Walter Ritz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Walter Ritz

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait, tiré du frontispice des « Œuvres complètes » de W. Ritz (1911)

Naissance 22 février 1878
Sion (Drapeau de la Suisse Suisse)
Décès 7 juillet 1909 (à 31 ans)
Göttingen (Empire allemand)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Champs Physique
Institutions École normale supérieure
Université de Göttingen
Diplôme École polytechnique fédérale de Zurich
Renommé pour formule de Rydberg
méthode variationnelle de Ritz
Distinctions Prix Leconte

Walter Ritz, né le 22 février 1878 à Sion et mort le 7 juillet 1909 à Göttingen, est un physicien suisse spécialiste de la physique théorique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Raphaël Ritz est un peintre valaisan et son grand-père maternel est l'ingénieur Noerdlinger, de Tübingen.

Ritz étudie à l'École polytechnique fédérale de Zurich, puis à Göttingen, sous la direction de David Hilbert et Woldemar Voigt. C'est à ce dernier qu'il remet, le 19 décembre 1902, sa thèse sur La Théorie des spectres en série. En 1903 il se rend à Leyde afin d'y rencontrer Hendrik Antoon Lorentz, puis à Bonn et enfin à Paris, où il travaille quelque temps avec Aimé Cotton dans les laboratoires de l'École normale supérieure. Ses problèmes de santé le contraignent ensuite, entre 1904 et 1906, à fréquenter divers établissements hospitaliers et sanatoriums, mais il n'en continue pas moins ses recherches. En 1908, à Göttingen, il rencontre Henri Poincaré qui lui annonce l'intention de l'académie des sciences de lui décerner un prix pour ses travaux. Il recevra en effet, à titre posthume, le prix Le Conte.

Ritz meurt en 1909, à 31 ans. Selon le Dictionary of Scientific Biography de Forman, il aurait contracté en 1900 une tuberculose, qui lui sera finalement fatale en 1909, mais, selon les écrits de Ritz, il s'agissait plutôt d'une pleurésie.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est surtout connu pour ses travaux avec Johannes Rydberg qui débouchèrent sur la formule de Rydberg, mais également pour ses travaux de pionnier en mécanique quantique, et enfin pour la méthode variationnelle de Ritz.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Forman, P., Dictionary of Scientific Biography XI, 475, Charles Scribner's Sons, New York, 1975.
  • Ritz, W., Annales de Chimie et de Physique, 13, 145, (1908), page 172.
  • Walther Ritz, Œuvres [« Gesammelte Werke »], Paris, Gauthier-Villars,‎ 1911 (lire en ligne), viii.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]