Élection présidentielle turque de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir élections générales turques de 2018.

Élection présidentielle turque de 2018
Corps électoral et résultats
Inscrits 59 354 840
Votants 51 188 524
86,23 %  +12,1
Votes exprimés 50 130 419
Votes blancs et nuls 1 053 310
Recep Tayyip Erdogan 2017.jpg Recep Tayyip Erdoğan – Cumhur
Voix 26 330 823
52,59 %
 +0,8
Muharrem İnce cropped.jpg Muharrem İnce – CHP
Voix 15 340 321
30,64 %
Selahattin Demirtaş cropped.jpg Selahattin Demirtaş – HDP
Voix 4 205 794
8,40 %
 −1,4
Meral Akşener İYİ Party 1 (cropped).jpg Meral Akşener – İYİ
Voix 3 649 030
7,29 %
Candidat arrivé en tête par province
Carte
  •      Recep Tayyip Erdoğan
  •      Muharrem İnce
  •      Selahattin Demirtaş
  • Président de la République de Turquie
    Sortant Élu
    Recep Tayyip Erdoğan
    AKP
    Recep Tayyip Erdoğan
    AKP

    L'élection présidentielle turque de 2018 a lieu le , en même temps que les élections législatives. Convoquées de manière anticipée par le président sortant, Recep Tayyip Erdoğan, ces élections marquent le passage de la Turquie à un régime présidentiel.

    Le président Erdoğan (AKP, mouvement national-conservateur et islamique) fait face à cinq candidats. Il est longtemps donné favori du scrutin, malgré un léger recul dans les sondages au cours de l’année 2018 en raison d’un renforcement des candidats Muharrem İnce (CHP, formation sociale-démocrate, laïque et pro-européenne) et Meral Akşener (İYİ, parti nationaliste et laïc).

    Erdoğan est finalement réélu au premier tour, avec 52,6 % des voix, face notamment à Muharrem İnce (30,6 %). Mais à l’issue des élections législatives, son parti, l'AKP, perd la majorité absolue des sièges qu'il détenait à lui seul à la Grande Assemblée nationale ; toutefois, il conserve la majorité absolue grâce à son alliance avec le Parti d'action nationaliste (extrême droite).

    Contexte[modifier | modifier le code]

    Le , le président Recep Tayyip Erdoğan, annonce des élections anticipées pour le 24 juin[1], après l'avoir pourtant démenti un mois auparavant[2]. La veille, évoquant le fait que « la nation ne peut attendre », Devlet Bahçeli, son allié au sein de l'Alliance populaire et président général du Parti d'action nationaliste (MHP), avait appelé à des élections anticipées pour le [3]. Celui-ci avait affirmé en janvier 2018 que son parti ne présenterait pas de candidat, et qu'il soutiendrait une candidature éventuelle du président sortant[4]. Deux jours plus tard, le 20 avril, la Grande Assemblée nationale approuve la tenue et la date du scrutin[5]. Celle-ci sera renouvelée en même temps que le président de la République, et le nombre de ses membres est porté de 550 à 600 députés. Par ailleurs, le Parlement a voté un amendement de la loi électorale autorisant les partis à former de telles alliances[6].

    Le scrutin, qui se tient en plein état d'urgence, prolongé pour la troisième fois, a lieu quatre jours avant que Le Bon Parti, récemment créé, soit autorisé à participer à une élection[7], ce qui peut empêcher la formation de participer au scrutin[8]. Pour cette raison, dans le but de permettre au parti de participer malgré tout au scrutin, le , 15 députés du CHP décident de rejoindre le parti, qui peut ainsi former un groupe parlementaire[9].

    En , les journaux, agence de presse et chaînes de télévision et de radio de Doğan Holding à l'instar de Hürriyet, Milliyet, Demirören Haber Ajansı ou encore Kanal D et CNN Türk, sont rachetés par Demirören Holding, une entité proche d'Erdoğan. Cette acquisition est vue comme un renforcement du contrôle des médias par le gouvernement turc à l'approche des élections. Selon certains observateurs, environ 90 % des médias turcs sont ainsi sous contrôle gouvernemental[10],[11].

