Mickey Cohen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mickey Cohen
Information
Nom de naissance Meyer Harris Cohen
Naissance
Brooklyn, New York, États-Unis
Décès
Los Angeles
Patrie Drapeau des États-Unis États-Unis
Cause du décès Cancer de l'estomac
Condamnation 1961
Sentence 15 ans
Yiddish Connection
Affaires Fraude fiscale
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville(s) Los Angeles

Mickey Cohen (né Meyer Harris Cohen le à Brooklyn, New York et décédé le (à 62 ans) à Los Angeles) est un gangster rattaché à la Yiddish Connection ayant des liens très étroits avec la mafia italienne. Son influence au sein du crime organisé à Los Angeles a été très importante des années 1930 aux années 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années : du petit trafiquant au champion de boxe[modifier | modifier le code]

Mickey Cohen est né le à Brooklyn, New York (bien que sa tombe porte la date de 1914). Sa mère, Fanny, avait quitté Kiev en Ukraine pour émigrer aux États-Unis. Entre 1916 et 1919, cette dernière emménage avec sa sœur Lillie et le petit Mickey dans le quartier de Boyle Heights, à Los Angeles, où elle ouvre une épicerie et une pharmacie, puis abandonnera sa famille peu de temps après. À six ans, Mickey vend des journaux dans la rue, où le déposent ses frères Harry et Louis. Mickey et ses frères (à l'exception de Sam), juifs pratiquants, deviennent rapidement de véritables contrebandiers qui n'hésitent pas à se battre pour protéger leur commerce illégal. En 1923, à neuf ans, Mickey vend de l'alcool aux clients de la pharmacie familiale, transformée en distillerie clandestine. Il est arrêté une première fois à cette occasion mais rapidement libéré grâce aux relations de son frère. Il recommencera à vendre de l'alcool de contrebande un peu plus tard à Los Angeles.

Habitué des rixes à l'adolescence, Mickey commence à organiser et à participer à des combats de boxe illégaux : d'abord à Los Angeles, puis sur la Côte Est. Très doué, on lui propose des combats comme boxeur professionnel poids plume, (il mesure 1,65 m). Il sera ainsi opposé à d'excellents boxeurs, parmi lesquels Tommy Paul à Cleveland qui le battra cependant par K.O. technique dès la 1ère reprise.

La rencontre avec le grand banditisme et la mafia[modifier | modifier le code]

Gangster et boxeur remarqué, Cohen se fait remarquer des chefs du grand banditisme. Cogneur et malin, il est engagé par la mafia. On l'installe alors à Cleveland (Ohio). Il rencontre Lou Rothkopf, un associé de Moe Dalitz, puis retourne sur la côte Est, à New York, où il devient un associé des Tommy Dioguardi, Johnny Dio (en) et Owney Madden (en). Il repart ensuite pour le centre du pays à Chicago.

Les années 1920 : la Prohibition[modifier | modifier le code]

Al Capone contrôle plusieurs trafics à Chicago à l'époque, dont celui de l'alcool. Mickey Cohen travaille comme enforcer pour l'organisation d'Al Capone (le Chicago Outfit) et se spécialise dans les parties de cartes. Mickey est condamné pour son rôle dans la mort de plusieurs gangsters lors d'une partie de cartes qu'on suppose ayant mal tourné, mais ces gangsters devaient peut-être de l'argent à Capone.

Al Capone use de son influence pour faire rapidement libérer Cohen, qui recommence à organiser des parties de cartes et autres opérations illégales de jeux de hasard. Il devient plus tard l'associé de Mattie Capone, le jeune frère d'Al. Il travaillera également pour Jake Guzik mais il sera rapidement contraint d'abandonner Chicago pour Cleveland, après avoir perdu une partie de jeu de hasard qu'il avait lui-même proposée.

À Cleveland, Cohen travaille de nouveau pour Lou Rothkopf, un associé de Meyer Lansky et de Bugsy Siegel. Mais il y a peu de travail pour Cohen à Cleveland, on l'envoie alors à Los Angeles sur la côte Ouest, car il a plusieurs conflits avec des membres du clan Capone.

De garde du corps du Syndicat à leader de Los Angeles[modifier | modifier le code]

À Los Angeles, Meyer Lansky et Lou Rothkopf l'ont chargé d'assister Bugsy Siegel, lui aussi quelque peu en disgrâce sur la côte Est. Pendant leur association, Cohen participe à la construction du Flamingo Hotel à Las Vegas, ville contrôlée par des Italiens. En 1947, les familles du crime ordonnent la mort de Siegel, le prétexte étant qu'il aurait mal dirigé le Flamingo Hotel et que lui ou sa petite amie (Virginia Hill (en)) aient puisé dans la caisse. Cohen prit très mal la nouvelle de l'assassinat de son associé et ami. Il cherche à le venger, se renseigne au sujet des assassins. Il apprend qu'ils sont logés à l'Hôtel Roosevelt, Cohen y va : il tire sur deux personnes, avant de s'en prendre au plafond, exigeant que les assassins le rencontrent à l'extérieur dans dix minutes. Mais personne n'apparaît et Cohen doit s'enfuir à l'arrivée de la police. Il y a des chances que Cohen n'ait fait montre ici que de comédie : c'est à lui que profite le crime puisque Siegel mort, il devient le seul et unique leader du contrôle du jeu à Las Vegas.

