Élections législatives régionales de 2016 en Rhénanie-Palatinat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives régionales de 2016 en Rhénanie-Palatinat
101 sièges du Landtag
(Majorité absolue : 51 sièges)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 071 972
Votants 2 161 506
70,35 %  +8,5
Votes exprimés 2 130 621
Votes blancs et nuls 30 885
Landtagswahl Rheinland-Pfalz ZDF-Interview by Olaf Kosinsky-73.jpg SPD – Malu Dreyer
Voix 771 848
36,23 %
 +0,5
Députés élus 39  −3
Julia Klöckner 2016.tif CDU – Julia Klöckner
Voix 677 507
31,80 %
 −3,5
Députés élus 37  −4
Landtagswahl Rheinland-Pfalz LPK Spitzenkandidaten by Olaf Kosinsky-12.jpg AfD – Uwe Junge
Voix 268 628
12,61 %
 +12,6
Députés élus 14  +14
Volker Wissing-2632.jpg FDP – Volker Wissing
Voix 132 294
6,21 %
 +2
Députés élus 7  +7
Landtagswahl Rheinland-Pfalz LPK Spitzenkandidaten by Olaf Kosinsky-55.jpg Grünen – Eveline Lemke
Voix 113 261
5,32 %
 −10,1
Députés élus 6  −12
Vainqueur par circonscription
Carte
17e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-présidente
Sortant Élu
Malu Dreyer
SPD
Malu Dreyer
SPD
www.election.de

Les élections législatives régionales de 2016 en Rhénanie-Palatinat (en allemand : Landtagswahl in Rheinland-Pfalz 2016) se tiennent le , afin d'élire les 101 députés de la 17e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin est marqué par la victoire du SPD de la ministre-présidente Malu Dreyer, qui confirme sa majorité relative avec un léger recul. Elle assure son maintien au pouvoir en s'associant au FDP et aux Grünen.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le , le ministre-président Kurt Beck, au pouvoir depuis , annonce sa volonté de se retirer de la vie politique. Un congrès extraordinaire du SPD régional désigne le la ministre du Travail Malu Dreyer pour lui succéder. Elle reçoit l'investiture du Landtag le , devenant la première femme à gouverner le Land de Rhénanie-Palatinat.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 101 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 51 circonscriptions ; la seconde voix lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 101 sièges est répartie en fonction des secondes voix récoltées, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultats de 2011
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Malu Dreyer
(Ministre-présidente)
35,7 % des voix
42 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Julia Klöckner 35,2 % des voix
41 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Eveline Lemke
(Ministre de l'Économie)
15,4 % des voix
18 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections législatives régionales de 2016 en Rhénanie-Palatinat[1]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke AfD
YouGov 10/03/2016 36 % 35 % 6 % 6 % 4 % 11 %
Forsa 09/03/2016 35 % 35 % 6 % 6 % 4 % 9 %
INSA 07/03/2016 35 % 35 % 7 % 5 % 3 % 9 %
Forschungsgruppe Wahlen 04/03/2016 35 % 34 % 6 % 6 % 4 % 10 %
Infratest dimap 03/03/2016 36 % 34 % 7 % 5 % 4 % 9 %
Infratest dimap 01/03/2016 36 % 32 % 8 % 6 % 4 % 9 %
INSA 28/02/2016 35 % 32,5 % 10 % 6 % 4 % 8,5 %
GESS Phone & Field 25/02/2016 37 % 33 % 8 % 5 % 3 % 9 %
INSA 22/02/2016 35 % 33 % 9 % 7 % 4 % 8,5 %
Infratest dimap 11/02/2016 37 % 31 % 8 % 6 % 4 % 9 %
INSA 05/02/2016 36 % 32 % 10 % 6 % 3 % 8 %
Forschungsgruppe Wahlen 22/01/2016 38 % 31 % 7 % 5 % 5 % 9 %
Infratest dimap 14/01/2016 37 % 31 % 9 % 5 % 5 % 8 %
Infratest dimap 10/12/2015 39 % 31 % 9 % 5 % 5 % 7 %
INSA 25/11/2015 38,5 % 31 % 11 % 4,5 % 3,5 % 7 %
GESS Phone & Field 19/11/2015 40 % 33 % 9 % 5 % 3 % 5 %
Forschungsgruppe Wahlen 06/11/2015 41 % 30 % 8 % 4 % 5 % 6 %
Infratest dimap 24/09/2015 41 % 31 % 10 % 5 % 5 % 4 %
Dernières élections 27.03.2011 35,2 % 35,7 % 15,4 % 4,3 % 3,0 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections législatives régionales de 2016 en Rhénanie-Palatinat
Partis Circonscriptions Liste Total des sièges
Votes  % Sièges +/− Votes  % Sièges Total +/−
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 759 264 36,05 27 en augmentation 4 771 848 36,23 12 39 en diminution 3
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 733 764 34,84 24 en diminution 4 677 507 31,80 11 35 en diminution 6
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 147 699 7,01 0 en stagnation 268 628 12,61 14 14 en augmentation 14
Parti libéral-démocrate (FDP) 143 850 6,83 0 en stagnation 132 294 6,21 7 7 en augmentation 7
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 135 722 6,44 0 en stagnation 113 261 5,32 6 6 en diminution 12
Autres 185 746 8,82 0 en stagnation 167 083 7,84 0 0 en stagnation
Votes valides 2 106 045 97,43 2 130 621 98,57
Votes blancs et nuls 55 461 2,57 30 885 1,43
Total 2 161 506 100 51 en stagnation 2 161 506 100 50 101 en stagnation
Abstentions 910 466 29,65 910 466 29,65
Nombre d'inscrits / participation 3 071 972 70,35 3 071 972 70,35