    Analyses[modifier | modifier le code]

    Pour Didier Billion, membre de l'IRIS, « recourir à des élections anticipées n'est jamais un signe de force, c'est plutôt un signe de faiblesse »[8]. Il ajoute que le président sortant cherche à « mettre à profit l'opération d'Afrine pour flatter la fibre nationaliste auprès de l'électorat »[8]. Il estime également qu'« il y a aussi le contexte économique car même si les résultats macro-économiques sont bons, les problèmes structurels demeurent et il ne faut pas oublier que l'AKP a toujours bâti ses succès électoraux sur les succès économiques et préfère donc que les élections se tiennent avant que la situation économique ne se dégrade ». Néanmoins, il estime que « ce n'est pas un pari gagné d'avance »[8]. En effet, selon lui, « il y a des électeurs qui ont été séduits par Erdogan à un moment donné et qui ont peut-être déchanté en raison de l'autoritarisme croissant », mais que ceci est « un facteur difficile à mesurer »[8]. Il conclut qu'Erdoğan « va se donner tous les moyens pour passer dès le premier tour »[8].

    Anthony Skinner, membre du think-tank Verisk Maplecroft, grâce à « l'efficace machine à sondages » du parti, « [voit] cette décision comme une démarche calculée, pour laquelle les coûts et les profits ont été prudemment évalués »[8].

    Pour Berk Esen, de l'université Bilkent, à Ankara, il s'agit d'« élections de la panique », ajoutant que « Erdogan n'était jamais enthousiaste à l'idée de convoquer des élections anticipées, suggérant que le parti au pouvoir était assez fort pour survivre jusqu'aux dates prévues. Cela pourrait bien ne plus être le cas »[8].

    Pour Sabah, « Les menaces auxquelles fait référence le président sont bel et bien réelles, et graves. En ce moment, de graves menaces venues de l'intérieur comme de l'extérieur du pays visent la stabilité, la paix et le développement de la Turquie. »[12]. Pour Yeni Safak, « Face aux menaces qui pèsent sur notre Turquie, il nous faut passer rapidement au nouveau système, nous renforcer et nous tenir prêt à tout, accélérer le mécanisme de prise de décision, se débarrasser de certains mécanismes et de certaines fonctions, qui sont autant d'obstacles »[12].

    L'intellectuel Hassan Cemal s'interroge : « Pourquoi tant de précipitation de la part d'Erdogan ? À cause de sa chute progressive dans les sondages ? De la situation économique et de la crise qui s'annonce ? Une chose est sûre, si Erdogan parvient à l'emporter comme il l'espère, il aura tous les pouvoirs entre ses mains. Les partis d'opposition seront-ils capables, dans un laps de temps aussi court, de se mettre d’accord sur un candidat commun pour espérer remporter la majorité des voix ? »[12].

    Pour Cumhuriyet, « lors du référendum d'avril 2017, ils ont fait en sorte de comptabiliser des bulletins non scellés, dans les localités kurdes, les forces spéciales menaçaient, si le non l'emportait, de brûler les villages. Malgré cela et malgré les autres tricheries, l'AKP et son dirigeant ont eu les plus grandes difficultés à obtenir 50 % des voix. Maintenant, nous avons soixante-sept jours pour faire notre devoir démocratique et lui retirer le pouvoir des mains. C'est possible »[12].

    Pour le journaliste Mehmet Koksal, « l'espoir de Recep Tayyip Erdogan est de remporter ces élections et de pouvoir exécuter les pouvoirs qui ont été accordés par la légitimité contestable du référendum »[13]. Il ajoute que « les Turcs ont pu avoir un avant-goût de ce que serait le régime présidentiel d'après juin 2018, puisque l'état d'urgence permet au gouvernement d'édicter des décrets gouvernementaux ayant force de loi et que la nouvelle constitution turque prévoit que le président édicte des décrets qui ont force de loi »[13] et que « Le grand pari d'Erdogan, c'est de gagner et d'assurer sa légitimité dès le premier tour et ce n'est certainement pas gagné d'avance. On a souvent parlé du pouvoir assez important de son parti, mais l'AKP n'a jamais fait 50 % et donc pour la première fois Erdogan doit faire 50 % + 1 voix. Ce n'est pas encore gagné surtout que l'opposition se prépare à grands pas. »[13].

