Albert Cohen (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Cohen
CohenAlbert2010 MFO12757.jpg
Albert Cohen à Oberwolfach en 2010.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Albert Cohen (né le à Paris) est un mathématicien français qui travaille en théorie de l'approximation et en analyse numérique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cohen est par sa mère le petit-neveu du physicien Jacques Solomon. Il est ancien élève de l'École polytechnique (1984-1987). Il soutient une thèse à l'université Paris-Dauphine en 1990, sous la direction de Yves Meyer (titre de la thèse : Wavelets, Multiresolution Analysis and Digital Signal Processing)[1]. Il est chercheur postdoctoral aux Laboratoires Bell à Murray Hill en 1990-1991. Il soutient une habilitation en 1992 à l'université Paris-Dauphine ; de 1993 à 1995 il est assistant à l'École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA) in Paris. Depuis 1995 il est professeur au Laboratoire Jacques-Louis Lions de l'Université Pierre-et-Marie-Curie qui est une composante de Sorbonne Université.

Recherche[modifier | modifier le code]

Cohen développe en 1990, avec Ingrid Daubechies et Jean-Christophe Feauveau, les premières bases d'ondelettes biorthogonales[2], et qui trouvent leur application dans la norme de compression d'image JPEG-2000.

Avec notamment Wolfgang Dahmen et Ronald DeVore, Cohen travaille ensuite sur l'analyse des méthodes d'approximation non linéaire et adaptative, en vue d'applications en théorie de l'apprentissage et dans le traitement numérique des équations aux dérivées partielles. Il s'intéresse aux problèmes algorithmiques impliquant un très grand nombre de variables, ce qui se traduit en principe par une augmentation prohibitive de la complexité des calculs. Ces problèmes se présentent en théorie de l'apprentissage statistique, dans le traitement des équations aux dérivées partielles paramétriques et stochastiques, et dans la mise au point de surfaces de réponses à partir de codes numériques[3].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2000 Cohen reçoit le Grand Prix Jacques Herbrand de l’Académie des sciences. En 1995 il est lauréat du prix V. A. Popov en théorie de l'approximation et en 2004 du prix Blaise-Pascal. En 1998 il est membre junior, et en 2013 membre sénior de l'Institut universitaire de France[4]. Il est conférencier invité au Congrès international des mathématiciens de Pékin en 2002 et conférencier plénier à l'ICIAM e Zurich en 2007.

Cohen a obtenu un Advanced ERC grant pour un projet nommé BREAD (Breaking the curse of dimensionality in analysis and simulation) en 2013.

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Albert Cohen, Numerical analysis of wavelet methods, Amsterdam, Elsevier, coll. « Studies in mathematics and its applications Vol. 32 », , 354 p. (ISBN 9780444511249).
  • Albert Cohen, « A journey through the Mathematics of Yves Meyer », dans Helge Holden et Ragni Piene (éditeurs), The Abel Prize 2013-2017, Springer International Publishing, , xv+672 p. (ISBN 978-3-319-99027-9), p. 1-54.
  • Albert Cohen et Ronald DeVore, « Approximation of high-dimensional PDEs », Acta Numerica, vol. 24,‎ , p. 1-159 (Math Reviews 3349307, arXiv 1502.06797).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Albert Cohen », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. Albert Cohen, Ingrid Daubechies et Jean-Christophe Feauveau, « Biorthogonal bases of compactly supported wavelets », Communications on pure and applied mathematics, vol. 45, no 5,‎ , p. 485-560.
  3. Page personnelle d'Albert Cohen.
  4. Albert Cohen sur l'IUF.

Liens externes[modifier | modifier le code]