Âne des Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Âne des Pyrénées
Âne des Pyrénées sur le campus de l'Université Lille I.
Âne des Pyrénées sur le campus de l'Université Lille I.
Région d’origine
Région sud et sud-ouest de la Drapeau de la France France
Caractéristiques
Taille entre 1,20 m et 1,35 m pour le type gascon et supérieure à 1,35 m pour le type catalan
Robe noir, noir pangaré, bai foncé
Oreilles longues, minces et dressées
Autre
Utilisation bât, selle, attelage, production de mulets

L’âne des Pyrénées est une race d’ânes originaire du sud et du sud-ouest de la France. On distingue deux types différents mais qui partagent un même standard : le type gascon, petit et trapu, et le type catalan, fin et élégant. C'est un âne très polyvalent que l'on utilise aussi bien pour le bât et l'attelage, que pour la production mulassière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de l'âne des Pyrénées sont complexes puisqu'au vu de la grande étendue de son berceau d'origine, une grande variété de types d'âne était autrefois connue[1]. En France, on parlait ainsi de types Lourdais, Tarbais, de Tournay, du Béarn ou de Balagué ; et en Espagne de types de Vic ou d'Urgell[1]. Tous ces types sont aujourd'hui regroupés sous seulement deux types, le type Gascon et le type Catalan avec un désir de regrouper la population autour d'un même standard fondé sur l'iconographie d'archives et sur les descriptions des hippologues données au cours des derniers siècles[1].

La race est reconnue par le ministère de l'agriculture et les Haras nationaux depuis 1997[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'âne des Pyrénées se distingue par deux types :

  • Le type gascon, pour les animaux d'aspect trapu dont la taille est comprise entre 1,20 m et 1,35 m[3].
  • Le type catalan, pour les animaux d'aspect fin et élégant, à l'ossature légère, et dont la taille est supérieure à 1,35 m[3].

L'âne des Pyrénées présente les caractéristiques suivantes : sa tête est large et sèche[4]. Son profil est droit ou mieux, concave[4]. Les oreilles sont longues et portées en avant[4]. Elles sont garnies de duvet parfois débordant[4]. La bouche est large, les lèvres fermes, les naseaux sont bien ouverts[4]. L'œil est expressif et vif[4]. Sa robe est noire, noir pangaré, bai foncé[5]. Le pourtour des yeux, le bout du nez, les aisselles, le ventre et l'intérieur des membres sont décolorés[3]. La zone tangente entre les deux couleurs est souvent nuancée de roux[3]. La peau est très fine[3]. Son encolure est longue, la ligne du dessus est bien musclée et le garrot peu prononcé[6]. Le poitrail est plutôt plat mais éclaté[6]. La croupe est brève et rabattue, la hanche est parfois saillante[6]. Les membres sont bien dirigés, le sabot est large et le paturon long[6].

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'âne des Pyrénées est très polyvalent[5]. Les ânes de petite taille, de type gascon, sont utilisés à l'attelage et au bât[3], où ils sont capables de porter le quart de leur poids[7]. Ceux de plus grande taille, de type catalan, sont eux plutôt utilisés pour leurs aptitudes mulassières[3]. On les croise ainsi avec des juments mérens, castillonnaises, percheronnes, bretonnes, anglo-arabe ou pure race espagnole[5].

Article détaillé : Mule des Pyrénées.

D'autres pistes sont aussi aujourd'hui étudiées. On l'utilise pour le débroussaillage et comme animal pédagogique[3]. Le lait d'ânesse, reconnu comme étant le plus proche du lait humain et le mieux à même de s'y substituer[7], et les produits cosmétiques dérivés sont aussi notables[3].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Logo de Association nationale ânes et mulets des Pyrénées.

Le berceau de la race est principalement centré sur deux régions : Nouvelle-Aquitaine et Occitanie[5].

Si l'âne des Pyrénées a été menacé, comme toutes les races d'ânes, par la mécanisation agricole, l'élevage français est aujourd'hui stable, voire en légère augmentation[5]. On compte 41 éleveurs en activité en 2013[5]. Cette même année, 164 ânesses des Pyrénées ont été saillies, dont 143 pour produire de l'âne des Pyrénées, et 30 baudets étaient en activité[5].

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Nombre de naissances en France[5] 66 71 70 65 58 74 75 87

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Fiche de l'âne des Pyrénées sur equipyrene.com » (consulté le 17 décembre 2009)
  2. Farissier 2007, p. 76-77
  3. a b c d e f g h et i « Présentation de l'APY et de l'âne des Pyrénées sur bourricot.com » (consulté le 17 décembre 2009)
  4. a b c d e et f « Standards de l'âne des Pyrénées sur le site de l'APY » (consulté le 16 décembre 2009)
  5. a b c d e f g et h « L'âne des Pyrénées », sur Haras nationaux (consulté le 31 mars 2016)
  6. a b c et d Siméon 2008, p. 112-115
  7. a et b « Utilisations de l'âne des Pyrénées sur » (consulté le 16 décembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Farissier, « L'âne des Pyrénées », dans L'âne, Editions Artemis, , 118 p. (ISBN 9782844166425, lire en ligne), p. 76-77
  • Victor Siméon, « L'âne des Pyrénées », dans Anes & Mulets - Découverte et techniques d'entretien et de dressage, De Vecchi, , 192 p. (ISBN 9782732892801), p. 112-115. 
  • Lætitia Bataille, « Âne des Pyrénées », dans Races équines de France, France Agricole Éditions, , 286 p. (ISBN 9782855571546, lire en ligne), p. 265-268