    Pour le politologue Ahmet İnsel, « Plus il y a de candidats, moins Erdogan a de chance de passer dès le premier tour. La candidature de Demirtas est donc indispensable pour qu’il y ait un second tour »[14]. Celui-ci ajoute que « la situation est d'autant plus compliquée pour Erdogan que cette alliance d'opposition perturbe énormément la stratégie de clivage culturel sur laquelle il a bâti son discours. Il ne peut plus accuser ses rivaux d'être des suppôts de l'étranger, des laïcistes qui ont fait fermer des mosquées parce qu'en face, dans l'alliance, il y a le vrai parti islamiste, le Saadet »[15].

    Pour Seyfettin Gürsel, directeur du Centre de recherches économiques et sociales de l'université Bahçesehir, « pour satisfaire son allié ultranationaliste, Erdogan a ouvert la boîte de Pandore. Il a permis aux partis d'opposition de former une alliance… et ils l'ont fait. Il ne s'y attendait pas »[15].

    Système électoral[modifier | modifier le code]

    Bulletins de vote utilisés

    Le président de la République est élu pour un mandat de cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Celui-ci sera à la fois chef de l'État et chef de gouvernement, les fonctions de Premier ministre étant supprimées à la suite de la révision constitutionnelle adoptée à la suite du référendum constitutionnel turc de 2017.

    Pour être élu, un candidat doit recueillir une majorité absolue de plus de 50 % des voix au premier tour. À défaut, les deux candidats arrivés en tête s'affrontent lors d'un second tour organisé deux semaines plus tard, et celui qui recueille le plus de suffrages est déclaré vainqueur.

    Candidatures[modifier | modifier le code]

    Validées[modifier | modifier le code]

    Liste des candidats retenus par ordre d'affichage sur les bulletins de vote
    1 2 3 4 5 6
    Muharrem İnce (cropped).jpg Meral Akşener İYİ Party 1 (cropped).jpg
    Recep Tayyip Erdogan 2017.jpg
    Selahattin Demirtaş cropped.jpg Temel Karamollaoğlu presidential campaign (cropped).jpg
    Doğu Perinçek 2 (cropped).jpg
    Muharrem İnce Meral Akşener Recep Tayyip Erdoğan Selahattin Demirtaş Temel Karamollaoğlu Doğu Perinçek
    CHP İYİ AKP HDP SP VATAN

    Meral Akşener, présidente du Bon Parti est candidate à l'élection[16].

    Le Parti républicain du peuple ne devait initialement pas présenter de candidat[17]. Finalement, il choisit le député Muharrem İnce[18],[19].

    Le , Temel Karamollaoğlu, président du Parti de la félicité, annonce sa candidature[20].

    Le , le HDP choisit son ancien co-président, Selahattin Demirtaş, actuellement incarcéré, comme candidat[21].

    Le est annoncée la candidature du président sortant Recep Tayyip Erdoğan[22].

    Doğu Perinçek a également annoncé sa candidature.

    Le , le Conseil électoral supérieur (YSK) publie la liste officielle des six candidats pour l'élection présidentielle de 2018[23].

    Retirées[modifier | modifier le code]

    En avril 2018, Ekmeleddin İhsanoğlu, candidat lors de l'élection présidentielle turque de 2014, apporte son soutien à la décision de son parti, le MHP, de soutenir la candidature du président sortant, Recep Tayyip Erdoğan[24],[22].

    Le , l'ancien président de la République de Turquie, Abdullah Gül, renonce à se présenter, invoquant le fait que l'opposition ne soit pas unie[25].

    Tuna Bekleviç[26], Levent Gültekin[27] et Vecdet Öz[28], ont annoncé leurs candidatures mais n'ont pas eu assez de parrainage pour que leurs candidatures soient validées.

    Necdet Can, Selami Karagöz et Bülent Gürkut ont vu leurs dépôts de candidatures rejetés sans qu'ils puissent recueillir des parrainages[29].

    Enfin, Sinan Oğan a envisagé de se présenter mais sa candidature est restée sans suite[30].

    Campagne électorale[modifier | modifier le code]

    Muharrem İnce[modifier | modifier le code]

    Manifestation en faveur de Muharrem İnce le 21 juin à Izmir.

    Le candidat du CHP, Muharrem İnce, promet, s'il était élu, de vendre le palais présidentiel, construit sous Recep Tayyip Erdoğan, ou de le transformer en « temple du savoir »[31]. Le , celui-ci propose aux candidats de débattre lors d'une émission télévisée, ce que rejette Erdoğan[32].

