Trayastrimsha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Trente-trois cieux)
Aller à : navigation, rechercher

Trayastrimsha (sanskrit IAST : Trayastriṃśa ; pāli : Tāvatiṃsa) est, dans la mythologie védique, l'ensemble des trente-trois deva de la cour céleste d'Indra[1]. Dans la cosmologie bouddhiste, c'est le deuxième ciel du Monde du désir (Kāmaloka).

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Le Trayastrimsha comprend[1] :

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les Trente-trois cieux constituent le deuxième ciel du Monde du désir (Kāmaloka) dans la cosmologie bouddhiste, situé au sommet du Mont Sumeru (en français Soumérou). Au centre se trouve un ciel où habite le chef suprême Shakra-Devânâm Indra, entouré de huit autres cieux à chacun des points cardinaux (trente-trois cieux au total) d'où vient son nom.

Les êtres célestes habitants ces cieux (devāḥ) vivent mille ans, dont un jour vaut cent ans de la vie terrestre, soit une durée totale de trente-six millions d'années terrestres. Leur taille est d'un yojana (entre 6 et 16 km) et ils vivent dans la félicité.

Les être humains pratiquant les dix bonnes actions en observant les Dix Préceptes pourront naître dans ces cieux. Mais étant donné que la vie des êtres célestes est elle aussi limitée, que ces êtres s'adonnant aux plaisirs pratiquent moins bien la bonne loi (sk : saddharma) que les êtres humains souffrants, et qu'ils n'ont pas la garantie de ne pas tomber dans les mondes inférieurs (animal, famélique et infernal), le bouddhisme n'encourage pas les êtres humains à prendre les cieux comme destination finale : ils devraient au contraire résoudre le problème une fois pour toutes en entrant au nirvāna ou en devenant bouddha.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Dictionnaire Héritage du Sanscrit de Gérard Huet (en ligne).