Analyse[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que les sondages indiquaient, le SPD de la ministre-présidente Malu Dreyer reste la première force politique du Land et réalise un résultat comparable au scrutin précédent. Le revers subi par la « coalition rouge-verte » au pouvoir est surtout à mettre au crédit des Grünen de la vice-ministre-présidente Eveline Lemke, qui divisent leur résultat par trois et sauvent de justesse leur représentation parlementaire, cinq ans seulement après avoir établi leur record en voix et sièges. La CDU de Julia Klöckner, vice-présidente fédérale du parti, subit elle aussi une déconvenue. Échouant à reprendre la première place, elle se laisse distancer par le SPD et réalise son plus mauvais résultat régional. Le principal succès se situe du côté de l'AfD, qui atteint la troisième place pour sa première participation à une élection parlementaire régionale en Rhénanie-Palatinat. Son score représente le double de celui du FDP, qui réussit à faire son retour au Landtag après cinq années d'absence.

Réactions[modifier | modifier le code]

Les partis de la coalition sortante proposent au FDP de les rejoindre afin de former une coalition en feu tricolore[2]. Le , le FDP décide à l'unanimité d'entamer des négociations avec les sociaux-démocrates et les écologistes[3]. Ils parviennent à un accord programmatique le , seuls restant à répartir les différents ministères[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , Malu Dreyer est investi ministre-présidente de Rhénanie-Palatinat et forme son second cabinet[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Sonntagsfrage – Rheinland-Pfalz (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 3 octobre 2017).
  2. (de) « Koalitionsgespräche in Rheinland-Pfalz - Die FDP als Königsmacher? », sur Deutschlandfunk, (consulté le 27 mars 2016).
  3. (de) « FDP will über Ampelkoalition verhandeln », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne).
  4. (de) « Ampel-Koalition in Mainz steht », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne).
  5. (de) « Rheinland-Pfalz: Dreyer bleibt Ministerpräsidentin », Die Zeit,‎ (ISSN 0044-2070, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]