    Muharrem İnce fait un don de 500 livres turques à chacun des autres candidats. Le , il déclare sur Twitter : « En ces temps difficiles, la société et la politique devraient être en harmonie sans être polarisées. Les responsables politiques ne sont pas des ennemis. C’est pourquoi j’ai fait don de mes propres salaires aux campagnes électorales de mes concurrents »[33],[34].

    Le , Kemal Kılıçdaroğlu, président général du CHP, présente le programme du parti pour ces élections, promettant notamment de lever l'état d'urgence en place depuis juillet 2016[35].

    Le 21 juin, Ince réunit environ 2,5 millions de personnes dans le bastion laïque historique d'Izmir[36]. Il y promet la fin de l'état d'urgence ainsi que l'indépendance de la banque centrale dans les 100 premiers jours de sa présidence. Il assure qu'il « luttera sans pitié » contre les groupes terroristes, et mettra fin au système de carte d'identité Passolig spécifiques aux supporters de football. En politique extérieure, il promet de rétablir les relations diplomatiques avec le gouvernement syrien, afin de s'assurer que les 3,5 millions de réfugiés syriens présents en Turquie puisse y être renvoyer, un engagement partagé par le reste de l'opposition[37]. La veille de l'élection, il réunit 5 millions de turcs lors d'un discours à Istanbul.

    Selahattin Demirtaş[modifier | modifier le code]

    Le , le candidat du HDP Selahattin Demirtaş, détenu depuis le pour des liens présumés avec le PKK, s'exprime à travers ses avocats sur cette campagne électorale qu'il juge « injuste » : « Le gouvernement et le président Erdoğan vont faire campagne en se servant de tous les moyens sous leur contrôle. Ils vont pouvoir interdire tout rassemblement et tout média en invoquant l'état d'urgence mais je vais essayer de faire campagne depuis une cellule de prison ». À propos de sa candidature, il avait déclaré : « C'était pas mon plan mais je ne pouvais pas rester sourd aux attentes exprimées par mon parti et mon peuple »[38].

    Le , le HDP demande à la Cour constitutionnelle de libérer son candidat Selahattin Demirtaş, alors que la requête a été rejetée par les tribunaux, estimant qu'il est éligible et qu'il jouit encore de ses droits politiques et civiques[39].

    Recep Tayyip Erdoğan[modifier | modifier le code]

    Au matin du , le président Erdoğan prononce un discours à Ankara devant les députés. Il y déclare « C'est ma nation qui m'a porté à la tête de la mairie d'Istanbul, de l'AKP, du gouvernement et de la présidence. Si un jour ma nation me disait « ça suffit » (« tamam »), alors je me mettrais sur le côté ». Ses opposants lancent alors le hashtag #TAMAM sur Twitter, repris par des milliers d'internautes, notamment l'acteur américain Elijah Wood ou encore des candidats de l'opposition tels que Muharrem İnce (CHP), Meral Akşener (İYİ) et Selahattin Demirtaş (HDP), et qui finit par entrer dans les tendances mondiales. En réaction, les partisans d'Erdoğan utilisent le hashtag #DEVAM, qui signifie « continue » en turc, pour manifester leur soutien au président sortant[40],[41],[42].

    Le , Recep Tayyip Erdoğan promet à son tour de lever l'état d'urgence[43]. Le 22 juin, il promet aussi de renvoyer les réfugiés syriens à la fin de la guerre[44].

    Polémiques[modifier | modifier le code]

    À l'étranger[modifier | modifier le code]

