Accident d'avion du général Leclerc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'accident d'avion du général Leclerc a eu lieu le près de Colomb-Béchar dans le Sahara ouest algérien. Le bombardier B-25 Mitchell, nommé Tailly 2 et transformé en avion de fonction pour le général Leclerc s'écrase vers midi sur la voie ferrée Mer Méditerranée-Niger, à une cinquantaine de kilomètres au nord[1] de l'aéroport de Colomb-Béchar qu'il essayait de rejoindre. Les douze passagers et membres d'équipage sont tués sur le coup. Un treizième corps non identifié sera retrouvé dans les débris de l'appareil, donnant lieu à une controverse sur les causes de l'accident.

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

Parti le de Villacoublay, en banlieue parisienne, pour une tournée d'inspection en Afrique du Nord, le général Leclerc passe l'après-midi du 26 et la journée du 27 dans la région d'Arzew - La Marta, sur la côte, à l'est d'Oran, pour assister à une manœuvre interarmées.

Ce mouvement de troupes se déroulait dans un secteur où venaient d'être identifiés de potentiels futurs gisements de pétrole par le géologue explorateur Conrad Kilian, lieux à forte valeur stratégique pour la France, dans un monde où États-Unis et Royaume-Uni possédaient encore un quasi-monopole sur les réserves d'or noir.

Le au matin, le général Leclerc assiste à une prise d'armes à Arzew, puis rejoint l'aérodrome de La Sénia où l'attend son avion personnel, un B-25 Mitchell baptisé Tailly 2 (Tailly est le nom de la commune de la Somme d'où est originaire Leclerc et aussi le nom de son char de commandement durant la guerre). Cet avion, à l'origine un bombardier moyen bi-moteurs a été transformé pour le transport d'autorités militaires[1]. Il comprend un petit bureau ainsi que des couchettes[1]. L'avion doit le conduire à Colomb-Béchar, une ville située à 200 km au sud d'Oran, non loin de la frontière avec le Maroc et où il doit passer la journée. La météo est mauvaise, le bulletin du matin précise que « le trajet Oran-Colomb-Béchar se situe en marge sud-est d'une importante perturbation [..] Une aggravation générale est prévue par l'ouest avec formation de nombreux vents de sable. »[1]

Le pilote hésite mais sait que le général Leclerc a horreur des contretemps[1]. L'avion décolle finalement à 10 h 15[1], et il a suffisamment de carburant pour rebrousser chemin si la météo l'empêche de se poser à Colomb-Béchar. Toutefois, un autre pilote, qui devait assurer la même liaison sur un Toucan, renonce à cause de la météo[1]. L'arrivée de l'avion est normalement prévue, une heure et demie plus tard, à 11 h 45[1]. Après un quart d'heure de vol, le radio demande à Béchar l'évolution des conditions météo et reçoit, en morse, la réponse : « Pluie faible intermittente, visibilité six à dix kilomètres. Plafond: 10/10 vers 500 mètres, sommets bouchés. Vent: secteur sud, 50 à 60 km/h avec rafales.»[1] Ces conditions ne sont pas bonnes mais encore acceptables. L'avion vole alors à 8 000 pieds et a de face un vent sans doute à 100 km/h[1].

À 11 h 34[1], l'aéroport de Béchar lui envoie sa position Gonio mais ce genre de position est à cette époque jugée peu fiable par les pilotes. Une douzaine de minutes plus tard, l'avion passe au dessus de la station de Bon-Arfa et l'équipage aperçoit alors la voie ferrée. Le pilote, le lieutenant François Delluc, décide de faire descendre l'avion à basse altitude et de suivre la voie ferrée du transsaharien qui conduit à Colomb-Béchar[2] (cette voie relie Oran à Colomb-Béchar). Des témoins le voient passer, à une vingtaine de mètres du sol, à une vitesse estimée de 250 km/h. À cet endroit, la voie ferrée traverse un grand plateau désertique.

L'horaire d'atterrissage est repoussé deux fois d'un quart d'heure par l'équipage. Le dernier message du B-25 disait : « Tout va bien à bord, sommes à dix minutes du terrain de Colomb-Béchar ». À ce moment là, la voie ferrée qu'ils suivent quitte le plateau désertique pour arriver dans des collines[1] . L'avion a donc sans doute cherché à reprendre de l'altitude.

