Aïssata Tall Sall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (décembre 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Aïssata Tall Sall
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Podor, Sénégal
Nationalité Drapeau du Sénégal Sénégalaise
Parti politique Parti socialiste sénégalais
Diplômée de Université Cheikh-Anta-Diop
Profession Avocate

Aïssata Tall Sall, née le 12 décembre 1957 à Podor est une femme politique, avocate, membre du bureau politique du Parti socialiste sénégalais, ministre sous la présidence d'Abdou Diouf, député et maire de Podor depuis avril 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Née à Podor, Aissata Tall Sall quitte sa ville natale à l'âge de 11 ans pour s'inscrire au Lycée des filles John Fitzgerald Kennedy où elle sort diplômée du baccalauréat avec mention. Elle s'inscrit ensuite à la faculté des Sciences juridiques de l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar où au bout de quatre ans, major de sa promotion, elle est diplômée en droit privé. En 1992, après des stages au cabinet de maître Mour Seck et Bourgi, elle s'installe pour son propre compte au centre ville de Dakar et gère depuis lors un cabinet de six collaborateurs.[réf. nécessaire]

Du 4 juillet 1998 au 4 avril 2000, Abdou Diouf la nomme Ministre de la Communication, porte-parole du dernier gouvernement socialiste du premier Ministre Mamadou Lamine Loum.[réf. nécessaire]

Tombé dans l'opposition, le PS survit à des pertes de militants et grands responsables; elle s'accroche à ce Parti et en devient l'une des figures emblématiques.[interprétation personnelle] Cooptée dans le Bureau politique, elle gravit les échelons et se retrouve en 2007, après le congrès, porte-parole du Parti.[réf. nécessaire] Surnommée la « Lionne du Fouta » pour ses combats politiques, et ses prises de positions courageuses, elle résiste à la transhumance malgré les nombreuses pressions et menaces du régime libéral.[interprétation personnelle]

En 2007, à l'issue du Congrès du Parti Socialiste, elle devient la première femme de l'histoire du PS à accéder au poste de Secrétaire générale de l'Union régionale de Saint Louis.[réf. nécessaire]

En mars 2009, elle mène campagne lors des élections municipales sous la bannière de Benno Siggil Sénégal et gagne, avec son équipe, la mairie de Podor. Réélue aux élections municipales de juin 2014, au cours desquelles elle bat l'homme d'affaires Mamadou Racine Sy, investi par le parti au pouvoir l'APR du président Macky Sall.[réf. nécessaire]

Elle s'est illustrée dans divers procès internationaux dont la défense des généraux Palenfo et Coulibaly accusés de putsch militaire en Côte d'Ivoire, en Mauritanie pour défendre le président Ahmed Khouna Ould Haydallah, accusé de coup d'État, des opposants mauritaniens au président Ould Taya (procès de Wad Naga dit des cavaliers du changement), au Togo pour défendre l'ancien premier ministre Agboyomé Kodjo et autres procès en France et au Luxembourg et dans la Communauté Européenne. Au plan national, elle a été à la pointe du combat dans tous les procès des opposants au régime de Abdoulaye Wade. De 2000 à 2010; ainsi Abdourahim Agne, Ibrahima Sène, Amath Dansokho, Jean Paul Dias, Barthélémy Dias, Malick Noel Seck et d'autres personnalités du monde politique ont bénéficié de l'assistance juridique de Maître Aissata Tall Sall. Mais sa plus belle défense[interprétation personnelle] a été celle de l'affaire du bateau le Joola où elle a accepté, malgré son opposition sans concession[interprétation personnelle] à Abdoulaye Wade, de plaider pour son régime accusé en France d'avoir fait sombrer le bateau.[réf. nécessaire]

En mai 2006, Aissata Tall monte les marches de Cannes en compagnie de Abderrahmane Sissako pour présenter la première du film Bamako où elle joue son propre rôle, celui d'un avocat qui défend son continent contre les dérives des institutions internationales[1].

Aux élections législatives de juillet 2012, elle est élue sur la liste départementale de Benno Bok Yaakar et siège à l'Assemblée nationale sous la présidence de Moustapha Niasse.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]