    Le , les footballeurs allemands d'origine turque Mesut Özil et İlkay Gündoğan rencontrent le président Erdoğan. Ils offrent leurs maillots de club dédicacés et prennent des photos avec ce dernier qui les utilise pour sa campagne. Cet événement provoque un scandale en Allemagne, notamment dans la classe politique. Reinhard Grindel, le président de la Fédération allemande de football (DFB), déclare sur Twitter : « Le football et la DFB défendent des valeurs qui ne sont pas complètement prises en compte par M. Erdoğan. C'est pourquoi il n'est pas bon que nos joueurs internationaux se laissent manipuler pour sa campagne électorale. » La députée du parti Alternative pour l'Allemagne (extrême droite), Beatrix von Storch, réagit également : « Pourquoi Gündoğan joue-t-il pour l'équipe nationale allemande, s'il reconnaît Erdoğan pour son président ? »[45]. Gündoğan avait en effet écrit sur son maillot : « Pour mon honorable président, avec grand respect ». La députée du parti Die Linke (extrême gauche) Sevim Dağdelen ou encore celui du parti de l'Alliance 90 / Les Verts (centre gauche) Cem Özdemir, tous les deux d'origine turque, condamnent aussi ces photos prises dans un luxueux hôtel à Londres. Gündoğan a publié un communiqué s'expliquant sur cette affaire. La rencontre aurait eu lieu dans le cadre d'une fondation qui aide les étudiants turcs et, par respect pour leurs origines, ils ont accepté de rencontrer le président. Il ajoute que leur but n'était absolument pas politique[46].

    En Turquie[modifier | modifier le code]

    Le 14 juin, un discours d'Erdoğan lors d'une réunion privée de cadres de l'AKP fuite suite à la mise en ligne de plusieurs vidéos filmées depuis l'assistance avec des téléphones portables. Erdoğan y est vu exhortant les représentants du parti à se rendre à l'avance et en nombre aux bureaux de vote afin d'y être majoritaire au cours des opérations de vote, d'en prendre le contrôle et de s'assurer ainsi de la mainmise sur les urnes[47], en particulier à Istanbul afin d'y « finir le travail avant qu'il ait commencé ». Ces propos alimentent la peur chez l'opposition d'un trucage des résultats du scrutin[48].

    Au cours de la même réunion, Erdoğan appelle ses cadres a cibler les électeurs du HDP afin de s'assurer que ce dernier ne franchisse pas le seuil électoral de 10 %, ce qui favoriserait l'AKP lors de la répartition des sièges. L'objectif étant « d'éviter de répéter le 7 juin », en référence aux élections de 2015 où l'AKP avait temporairement perdu sa majorité absolue à l'assemblée. Il affirme ainsi « Je ne peut pas parler de ça dehors. J'en parle ici avec vous. Pourquoi ? Parce que si le HDP échoue à atteindre le seuil électoral, cela nous mettra dans une bien meilleure position »[49]. Il appelle son auditoire à « cibler » les électeurs du HDP en travaillant avec les militants locaux de l'AKP. Ces derniers devant être en possession de listes de ceux votant HDP dans leurs circonscriptions, ajoutant que « s'ils ne les ont pas, alors ils n'ont rien à faire à leurs postes. Prenez ces listes d'électeurs et mettez vous au travail. »[49]

    Le candidat CHP à la présidentielle Muharrem İnce réagit en affirmant qu'« Erdoğan espère trouver une solution en recourant à ces stratagèmes parce qu'il n'a pas intériorisé la démocratie. Il ne croit pas en elle. » avant de promettre que « nous protégerons les urnes. Que la population en soit assurée. »[48] Selon Cengiz Aktar, analyste en sciences politiques « Il y a déjà de très grand doutes sur la sécurité des bureaux de vote. Le système tout entier a été réorganisé afin d'assurer à M. Erdoğan et son parti une victoire aux prochaines élections. »[48].

    Sondages[modifier | modifier le code]

    2018 Turkish presidential election opinion polls (1st round).png

    Résultats[modifier | modifier le code]

    Résultats de la présidentielle turque de 2018[50]
    Candidats Partis Voix %
    Recep Tayyip Erdoğan Parti de la justice et du développement 26 330 823 52,59
    Muharrem İnce Parti républicain du peuple 15 340 321 30,64
    Selahattin Demirtaş Parti démocratique des peuples 4 205 794 8,40
    Meral Akşener Le Bon Parti 3 649 030 7,29
    Temel Karamollaoğlu Parti de la félicité 443 704 0,89
    Doğu Perinçek Parti patriotique 98 955 0,20
    Votes valides 50 130 419 97,94
    Votes blancs et nuls 1 053 310 2,06
    Total 51 183 729 100,00
    Abstention 8 171 111 13,77
    Inscrits / participation 59 354 840 86,23

    Conséquences[modifier | modifier le code]

    Alors que plusieurs opposants contestent les résultats de l’élection présidentielle, l’Union européenne, l’OSCE et le Conseil de l'Europe dénoncent des conditions de campagne « inéquitables », notamment en termes d’aides publiques et de traitement médiatique (180 heures d’audience pour Erdoğan contre 37 pour son principal adversaire, Muharrem İnce)[51],[52]. Finalement, Muharrem İnce reconnaît sa défaite[53].

