Édouard Delaporte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un architecte image illustrant français image illustrant un peintre
image illustrant français image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un architecte français, un peintre français et un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Édouard Delaporte
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation

Édouard Delaporte, né en 1909 à Paris, et mort en 1983 à Saint-Jeannet, est un architecte, peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1929, Édouard Delaporte commence à peindre et s'inscrit à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En 1937, il devient architecte diplômé par le gouvernement. Un an après, il entame sa carrière architecturale avant d’être mobilisé en 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, Delaporte quitte la France et s’installe à Rabat au Maroc. Pendant dix ans, il réalise de nombreux édifices publics et privés. En 1956, au moment de l’indépendance du Maroc, il rentre en France et se fixe à Antibes. En 1978, il s’installe à Saint-Jeannet, petit village de l’arrière-pays niçois, où il se consacre à la peinture. Il meurt le dans sa maison, place sur le Four.

Peinture[modifier | modifier le code]

Son œuvre peint, au départ abstrait, lui permet, dit-il, « de creuser l'organisation plastique de la toile et de fouiller le réalisme des rapports, qui est la vérité de l'abstraction »[1]. La figuration vient plus tard. Pour le peintre, il s'agit « d’une conciliation entre le monde de l’abstraction, sa vision dépouillée et le monde passionnant et passionnel de la nature »[1]. La peinture « surréelle » était, au fond, une manière « d’exprimer non pas l’imprévu des moyens ou du figuré, mais le mystère de la peinture elle-même. »[1]

Principales expositions[modifier | modifier le code]

  • 1959 : musée Picasso, château d’Antibes.
  • 1961 : exposition de groupe « Les Revenants » au musée Picasso, château d’Antibes.
  • 1963 : exposition particulière à Paris, galerie Camille Renaud.
  • 1963 : exposition personnelle, no 23 place Saint-André-des-Arts, Paris, présentée par René de Solier[2].
  • 1971 : Maison de la culture de Firminy, présentée par Jacques Prévert.
  • 1972 : exposition de sculptures au musée Picasso, château d’Antibes. Catalogue, « Sculptures présentées par Michel Butor » [3].
  • 1973 : musée Picasso, château d’Antibes, peintures et sculptures, présentée par Romuald Dor de la Souchère.

« Peut-on enguirlander de mots un inventeur d’images ?», brochure, château d’Antibes, juillet-octobre 1973.

  • 1974 : Maison de la culture de Grasse.
  • 1975 : musée Picasso, château d’Antibes, présentée par Romuald Dor de la Souchère.
  • 1985 : exposition d’Édouard Delaporte, dans le cadre de la manifestation « Le Parlement des Idoles »,

sur un argument de Michel Butor, 1985, villa Arson, Nice[4].

  • 1994 : galerie Mantoux-Gignac, présentation par Michel Butor, Cf. « Evocation[Quoi ?] ».
  • 2002 : exposition particulière, « Épouvantails et architecture », Espace Paul Mayer, Université de Picardie Jules Verne.

Architecture[modifier | modifier le code]

  • Gymnase du stade Foch à Rabat[5]
  • Immeuble Ben Kemoun à Rabat, Maroc, 1952[6]
  • Poste frontière à Khedadra, Édouard Delaporte, architecte ; Pradeaux, ingénieur[7],[8]
  • Perception de Rabat Nord, Édouard Delaporte, architecte[8]
  • Maison pour un architecte à Rabat, Édouard Delaporte, architecte[9]
  • Villa à Salé, Maroc, Édouard Delaporte, architecte[10],[11]
  • Villa Menguy à Rabat, Maroc, 1952[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Extrait des entretiens parus dans « Aller plus loin avec Édouard Delaporte. Peut-on enguirlander de mots un inventeur d'images ? », in Catalogue de l'exposition au Château d'Antibes, Musée Picasso. Juillet-octobre 1973.
  2. Exposition Œuvres d'Antibes, au Disquaire, no 23 rue Saint-André-des-Arts, 75006 Paris, du 10 juin au 30 juin 1963.
  3. Catalogue Édouard Delaporte. Sculptures présentée par Michel Butor. Convocation des pénitents, juillet-novembre 1972
  4. Expositions de printemps. Le parlement des idoles et Regards sur la villa Arson, au Centre national d'art contemporain-Villa Arson. Février 1985.
  5. « Architecture contemporaine dans le monde 55 », in L'Architecture d'aujourd'hui, 25e Année, juillet-août 1954.
  6. World’s Contemporary Architecture, Vol. 10 France, Tokyo, The Shokokusha Publishing Co., 1953, p. 32.
  7. « Maroc », in L’architecture d’aujourd’hui, Revue internationale d’architecture contemporaine, 21e année, mai 1951
  8. a et b « Afrique du nord », in L’architecture d’aujourd’hui, 26e année, no 60, juin 1955, p. 82.
  9. « Architecture contemporaine dans le monde », in L’architecture d’aujourd’hui, no 52, 25e année, janvier-février 1954, p. 12-13
  10. World’s Contemporary Architecture, p. 40-41
  11. « Habitations individuelles », in L’architecture d’aujourd’hui, 23e Année, no 44, septembre 1952. Cf. p. 37-38
  12. World’s contemporary Architecture, p. 33

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

  1. Base Joconde[réf. insuffisante]