Sensitométrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sensitométrie est l'étude des surfaces sensibles. C'est une discipline technique liée à la photographie.

Elle sert en photographie à réaliser des échantillons de pellicules de manière normalisée, afin de permettre la construction de courbes caractéristiques, parfois appelées courbes sensitométriques.

L'appareil sensitométrique (sensitomètre) dispose d'une source lumineuse très stable en intensité, munie d'une batterie de filtres internes de grades croissants (souvent 21 grades). On place à l'intérieur de l'appareil le film non exposé, puis on l'expose sur toute sa surface pour une durée donnée à l'aide de la source et des filtres.

Il résulte du développement un bout d'essai de 21 zones de densités croissantes, et une fois ces densités analysées à l'aide d'un densitomètre, on peut tracer la courbe caractéristique de l'émulsion.

Bases[modifier | modifier le code]

Un papier ou un film photosensible, couleur ou noir et blanc, négatif ou positif, a deux caractéristiques, sa sensibilité, exprimée en ISO pour les films et son contraste.

Ces caractéristiques sont lisibles sur la courbe du film, représentant la densité lue au densitomètre en fonction du log H.

H\ =\ E\ *\ t\

Avec E l'éclairement reçu par le film et t le temps de pose

Utilisation pratique au cinéma[modifier | modifier le code]

La sensitométrie se manifeste en pratique dans le cinéma par l'interprétation de la courbe sensitométrique de la pellicule et par le tournage d'un essai de keylight[1]. C'est une pratique qui permet au directeur de la photographie de déterminer la sensibilité et le contraste de son émulsion, ainsi que de déterminer les zones[2] de la courbe sensitométrique qu'il souhaite exposer.

Courbe sensitométrique[modifier | modifier le code]

Essai de keylight[modifier | modifier le code]

Un essai de keylight est destiné à visualiser le rendu de la pellicule choisie pour le tournage du film. On tourne successivement quelques secondes de l'installation décrite ci-dessous en sur exposant et sous exposant la pellicule par paliers. Par exemple on va de -4 diaph à +4 diaph par paliers de 1 diaph. La projection du positif tiré à partir des essais permet au directeur de la photographie de choisir de visu à quelle sensibilité il va exposer le négatif.

Sur un essai de keylight, on place impérativement :

  • Un visage imberbe, avec un cou dégagé
  • Un gris à 18 %, un noir, un blanc
  • Une charte de couleurs et de gris (ex : charte MacBeth)
  • Le plus loin possible : deux rideaux noir et blanc

On se met dans des conditions normales, avec le même diaph sur les rideaux et le visage. Il faut un éclairage uniforme (attention à ne pas focaliser les projecteurs). Pour de meilleures mesures, mesurer en spotmètre et en cellule. La charte de couleurs doit contenir des couleurs saturées et des couleurs pastels. Le mieux est d’y placer des couleurs que l’on a dans l’œil, que l’on connaît. On se fabrique ainsi ses propres couleurs de référence, selon son œil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Michel HEBERT, Le Système des Zones et la Sensitométrie[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Fournier, la sensitométrie - Les sciences de l'image appliquées à la prise de vue cinématographique, éditions Dujarric/CST
  2. Ansel Adams, The Negative, Photography Book 2
  3. Michel HEBERT, Le Système des Zones et la Sensitométrie