Îles Habibas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Îles Habibas
Localisation des îles Habibas
Localisation des îles Habibas
Géographie
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 35° 43′ 13″ N, 1° 08′ 00″ O
Superficie 0,4 km2
Point culminant 112 mètres (103 mètres m)
Administration
Wilaya Oran
Démographie
Population Aucun habitant (2010)
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Îles Habibas
Îles Habibas
Île en Algérie

Les îles Habibas (en arabe: جزر هابيباس), forment un ensemble insulaire situé en Algérie, à l'ouest d'Oran, face à la plage de Madagh. Elles font partie du territoire de la commune de Aïn El Kerma dans la wilaya d'Oran[1] en Algérie.

Les îles sont classées comme réserve naturelle maritime par l'Unesco depuis 2003 [2]et comme aire spécialement protégée d'importance méditerranéenne (ASPIM) depuis 2005[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le commandant Cousteau accosta avec son célèbre navire La Calypso aux îles Habibas en 1977. Il déclara que celles-ci sont l’un des 100 derniers cailloux perdus de la Méditerranée[3].

En 2008, les îles Habibas ont fait l'objet d'une visite d'un groupe de scientifiques de la fondation Nicolas Hulot à board du célèbre voilier Fleur de Lampaul . Leur mission consistait à mettre en oeuvre le projet intitulé «La préservation et la promotion de la réserve des îles Habibas», entrant dans le cadre de la mission scientifique «Petites îles de Méditerranée 2008», confié au Commissariat algérien du littoral et son homologue français. Le projet est cofinancé par l'État algérien et le Fonds français pour l'environnement mondial qui a accordé une contribution de 3 millions d'euros[4]. Un jumelage entre les îles d'Oran et celles de Marseille avait alors vu le jour.

Description[modifier | modifier le code]

Situées à 9,8 kilomètres au large des côtes algériennes, les deux plus grandes îles sont entourées d'un grand nombre de petits rochers. La plus importante porte le nom de Touria[5]. Cette dernière est longue de 1200 mètres et large de 160 à 600 mètres. Son sommet, situé au sud-sud-ouest de l'île et à 67 mètres au dessus du niveau de la mer, est couronné d'un phare[6] (Certains documents font état d'une altitude de 103 mètres. La photographie satellite a permis d'établir que cette indication n'était pas fondée). Une petite anse sur la côte constitue un bon mouillage pour les petites embarcations. La deuxième île, plus petite, se situe au nord-est de la précédente[7]. A l’ouest de l’île se trouve la crique de la Morte, en effet la dépouille d’une femme espagnole fut découverte à cet endroit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret no 03-147 du portant classement des Iles Habibas (wilaya d’Oran) en réserve naturelle marine », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 23,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  2. https://www.babzman.com%2Fle-phare-des-iles-habibas%2F&psig=AOvVaw1aIvBBjVQaz8RxFEp2aQdz&ust=1546562030237479&cshid=1546475628236
  3. a et b « Au large d’Oran, les iles Habibas : Un panorama de carte postale », sur dztourisme.com,
  4. http://www.lexpressiondz.com/actualite/271746-les-iles-habibas-en-attente-d-amenagement.html
  5. D'après Jean Gueydon, ce nom viendrait du phénicien t'sor = rocher, que les grecs avaient interprété par Tauria, du grec tauros = taureau.
  6. « Map Carta - Îles Habibas », sur Map Carta (consulté le 1er octobre 2018)
  7. Jean Gueydon, « Les îles du littoral algérien », Revue L'algérianiste, no 110,‎ , p. 55 (ISSN 0180-720X, lire en ligne).