    Le , Mustafa Kalayci, vice-président du MHP, déclare que sa formation ne briguait pas de postes ministériels[54].

    Recep Tayyip Erdoğan prête serment pour un deuxième mandat le [55].

    Le , Meral Akşener démissionne de la tête du Bon Parti[56].

    Réactions internationales[modifier | modifier le code]

    • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : la chancelière Angela Merkel félicite Erdoğan, déclare « se réjouir de poursuivre et renforcer la coopération de nos pays » et ajoute que l'Allemagne, où vit la plus grande diaspora turque au monde, souhaite « être le partenaire d'une Turquie stable et pluraliste, dans laquelle la participation démocratique et la préservation de l'État de droit sont renforcées »[57].
    • Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : le Premier ministre Boïko Borissov déclare « Je suis convaincu que nous travaillerons ensemble pour la consolidation des relations entre nos deux pays dans le domaine de la migration, ainsi que pour la paix et la stabilité dans la région »[57].
    • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : le porte-parole du ministère des Affaires étrangères salue la réélection du président sortant, précise que « La Chine accorde une grande importance à ses relations avec la Turquie. Ces dernières années, sous la direction de nos deux chefs d'État, nos relations bilatérales et notre coopération dans tous les domaines ont progressé et obtenu beaucoup de résultats positifs » et ajoute que son pays « désire coopérer plus avec la Turquie »[57].
    • Drapeau des États-Unis États-Unis : la réélection d'Erdoğan a été accueillie plutôt froidement par les Américains, le département d'État déclare « respecter la décision des électeurs turcs » mais appelle Ankara « à prendre des mesures pour renforcer le démocratie et à poursuivre les progrès afin de résoudre les problèmes dans nos relations bilatérales »[58].
    • Drapeau de la Hongrie Hongrie : le Premier ministre Viktor Orbán félicite Erdoğan et estime que « la stabilité de la Turquie est une bonne nouvelle » pour le continent européen[57].
    • Drapeau de la Grèce Grèce : le ministre des Affaires étrangères Níkos Kotziás déclare « J'espère qu'après cette victoire électorale, il sera moins nerveux » en parlant d'Erdoğan[57].
    • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : la porte-parole de la Première ministre Theresa May indique que « Le Royaume-Uni a hâte de poursuivre ses rapports étroits avec la Turquie »[57].
    • Drapeau de la Russie Russie : via un télégramme de félicitations, le président Vladimir Poutine « a souligné que les résultats de l'élection attestent pleinement de la grande autorité politique de Recep Tayyip Erdoğan » et la réélection de ce dernier témoigne « du large soutien accordé au cap fixé sous sa direction sur les questions sociales et économiques auxquelles la Turquie est confrontée, et au renforcement de la position du pays en termes de politique étrangère », selon le Kremlin[57].
    • Drapeau de la Suède Suède : la ministre des Affaires étrangères Margot Wallström est critique vis-à-vis de ces élections, elle indique que la « Turquie n'est pas en position de donner aux autres pays des leçons de démocratie, lorsque le chef de l'opposition est en prison depuis longtemps » et ajoute que la « question kurde et les développements économiques de la Turquie sont des défis graves. Nous sommes inquiets de la façon dont a évolué la Turquie récemment »[57].
    • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini estime que la campagne électorale n'a pas été « équitable » mais s'engage, avec Johannes Hahn, à continuer de travailler avec la Turquie pour « répondre ensemble aux nombreux défis communs qui (les) attendent »[59].

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. « Turquie : le président Erdogan annonce des élections anticipées le 24 juin », sur Le Monde.fr, (consulté le 18 avril 2018).
    2. « En Turquie, le président Erdoğan s’aligne sur l’extrême droite », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 24 avril 2018).
    3. « Le président turc Erdogan avance d’un an les élections pour conserver et asseoir son pouvoir », sur Le Monde.fr, (consulté le 20 avril 2018).
    4. « Turquie : le parti nationaliste MHP soutiendra Erdogan en 2019 - Turquie Plus », sur Turquie Plus, (consulté le 24 avril 2018).
    5. « Turquie: le Parlement approuve la date du 24 juin pour les élections », sur Le Figaro (consulté le 23 avril 2018).
    6. « Turquie : Projet de loi proposant une réforme du système électoral soumis au Parlement » (consulté le 24 avril 2018).
    7. « Turquie : Erdogan convoque des élections anticipées », sur Le Figaro (consulté le 22 avril 2018).
    8. a, b, c, d, e, f, g et h « Elections anticipées en Turquie: un pari non dénué de risques pour Erdogan », sur LExpress.fr, (consulté le 22 avril 2018).
    9. « Elections en Turquie: vers un front commun de l'opposition contre Erdogan - Europe », sur RFI, (consulté le 23 avril 2018).
    10. Reuters, « « La fin du journalisme indépendant » en Turquie : Erdogan va renforcer son emprise sur les médias », sur Ouest-France, (consulté le 5 mai 2018).
    11. (en) Daren Butler, Ece Toksabay, « Sale of Dogan set to tighten Erdogan's grip over Turkish media », sur Reuters, (consulté le 5 mai 2018).
    12. a, b, c et d « Élections anticipées en Turquie : “Pourquoi tant de précipitation de la part d'Erdogan ?” », sur Courrier international, (consulté le 23 avril 2018).
    13. a, b et c « Élections en Turquie: ce n'est pas encore gagné pour Erdogan », sur RTBF Info (consulté le 23 avril 2018).
    14. Quentin Raverdy, « En Turquie, l'ex-leader prokurde emprisonné candidat à la présidentielle », sur Libération, (consulté le 3 mai 2018) (inscription nécessaire).
    15. a et b « Élections en Turquie : Erdogan peut-il perdre le pouvoir ? », sur Le Figaro, (consulté le 10 juin 2018).
    16. « Turquie: l'opposition en quête d'unité face à Erdogan avant les élections », sur Le Point, (consulté le 27 avril 2018).
    17. « Erdogan lance officieusement sa campagne électorale en Turquie », sur zonebourse.com, (consulté le 28 avril 2018).
    18. « Muharrem İnce : candidat probable du principal parti d’opposition CHP à la présidentielle », sur Red'Action, (consulté le 3 mai 2018).
    19. « Turquie : l'opposition laïque a choisi son candidat pour défier Erdogan », sur Le Figaro, (consulté le 4 mai 2018).
    20. « Turquie : l'opposition va désigner l'adversaire d'Erdogan vendredi », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 2 mai 2018).
    21. « Turquie : le parti prokurde déclare son ex-chef emprisonné candidat à la présidentielle », sur lepoint.fr, (consulté le 2 mai 2018).
    22. a et b « Élections en Turquie : Erdogan officiellement désigné candidat par son parti », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 4 mai 2018).
    23. (tr) « Cumhurbaşkanı Seçimi Kesin Aday Listesi », sur Conseil électoral supérieur, (consulté le 23 mai 2018).
    24. « L’ancien candidat à la présidence, İhsanoğlu, annonce son soutien à Erdoğan », sur Red'Action, (consulté le 24 avril 2018).
    25. Marie Jégo, « Turquie : pas de front commun de l’opposition aux élections du 24 juin », sur Le Monde, (consulté le 28 avril 2018).
    26. (tr) « Bekleviç aday olamadı », sur Hudut Gazetesi, (consulté le 30 mai 2018).
    27. (tr) « Levent Gültekin adaylıktan çekildi », sur cumhuriyet.com.tr, (consulté le 30 mai 2018).
    28. (tr) « 3 bin 30 imza toplamıştı », sur www.haberturk.com, (consulté le 30 mai 2018).
    29. (tr) « Cumhurbaşkanlığı adaylığına başvuran 3 adayın başvurusu kabul edilmedi », sur trthaber.com, (consulté le 30 mai 2018).
    30. (tr) « Sinan Oğan: Şartlar oluşursa 2019'da Cumhurbaşkanlığı'na aday olacağım », sur birgun.net, (consulté le 30 mai 2018).
    31. Marie Jégo, « En Turquie, l’opposition s’organise pour peser face à Erdogan », sur Le Monde, (consulté le 5 mai 2018).
    32. « Turquie: Erdogan rejette l'appel d'un rival à un débat télévisé », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 8 mai 2018).
    33. (tr) « İnce'den, diğer adaylara çok konuşulacak jest », sur Cumhuriyet, (consulté le 23 mai 2018).
    34. « Muharrem İnce fait un don de 500 livres turques à chacun des candidats à la présidentielle », sur Red'Action, (consulté le 23 mai 2018).
    35. « Turquie : le principal parti d'opposition veut lever l'état d'urgence en cas de victoire électorale », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 26 mai 2018).
    36. « L'opposant d'Erdogan rallie la foule à Izmir », sur Le Matin, (ISSN 1018-3736, consulté le 23 juin 2018).
    37. (en) « Erdogan poll rival vows change in giant Izmir rally », sur guardian.ng, .
    38. AFP, « Turquie : détenu, le candidat Demiratas déplore une campagne "injuste" », sur Le Point, (consulté le 14 mai 2018).
    39. « Turquie: le parti prokurde demande à la cour constitutionnelle de libérer Demirtas », sur Le Point, (consulté le 25 mai 2018),
    40. AFP, « Des internautes turcs disent « ça suffit » à Erdogan sur Twitter », sur The Times of Israel, (consulté le 9 mai 2018).
    41. (tr) « Erdoğan 'Milletimiz 'tamam' derse kenara çekiliriz' dedi, 'Tamam' mesajı dünyada TT oldu », sur Sputnik Türkiye, (consulté le 9 mai 2018).
    42. (tr) « TAMAM ve DEVAM çekişmesi: Erdoğan'ın sözleri Twitter'da karşılıklı kampanyaya dönüştü », sur BBC Türkiye, (consulté le 9 mai 2018).
    43. « Erdogan: l'état d'urgence en Turquie sera levé après les élections », sur Le Figaro, (consulté le 15 juin 2018).
    44. « Turquie: Erdogan et son principal rival promettent de renvoyer les Syriens chez eux », sur Challenges, (consulté le 23 juin 2018).
    45. AFP, « Özil et Gündogan fustigés pour une photo avec Erdogan », sur Le Figaro, (consulté le 14 mai 2018).
    46. (en) « Turkey Erdogan: German furore over football photos with stars », sur BBC, (consulté le 15 mai 2018).
    47. (en) « Target HDP voters, control polling stations, Erdoğan tells AKP behind closed doors », sur ahvalnews.com, .
    48. a, b et c (en) Dorian =Jones, « Leaked Erdogan Video Stokes Turkish Vote-Rigging Fears », sur voanews.com, .
    49. a et b (en) « Leaked video showing Erdoğan calling for ‘tight marking’ of HDP goes viral », sur Hürriyet Daily News, .
    50. (tr) « Son dakika: YSK, 2018 kesin seçim sonuçlarını açıkladı », sur Hürriyet, (consulté le 5 juillet 2018).
    51. « Turquie: une campagne pas "équitable" pour l'UE », sur lexpress.fr, .
    52. « Elections en Turquie : « Erdogan va concentrer tous les pouvoirs entre ses mains » », sur Le Monde.fr, .
    53. « Turquie : Muharrem Ince, le principal rival d’Erdogan, reconnaît sa défaite », sur Le Monde.fr, (consulté le 25 juin 2018).
    54. « Turquie: Le MHP n'envisage pas d'entrer dans le gouvernement de l'AKP », sur Challenges, (consulté le 2 juillet 2018).
    55. AFP, « Turquie: Erdogan prêtera serment lundi comme président aux pouvoirs renforcés », sur Libération, (consulté le 5 juillet 2018) (inscription nécessaire).
    56. « Turquie : la nationaliste turque Aksener annonce son retrait, son parti résiste », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 23 juillet 2018)
    57. a, b, c, d, e, f, g et h « Réelection d'Erdogan en Turquie : les réactions internationales », sur lepoint.fr, (consulté le 26 juin 2018).
    58. « Réélection d'Erdogan: Washington appelle Ankara à renforcer la démocratie turque », sur rfi.fr, (consulté le 26 juin 2018).
    59. AFP, « Turquie : pour l'UE, la campagne électorale n'a pas été « équitable » », sur lepoint.fr, (consulté le 26 juin 2018).

    Annexes[modifier | modifier le code]

    Vidéographie[modifier | modifier le code]