Ahmed Aboutaleb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Aboutaleb
Ahmed Aboutaleb en 2007.
Ahmed Aboutaleb en 2007.
Fonctions
Bourgmestre de Rotterdam
En fonction depuis le
Prédécesseur Ivo Opstelten
Secrétaire d'État aux Affaires sociales et à l'Emploi
Premier ministre Jan Peter Balkenende
Gouvernement Balkenende IV
Prédécesseur Henk van Hoof
Successeur Jetta Klijnsma
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Beni Sidel (Maroc)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique Parti travailliste
Profession Ingénieur
Religion Islam sunnite

Ahmed Aboutaleb, né le 29 août 1961 à Beni Sidel (Maroc), est un homme politique néerlandais, membre du Parti du travail (PvdA). Secrétaire d'État aux Affaires sociales entre 2008 et 2009, il est maire de Rotterdam depuis 2009. Aboutaleb a été élu personnalité néerlandaise de l'année 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Ahmed Aboutaleb est né à Beni Sidel dans le Rif marocain[1]. À la mort de son grand-père, avec sa mère et ses cinq frères et sœurs, il quitte le Maroc à 15 ans, en octobre 1976, pour rejoindre son père, ancien imam de son village et qui avait émigré à La Haye où il travaille comme agent d'entretien[1]. « La migration c'est sans pitié, terriblement difficile ; cela exige un prix incroyablement élevé » dira-t-il lors d'une interview en 2005.

En 1987, il obtient un diplôme d'ingénieur électronicien[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est échevin de la ville d'Amsterdam, nommé hors conseil communal en 2004, élu en mars 2006 avec 46 217 voix de préférence, soit plus que la tête de liste. Il est reconduit dans ses fonctions.

Il a joué un rôle d'apaisement intercommunautaire de premier plan dans les médias et sur le terrain après l'assassinat du cinéaste Theo van Gogh par un islamiste. Début février 2007, son nom figurait parmi les six probables futurs ministres travaillistes du nouveau gouvernement en formation, pour le poste de ministre du Logement et de l'Intégration, mais en fin de compte il a été nommé le 13 février secrétaire d'État aux Affaires sociales dans le gouvernement de Jan Peter Balkenende.

En tant qu'échevin de l'enseignement, il a introduit un système équivalent à celui de la « carte scolaire » en France, afin de favoriser la mixité sociale dans les écoles primaires communales. Il s'est par ailleurs prononcé dans une interview en avril 2006 pour la suppression des allocations sociales aux femmes qui refusent d'ôter leur burqa : « Personne ne veut d'une travailleuse en burqa. Dans ce cas je dis : enlève ta burqa et cherche du travail. Si tu ne le veux pas : c'est bien, mais alors pas d'allocation de chômage ».

Il est nommé le 16 octobre 2008, Bourgmestre de Rotterdam (aux Pays-Bas, les maires ne sont pas élus) et prend ses fonctions en janvier 2009, succédant au libéral Ivo Opstelten. Sa nomination reçoit un large écho dans la presse internationale, montrant que les Pays-Bas, sont une nouvelle fois dans l'histoire, un des pays les plus progressistes au monde. Il devient ainsi le premier maire musulman d'un grande ville européenne. Grâce à la baisse du chômage dans sa ville et sa popularité personnelle, il est reconduit dans ses fonctions en 2014, malgré le renforcement de la droite au Conseil municipal.

En janvier 2015, à la suite des attentats terroristes islamistes en France, il déclare à l'attention des musulmans intégristes : « c'est incompréhensible qu’on puisse se retourner contre la liberté [d’expression]. Si vous en avez contre la liberté [d'expression], paquetez vos affaires et partez ! C’est tellement stupide et incompréhensible. Disparaissez des Pays-Bas si vous ne pouvez y trouver votre place ! »[2],[3]. Il ajoutera : « Si vous n’aimez pas ça ici, parce que des humoristes publient un journal, vous pouvez foutre le camp ! ». Il dira en février, penser que l'« islam doit se remettre en question »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :