Ahouach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musiciens et danseuses, Agred Morocco
Petit groupe en soirée privée

L'ahouach[1] (écrit ahwash en anglais, et de là ahwach, les trois graphies tentant de rendre l'amazigh "ⴰⵃⵡⴰⵛ aḥwac", API /'æħ.wæʃ/) est une danse traditionnelle collective[2] berbère du sud marocain [3]. Les danseurs d'Ahwach sont appelés "Iḥwawyen - ىخواوين - ⵉⵃⵡⴰⵡⵢⵏ"[1]

Danse[modifier | modifier le code]

La danse ahwach est une pratique rituelle qui met en acte une symbolique des rapports entre les différents actants qui y participent par l'entremise de structures chorégraphiques collectives[4].

La séance peut durer jusqu’à deux heures de danse dont le dialogue de poésie entre les participants. C'est pourquoi la qualité de la danse d’Ahouach dépend de la qualité de la poésie et de son authenticité[5].

Instruments[modifier | modifier le code]

Parmi les instruments qui sont utilisés pendant la danse, on note le tara (une sorte de tambourin), le tbel (tambour), le naqus (instrument en métal sur lequel on frappe au moyen de deux bâtons en fer)[5].

Photos[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. orthographe classique, par exemple dans Jean Mazel, Énigmes du Maroc, Robert Laffont, Paris, 1971, (notice BnF no FRBNF35434344), p. 230-233; dans l'orthographe française usuelle des langues africaines des anciennes colonies françaises, le son /w/ est écrit "ou" (Ouagadougou, Ouarzazate, Ouaouizerte).
  2. Salima Naji, Greniers collectifs de l'Atlas: patrimoines du Sud marocain, Eddif, 2006 : https://books.google.fr/books?id=fZRKDszyJfsC&pg=PA289&dq=ahwash&hl=fr&sa=X&ei=77U4U7G8HufQ7AblrYC4DQ&redir_esc=y#v=onepage&q=ahwash&f=false
  3. Christian Poché, « La danse arabe : quelques repères », in : La Danse dans le monde arabe ou l'héritage des Almées, Editions L'Harmattan, 1 oct. 1996 : https://books.google.fr/books?id=_CEPMQQJ8KYC&pg=PA20&dq=ahwash&hl=fr&sa=X&ei=bLY4U-SWMcby7Aar4oCADA&redir_esc=y#v=onepage&q=ahwash&f=false
  4. Mariem Guellouz, « Du devenir anthropologue du sémiologue : pour une anthropo-sémiologie du corps dansant », Cygne noir, no 2,‎ (ISSN 1929-090X, lire en ligne)
  5. a et b PASS Technologie, 26, rue Louis Braille, 75012 Paris France, « Ahouach », sur Femmes de la communauté d'Ighrem. (consulté le )
  6. Centre de recherche en ethnomusicologie : http://archives.crem-cnrs.fr/archives/collections/CNRSMH_E_1979_021_001/

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :