État de conscience minimal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

État paucirelationnel
Classification et ressources externes
CIM-10 R40.10 [1]
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Mesure de la "fonction cérébrale dans le coma, l'état végétatif et les troubles associés" en utilisant des données telles qu'interprétées par Laureys S, Owen AM, Schiff ND (2004).

L'état de conscience minimal (également dénommée état pauci-relationnel : EPR) correspond à un état de conscience très altéré, mais qui permet de réelles capacités de communication de type relationnel et vérifiables par un examen médical. Cet état est différent du coma, de l'état végétatif chronique (EVC) ou syndrome d'éveil non-répondant, mais également du Locked-in syndrome ou syndrome de verrouillage[1].

Les patients concernés ont souvent une poursuite visuelle préservée. Ils peuvent présenter des changements comportementaux et émotionnels induits par des stimulations verbales (telle qu'une voix familière).

Définition[modifier | modifier le code]

Selon le traité de neuropsychologie clinique de l'adulte [2], « l'état de conscience minimal se caractérise contrairement à l'état végétatif par un certain degré de conscience ».

Les études d'imagerie fonctionnelle qui se basent sur des stimulations auditives et nociceptives pour étudier le sujet concerné ont démontré une activité du cortex plus étendu que les personnes en état végétatif. De plus, une meilleure connectivité a été constatée entre les cortex primaires et les cortex associatifs[3].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La distinction entre l'état végétatif et l'état de conscience minimal revêt une grande importance, et ce en raison des implications en termes de pronostic et des décisions thérapeutiques qui y sont liées. La personne en état de conscience minimal présente des réactions comportementales « conscientes » minimales et fluctuantes mais reproductibles. Il y a présence d’une interaction avec l’environnement. Ce comportement est incohérent, mais il se distingue nettement du comportement réflexe en raison de sa reproductibilité ou du fait qu’il est maintenu pendant une durée suffisante ; il est généralement provoqué par un stimulus externe.
En outre, il a été médicalement démontré que les patients en état de conscience minimal perçoivent les émotions[4] et la douleur[5].

Pour pouvoir établir le diagnostic d'état de conscience minimal, il faut la présence d’un ou de plusieurs comportements suivants :

  • réponse à la commande ;
  • réagir par oui/non (par le biais de signe ou par le biais du langage), sans tenir compte de la précision de la réaction ;
  • des verbalisations compréhensibles ;
  • un comportement orienté c’est-à-dire qu’il existe un lien significatif entre le comportement et les stimuli environnementaux précis, ce comportement ne faisant donc pas partie des comportements-réflexes, par exemple des rires ou des pleurs exprimés de façon adéquate; des vocalises ou des gestes en réponse directe au contenu d’une question ; l’orientation vers des objets (rapport explicite entre la localisation de l’objet et la direction du mouvement) ; le toucher ou la préhension adéquate d’objets, ce qui montre une adaptation par rapport à la taille et à la forme de l’objet; la poursuite oculaire ou la fixation prolongée en réponse directe à des stimuli visuels (qui se déplacent)

Lorsque les comportements suivants sont observés le patient émerge de l'état de conscience minimal :

  • communication fonctionnelle interactive: les paramètres sont des réponses oui/non exactes à 6 questions de base sur 6 concernant l’orientation situationnelle (p.ex. suis-je assis tout près ? Est-ce que je montre le plafond ?) pendant deux évaluations consécutives; ou
  • utilisation fonctionnelle de deux objets différents (pour ce faire, il faut pouvoir discriminer les objets) : Les paramètres y afférents sont l’utilisation correcte de deux objets différents au cours de deux évaluations consécutives (p.ex. se peigner les cheveux, écrire sur du papier avec un stylo).

Causes[modifier | modifier le code]

Un état de conscience minimale est souvent du à une lésion cérébrale, voire des suites d'une hypoxie cérébrale diffuse et peut donc également succéder à un état végétatif lorsque des personnes récupèrent certaines fonctions[6].

Traitement et soins[modifier | modifier le code]

Il faut séparer le traitement médical en lui-même (prise en charge médicale et éventuelle prescription médicamenteuse) et les soins purement infirmiers (traitement de diverses lésions dues à l'immobilisation, telles que les escarres et les contractures).

Traitement médical[modifier | modifier le code]

Des traitements pour ramener un patient d'un état végétatif à un état de conscience minimal, bien que de nature expérimentale, existent et un cas a été relaté dans la presse pour un patient, grâce à une technique de stimulation nerveuse, sans que ce traitement parvienne à lui faire retrouver son état de conscience initial[7]

Soins infirmiers[modifier | modifier le code]

Ces soins sont liés à l'absence de mobilité du patient qui reste très souvent alité de façon permanente, ce qui peut entraîner des lésions cutanées d'origine ischémique, tels que les escarres, liée à une compression des tissus mous entre un plan dur tel qu'un matelas et les saillies osseuses, ce qui peut être atténué par l'utilisation d'une literie spécialisée et de la pose de pansements préventifs.

Article connexe : Déglutition.

