Téhéran, à 700 km d'Ardabil, pour y étudier la métallurgie[2].

Dans la capitale, Ali intègre l'équipe de football de l'Université et, là aussi, joue les premiers rôles. Il s'impose par son physique et est efficace devant le but. En 1990, son diplôme en poche, il débute au poste de milieu de terrain en deuxième division iranienne avec Taxirani. Une pluie de buts (quatorze) et un titre de meilleur buteur plus tard, il signe à Tejadet Bank, club de D1 locale, où il joue deux ans au poste d'attaquant. En 1994 et 1995, Daei gagne tout sous le maillot de Pirouzi, le plus grand club du pays. Deux fois champion, deux fois vainqueur de la Coupe d'Iran et deux fois meilleur buteur, il est au sommet de son art[2].

En 1996, alors qu'il s'offre une escapade au Qatar sous les couleurs d'Al Sadd, Ali Daei réalise des exploits avec sa sélection et est convoité par de grands clubs européens. Le PSV Eindhoven, Birmingham City, Fenerbahçe et plusieurs clubs allemands sont sur les rangs[2].

Premier Iranien en Europe (1997-2002)[modifier | modifier le code]

C'est l'Arminia Bielefeld qui rafle la mise. Daei devient le premier joueur iranien à obtenir un visa pour l'Europe. En juillet 1997, l'attaquant iranien débarque en Allemagne et découvre la rigueur de la Bundesliga. Il accepte la discipline allemande et apporte sa technique orientale. Mais malgré ses sept buts marqués en 26 matchs, il ne peut empêcher la relégation en D2. Il rebondit au Bayern Munich. En Bavière, il doit se contenter d'une place sur le banc de touche. Agacé, il tire sa révérence un an après son arrivée laissant derrière lui vingt-trois apparitions dont onze comme remplaçant, six buts et un titre de champion d'Allemagne en 1998-1999[2].

Pour sept million de mark (24,5 MF), Ali Daei rejoint le Hertha Berlin où il retrouve une place de titulaire. À Berlin, l'Iranien fait l'unanimité avec un des meilleurs jeux de tête du championnat[2].

Retour et fin en Arabie (2002-2007)[modifier | modifier le code]

En équipe nationale (1993-2006)[modifier | modifier le code]

En juin 1993, au Stade Azadi de Téhéran et devant 85 000 spectateurs, il fait ses débuts avec l'équipe nationale contre Oman dans la course aux éliminatoires pour la Coupe du monde 1994. À vingt minutes de la fin, il remplace Marfavari et place une tête sur la barre transversale du but adverse[2]. Il est le meilleur buteur du tour final des qualifications asiatiques pour la Coupe du monde 1994.

En 1996, alors qu'il s'offre une escapade au Qatar sous les couleurs d'Al Sadd, Ali Daei réalise la meilleure performance mondiale en inscrivant vingt-deux buts en quinze matchs avec sa sélection dont deux quadruplés face au Népal et la Corée du Sud[3] et un quintuplé contre le Sri Lanka[2]. Sa performance en quart-de-finale de la Coupe d'Asie 1996 contre les Coréens lui permet de terminer meilleur buteur de la compétition (huit buts).

Il tient un rôle important dans la qualification de sa sélection à la Coupe du monde 1998, alors qu'il commence une carrière en Allemagne. Il est en 1999 élu Footballeur asiatique de l'année. En novembre 2003, il inscrit lors d'un match qualificatif pour la Coupe d'Asie contre le Liban son 85e but avec la sélection, dépassant ainsi le record du Hongrois Ferenc Puskás[4]. Un an plus tard, il dépasse la barre des cent buts après un quadruplé contre le Laos. Devenu capitaine de la sélection, il poursuit sa carrière internationale jusqu'à la Coupe du monde 2006, qu'il attaque à 37 ans comme titulaire. Il reste le capitaine pendant le tournoi, prenant dans cette charge la suite du milieu de terrain Ali Parvin en 1978 et du gardien de but Ahmad Reza Abedzadeh en 1998. Le parcours décevant de l'Iran lui vaut cependant d'être la cible des critiques des médias[5]. Il prend sa retraite internationale après la compétition.

Reconversion : entraîneur (depuis 2006)[modifier | modifier le code]

Après la démission prématurée de l'allemand Werner Lorant au poste d’entraîneur de Saipa Karaj, Ali Daei décide de jouer et diriger l'équipe en même temps. Cela porte ses fruits puisqu'il remporte la même année le championnat.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Record de sélections en équipe d'Iran de football : 149
  • Meilleur buteur en équipe d'Iran de football : 109
  • Meilleur buteur de toutes les sélections : 109
  • Vainqueur du championnat iranien 2006-2007
  • Champion d'Allemagne 1998-1999
  • Finaliste de la Ligue des Champions 1998-1999

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fin de ses fonctions sélectionneur de l'Iran
  2. a, b, c, d, e, f et g Laurent Maltret & Éric Renard, « Star : Ali Daei, l'Orient-Express », Onze Mondial, no 130,‎ , p. 42 à 45 (ISSN 0995-6921)
  3. (en) « Ali Daei - Century of International Appearances », RSSSF.com (consulté le 24 mars 2014)
  4. (en) « ALI DAEI », sur teammelli.com (consulté le 24 mars 2014)
  5. « Iran's Daei denies he is past his best, Reuters » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Article connexe[modifier | modifier le code]