Une heure plus tard, la rumeur d'un accident commençant à se propager à Colomb-Béchar, une colonne de la 1re compagnie saharienne portée de légion dirigée par le lieutenant-colonel Dudezert[1] se met en route vers le Nord en longeant la voie ferrée. Lorsqu'ils arrivent, ils découvrent les débris du bombardier éparpillés de part et d'autre du remblai de la voie ferrée (32° 07′ 54″ N, 2° 19′ 19″ O[3] sur plusieurs dizaines de mètres[1]. L'avion semble avoir percuté le remblai[1]. L'arrière de l'appareil est à gauche des rails, les moteurs une quarantaine de mètres plus loin sur la droite. Le kérosène est répandu sur le sol et brule encore comme les morceaux de corps dispersés[1]/.

Identification des corps[modifier | modifier le code]

Les légionnaires et secouristes commencèrent l'identification des corps dans l'après-midi du 28 sur la zone de l'accident. Toutes les victimes ayant été décapitées au contact avec le sol, ce sont les troncs qui ont été identifiés sur la base des uniformes, des grades et des papiers personnels. Le corps du général Leclerc est ainsi identifié, car on retrouve son portefeuille en partie calciné et sa chevalière[1]. Une fois les corps transportés à la morgue de l'hôpital de Colomb-Béchar dans la soirée, ce sont treize corps qui seront formellement dénombrés par les médecins bien que l'avion ne transportait que douze hommes.

Réactions et enquêtes[modifier | modifier le code]

Les douze corps identifiés arrivent à Alger par train le [1] puis à Paris le 6. Leclerc est inhumé aux Invalides aux côtés de Foch, Turenne et Vauban après une journée de deuil national.

Le rapport officiel conclura à l'imprudence du pilote François Delluc, malgré son expérience et ses états de service extrêmement brillants[Note 1], et à l'obstination du général Leclerc qui aurait ignoré la météo défavorable.

Jean-Christophe Notin démontre dans son livre que le B-25 de fabrication américaine avait été aménagé d'une manière imprudente par l'Armée de l'air en ajoutant une couchette à l'arrière qui a pu faire contrepoids et causer l'accident, surtout que l'appareil est connu pour basculer vers l'arrière à faible vitesse[1]. Il ajoute qu'aucun autre B-25 n'a jamais été utilisé pour transporter autant de passagers.

Liste des passagers et membres d'équipage[modifier | modifier le code]

Outre les quatre membres de l'équipage, le B-25 transportait le général Leclerc, son état-major et son aide de camp.

  • Lieutenant François Delluc, 31 ans, pilote[1]
  • Lieutenant André Pilleboue, 29 ans, navigateur[1]
  • Adjudant-chef Jean Guillou, 29 ans, mécanicien[1]
  • Sergent-chef Eugène Lamotte, 25 ans, opérateur radio[1]
  • Général d'Armée Philippe Leclerc de Hauteclocque, 45 ans, inspecteur général en Afrique du Nord
  • Colonel Théodore Fieschi, 41 ans, chef d'état-major de l'inspecteur général
  • Colonel Charles Clémentin, 47 ans
  • Colonel Louis du Garreau de la Méchenie, 47 ans
  • Colonel Paul Fouchet, chef d'état-major de la 10e région militaire
  • Capitaine de vaisseau Georges Frichement, 51 ans[2]
  • Commandant Michel Meyrand, 37 ans
  • Sous-lieutenant Robert Miron de l'Espinay, 24 ans, aide de camp

Un treizième corps, portant un uniforme de l'armée de l'air avec le grade de lieutenant, fut retrouvé dans les débris de l'appareil et n'a jamais été identifié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le lieutenant Delluc n'était pas le pilote attitré du général Leclerc mais celui-ci, le lieutenant Legoc, était malade et à la base de Villacoublay, le commandant du Groupe de liaisons aériennes ministérielles (le Glam, créé deux ans auparavant) a donc désigné Delluc pour le remplacer. Il avait déjà assuré six vols pour Leclerc. Il est considéré comme un pilote « Très consciencieux, sérieux, pondéré », qui comptait déjà plus de 2000 heures de vol. Pendant la guerre, entre mai et décembre 1944, il avait mené 36 missions de combats à bord de bombardiers lourds Halifax depuis l'Angleterre.
Références
  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w « L'inconnu du dernier vol du général Leclerc. Il y a cinquante ans, le général Leclerc mourait dans un accident d'avion au Sahara. Ils étaient treize à bord. Un de trop. », sur Libération.fr, (consulté le 17 août 2019)
  2. a et b « Ecole Navale / Espace tradition / Officiers célèbres », sur ecole.nav.traditions.free.fr (consulté le 17 décembre 2016)
  3. « Leclerc à Béchar » (consulté le 17 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]