Les personnes concernées présentant des troubles de la déglutition ont besoin d'une assistance afin de pouvoir se nourrir (telle que l'alimentation par une sonde gastrique) mais il existe également des protocoles basés sur des stimulations olfactives et gustatives permettant à certains patients de s'alimenter progressivement par la voie orale[8]

Histoire et société[modifier | modifier le code]

L'affaire Vincent Lambert a fait connaître l'état de conscience minimal à un large public en France (photo d'une audience du procès à la CEDH en 2015

Affaire médiatique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Affaire Vincent Lambert.

L'affaire médico-politico-judiciaire liée à l'état de Vincent Lambert, un patient hospitalisé plongé dans un état de conscience minimal et survenue en France durant les années 2010, a permis de faire connaitre cet état dans le grand public, mais selon une enquête effectuée par divers médias auprès des services spécialisés (et repris par le ministère de la Santé) en 2019, le chiffre d'environ 1 500 patients placés, soit dans un état végétatif chronique, soit dans un état pauci-relationnel, a été avancé de façon non officielle[9].

Considération éthique[modifier | modifier le code]

Les personnes qui subissent un état de conscience minimal (dénommé par l'acronyme EPR) sont généralement en situation de handicap considéré comme fixé, chronique et irréversible, ceci justifiant des soins de base ainsi qu'un traitement spécifique.
Le Dr Xavier Ducrocq, conseiller médical des parents de Vincent Lambert[10] et praticien spécialisé en neurologie, évoquant la circulaire n° 2002-288 du 3 mai 2002, explique, sur le site genethique.org (proche de la fondation Jérôme-Lejeune, une des principales associations française militant contre l'euthanasie[11]), au sujet du type de soins à appliquer à ces personnes que celles-ci s'inscrivent dans le « cadre des soins prolongés qui ont besoin d'une surveillance constante ainsi que des soins continus à caractère technique ». Selon ce même médecin, « des évolutions législatives sont nécessaires pour instituer cette nouvelle catégorie de soins ». celui-ci précise également que ces « personnes ne peuvent pas être considérées comme en situation de fin de vie »[12].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Des structures accueillant des personnes, dites en EVC ou en EPR, existent en France et dans d'autres pays européens et celle-ci se présentent généralement sous la forme de petites unités telles que des maisons d'accueil spécialisé (MAS) ou des services de soins de suite et de réadaptation rattachée à des hôpitaux publics ou privés. Selon une enquête publiée par le journal le Monde en 2014, leur nombre en France est évalué à 131 structures et leur taux d’occupation est de 100 %[13]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Audrey Vanhaudenhuyse et Stephen Laureys, « Coma, état végétatif/non répondant, état de conscience minimale et locked-in syndrome », sur Coma Science Group / coma.ulg.ac.be, (consulté le 23 mai 2019)
  2. "Traité de neuropsychologie clinique de l'adulte", tome 1 de la 2ème édition, 2014
  3. Xavier Seron, Traité de neuropsychologie clinique de l'adulte: Tome 1 - Evaluation, De Boeck Solal (ISBN 978-2-35327-235-8, lire en ligne)
  4. « Cerebral processing in the minimally conscious state Laureys S, Perrin F, Faymonville ME, Schnakers C, Boly M, Bartsch V, Majerus S, Moonen G, Maquet P Neurology 63 (2004) 916-918 »
  5. « Perception of pain in the minimally conscious state with PET activation: an observational study Boly M, Faymonville ME, Schnakers C, Peigneux P, Lambermont B, Phillips C, Lancellotti P, Luxen A, Lamy M, Moonen G, Maquet P, Laureys S Lancet Neurology, 7 (2008) 1013-1020 »
  6. Kenneth Maiese, « État de conscience minimale », sur msdmanuals.com, (consulté le 22 mai 2019)
  7. Anissa Boumedienne, « Revenir d'un état végétatif à un état de conscience: Quels espoirs pour les patients? », sur 20minutes.fr, (consulté le 22 mai 2019)
  8. Margaux Béatrix, « Amélioration des compétences en déglutition chez des patients en état végétatif chronique et en état pauci-relationnel », sur umas.ccsd.cnrs.fr, (consulté le 22 mai 2019)
  9. Valérie Auslender, « Qu'est-ce qu'un état de conscience minimal ? », sur allodocteurs.fr, (consulté le 22 mai 2019)
  10. « VIDEO. L’affaire Vincent Lambert rebondit à Nancy », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 27 août 2019)
  11. « Qui sommes-nous ? | Gènéthique », sur genethique.org (consulté le 27 août 2019)
  12. Dr Xavier Ducrocq, « état végétatif chronique et état pauci-relationnel ce-qu'ils sont et ne sont pas », sur genethique.org, (consulté le 22 mai 2019)
  13. Laetitia Clavreul, « 1500 personnes dans un état proche de celui de Vincent Lambert », sur lemonde.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Traité de neuropsychologie clinique de l'adulte: Tome 1 - Évaluation sous la direction de Xavier Séron et de Martial Van Der Linden (Université de Liège) (ISBN 978-2-35327-235-8), Chapitre 6 Les états de conscience modifiés

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]