Yörük

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yörük
Description de cette image, également commentée ci-après
Berger sur les Monts Taurus

Populations significatives par région
Drapeau de la Turquie Turquie [1]
Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord [2]
Autres
Régions d’origine Asie centrale
Langues Turc
Religions Islam sunnite , alevisme
Ethnies liées Turkmène, Azéris, Gagaouzes

Les Yörük[3] (signifie littéralement « ceux qui marchent ») ou Yeuruks habitent dans les monts Taurus , au sud de l'Anatolie et en partie dans la péninsule des Balkans. Ils sont un peuple de langue turque et qui partagent une culture et une histoire commune.

Ils sont les héritiers des Oghouzes, venus en Turquie au XIe siècle.

Culture[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Danses traditionnelles Yörük: Zeybek , Kaşık oyunları

Yörük d'Anatolie[modifier | modifier le code]

Répartition des Yörük et des Turkmènes en Anatolie.

Yörük des Balkans[modifier | modifier le code]

Répartition démographique de l'ethnie Yörük sous groupe ethnique turque dans les Balkans par tribu. Dessiné par le professeur historien docteur Yusuf Halaçoğlu

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. Jean-Charles Blanc, « Yörük », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 28 octobre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Resat Kasaba, « L'Empire ottoman, ses nomades et ses frontières aux XVIIIe et XIXe siècles », Critique internationale, 2001/3 (no 12), p. 111-127. [3]
  • Jean Cuisenier, « Une Tente turque d'Anatolie centrale », L'Homme, 1970, t. 10, no 2, p. 59-72.[4]

http://archive.wikiwix.com/cache/?url=https%3A%2F%2Fwww.cairn.info%2Frevue-critique-internationale-2001-3-page-111.htm