Les années 1950 : l'apothéose, un des deux rois de Los Angeles[modifier | modifier le code]

La mafia italienne, en tuant Siegel, a décapité l'organisation de Los Angeles, qui passe alors sous son contrôle. Frank Carbo (en) de la famille Dragna est chargé de la ville. Mickey Cohen qui avait déjà travaillé avec cette mafia continue à contrôler l'industrie du jeu. Ses méthodes violentes finissent par le signaler à l'attention des autorités fédérales qui enquêtent sur les opérations du clan Dragna.

Au cours de cette période, Cohen doit faire face à plusieurs tentatives d'assassinat, dont certaines vraisemblablement fomentée par les forces de l'ordre. Sa maison, située sur la très chic avenue Moreno, à Brentwood, sera même bombardée. Pour se protéger, il transforme sa maison en forteresse, installant des projecteurs, des systèmes d'alarme et un arsenal bien équipé, qu'il conservait, comme il aimait à le raconter souvent en plaisantant, à côté de ses 200 costumes faits sur mesure. Cohen a aussi brièvement eu pour garde du corps et chauffeur Johnny Stompanato. Tout comme Stompanato, Mickey Cohen avait le goût des femmes, parmi les plus célèbres et les plus attirantes (des actrices de Hollywood comme des stripteaseuses).

Bien que Mickey Cohen n'eut qu'une épouse, cela ne s'empêcha pas de la tromper très souvent ; et il avait beau jeu d'affirmer à sa mort qu'elle était une lady incomparable et qu'il n'en trouverait plus jamais une comme elle. Cohen ne se remaria plus jamais. Sans qu'il s'en rende compte, la mort de sa femme marque pour lui le début de la fin.

En 1950, Michael Cohen fait l'objet d'une enquête parlementaire en même temps que de nombreux autres criminels. La commission chargée de l'enquête condamnera Cohen pour évasion fiscale à cinq années de réclusion, il n'en fera que quatre. Il est interné dans un pénitencier de l'État de Washington ; il y est bien traité, entretenant des relations amicales et chaleureuses avec ses gardiens (il leur servait de teinturier). Relâché, il revient à Los Angeles où il reprend ses précédentes activités, acquérant une renommée internationale. Il sera rédacteur en chef d'un journal dont les ventes battront des records, d'après l'écrivain Brad Lewis. Il apparaît même sur les écrans de télévision, interviewé par Mike Wallace, vers la fin des années 1950. Il investit par la suite dans des fleuristeries, des drogueries, des boîtes de nuit, des casinos, des stations d'essence, des merceries, etc., dans son quartier de Brentwood, selon l'écrivain Richard Lamparski.

Les années 1960 : des années d'internement difficiles[modifier | modifier le code]

En 1961, Cohen fut à nouveau condamné pour évasion fiscale et envoyé à Alcatraz, mais cette fois il est condamné pour 15 ans, et envoyé dans une prison plus dure. À la fermeture définitive du centre (1963), il est transféré au pénitencier d'Atlanta, loin de la côte Ouest. Pour lui, c'est un tournant désastreux dans sa vie : loin de Los Angeles, il est beaucoup moins influent auprès des autres détenus, et il est ainsi plus vulnérable ; c'est alors qu'il fait une mauvaise rencontre : un codétenu le frappe violemment à la tête sans raison dans sa cellule avec un tube en plomb. Il n'a pas pu se défendre puisqu'il a été attaqué par derrière pendant qu'il regardait la télé. Plongé dans le coma, il se réveille quelques jours plus tard. Souffrant de lésions irréparables au cerveau ainsi que de troubles de la mémoire, il en restera gravement affecté jusqu'à sa mort. Il sort de prison en 1972.

Les années 1970 : libération et mort[modifier | modifier le code]

Libre et de retour à LA, il se lia à l'actrice Edy Williams (en). Cohen connaissait tout le monde à Hollywood, jusqu'à Marilyn Monroe. Il était un proche de Richard Nixon et apparut aux côtés de son ami le prédicateur Billy Graham lors d'un rallye évangélique au Madison Square Garden. On reparla de lui à l'occasion de l'enlèvement de Patricia Hearst, la petite-fille de William Randolph Hearst, ami de longue date de Mickey Cohen : Hearst voulait le faire intervenir pour libérer sa petite-fille, mais Cohen ne connaissait pas les ravisseurs de la jeune fille, et il ne put donc rien faire.

Cohen mourut dans son sommeil en 1976 et fut enterré au Hillside Memorial Park Cemetery de Culver City, Californie. La mort fut causée par un ulcère ayant dégénéré en tumeur à l'estomac.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

On retrouve le personnage de Mickey dans de nombreux films, téléfilms ou séries :