Mirleft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mirleft
Mirleft rue.jpg

La rue principale de Mirleft.

Noms officiels
(ar) مير لفت, MirleftVoir et modifier les données sur Wikidata
Noms locaux
(ar) ‫ميرلفت‬, (tzm) ⵎⵉⵔⵍⴼⵜVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Préfecture ou province
Coordonnées
Démographie
Population
8 162 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Commune rurale du Maroc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte d’Afrique
voir sur la carte d’Afrique
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Maroc
voir sur la carte du Maroc
Red pog.svg
Le marché de Mirleft

Mirleft (en berbère : ⵎⵉⵔⵍⴼⵜ) est une commune rurale marocaine de la province de Sidi Ifni, dans la région administrative de Guelmim-Oued Noun. Elle a pour chef-lieu un village amazigh du même nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Mirleft est située dans le sud du Maroc à 130 km d'Agadir[1], entre les villes de Tiznit et de Sidi Ifni. Elle a pour coordonnées géographiques : 29° 30′ 54″ N, 10° 03′ 55″ O[2]

Relief, géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Mirleft se trouve à la rencontre de la chaîne montagneuse de l'Anti-Atlas et de l'océan Atlantique. Ce phénomène géologique a créé de hautes falaises plongeant dans l'océan, une multitudes d'oueds qui forment à chaque embouchure des petites plages, et un arrière-pays formé de grandes collines peuplées de cactus, de palmiers et d'arganiers.

Climat[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Contrairement à son voisin Tiznit, l'océan Atlantique adoucit, à Mirleft, les écarts de température entre le jour et la nuit, entre l'hiver et l'été. Les jours les plus chauds, on y dépasse rarement les 35° alors que la température atteint les 45°-50° à Tiznit. En fait, sa situation entre Atlas et océan lui confère un climat doux, tempéré et constant (moyenne de 25°C et 360 jours de soleil les mauvaises années).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le village de Mirleft est devenu une petite « cité » balnéaire pittoresque. Sa rue principale, qui comporte des arcades sous lesquelles se répartissent des hôtels, épiceries, etc., a été construite après le protectorat français au Maroc[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il y a plusieurs hypothèses ; pour l’une d’entre elles, le nom de Mirleft tire ses origines du latin en définissant le village à gauche de la mer ou bien du portugais comme mer dangereuse. L'origine linguistique amazigh verrait le nom dériver de la sensation d’extase éprouvée par les voyageurs : myour (ou amyour) signifie « s’habituer » et left (ou itelf) « devenir fou de joie ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Mirleft est une commune rurale de la province de Sidi Ifni depuis 2009[4], à la suite du démembrement de la province de Tiznit — dans le cadre de la création de neuf nouvelles provinces — dont elle faisait partie[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2004, la commune de Mirleft comportait 1 303 ménages et 7 026 habitants, dont 7 012 Marocains et 14 étrangers[5].

En 1994, sa population se découpait en 6 803 habitants et 1 129 ménages[5].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

En février 2014, l'absence de décharge contrôlée et la mauvaise gestion des eaux usées, via des fosses septiques privées se multipliant, pouvaient être constatées[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Plage de Lagzira.

La commune de Mirleft est attractive sur le plan touristique — sans qu'il soit question de tourisme de masse — grâce à son climat tempéré, ses plages (dont la « plage rouge » de Lagzira[7]), des activités telles que la pêche, le surf (que les surfeurs soient aguerris ou non), la plongée, les ballades ou randonnées à pied et en VTT, ainsi que plusieurs restaurants et hôtels[8].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le fort de Tidli

Un ancien fort militaire, dit fort de Tidli, construit en 1935 par les Espagnols[1], surplombe le village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fassi Fihri 2010
  2. « Mirleft », sur Geonames (consulté le 24 novembre 2014)
  3. Chaïdi Bahraoui 2014, p. 75
  4. [PDF] « Décret no 2-09-319 du 17 joumada II 1430 (11 juin 2009) modifiant et complétant le dahir no 1-59-351 du 1er joumada II 1379 (2 décembre 1959) relatif à la division administrative du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5744,‎ , p. 1020 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  5. a, b et c [PDF] Haut-commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 : Population légale du Maroc, La Vie éco, 68 p. (lire en ligne), p. 66
  6. Malika Alami, « Mirleft : L'envers du paradis touristique », L'Économiste, Casablanca, no 4222,‎ (lire en ligne)
  7. « Les 12 plus belles plages du Maroc ! », La Nouvelle Tribune, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  8. Chaïdi Bahraoui 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Hafid Fassi Fihri, « Les trésors cachés du Sud marocain : Mirleft, la magie d’un paisible village berbère », L'Opinion, Rabat,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Asmaa Chaïdi Bahraoui, « Loin des sentiers battus », Telquel, Casablanca, no 617,‎ du 25 avril au 1er mai 2014, p. 74-75 Document utilisé pour la rédaction de l’article