Tolui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tolui et sa femme Sorgaqtani, miniature du XIVe siècle, Rashid al-Din

Tolui ou Tului (mongol Тулуй, Tuluï, de tol’ : miroir), né en 1192, mort en 1232, est le plus jeune fils de Gengis Khan et de son épouse principale Börte, et le père de Kubilai Khan, fondateur de la dynastie chinoise des Yuan. Il est le frère cadet de Djötchi, Djaghataï et Ögödei.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il meurt avant Ögödei, troisième fils de Gengis Khan et deuxième khan suprême des Mongols de 1227 à 1241.

En 1251, la veuve de Tolui, Sorgaqtani, contribue à faire choisir leur fils Mongke comme quatrième khan suprême, avant l'avènement de Kubilai en 1261.

Épouses et descendance[modifier | modifier le code]

De son épouse principale Sorgaqtani, fille de Jaqa Gambu, frère de Toghrul, Ong Khan des Kerait; il eut:

  • Möngke, son premier fils, quatrième khan suprême des Mongols
  • Kubilai, son quatrième fils, cinquième et dernier khan suprême des Mongols de 1260 à 1294, empereur de Chine, où il fonde la dynastie des Yuan en 1271 ; il est bien connu grâce à Marco Polo.
  • Houlagou, son cinquième fils, qui prend Bagdad en 1258 et renverse la dynastie des Abbassides, fondateur de la dynastie des Ilkhanides (« princes régionaux ») de Perse.
  • Ariq Boqa, son sixième fils, qui à la mort de Möngke, s'oppose en vain à Kubilai pour l'accès au khanat suprême
  • la princesse Dümügan, mariée à Nakudai, fils de Jingue, chef Ongüt, et d'Alaqai Beki, fille de Gengis Khan

De Saruq Khatun, Tolui eut un fils:

  • Jörike, son second fils, mort jeune

De Lingqun Khatun, fille de Küshlüg Khan (remariée à Malik Timur, fils d'Ariq Boqa, fils de Tolui), Tolui eut :

  • Qutuqtu, son troisième fils
  • la princesse Ile Timur, mariée à Pars Buqa, fils de Törölchi, chef Oirat, et de Checheyigen, fille de Gengis Khan

D'une autre femme, Tolui eut:

  • la princesse Yesubuha, mariée en 1238 à Wochen, chef Onggirat, fils d'Anchen (frère de Börte)

Le Khanat de Djaghataï, domaine des descendants de Djaghataï, deuxième fils de Gengis Khan et de Börte, qui couvrait l'Asie centrale au sens large, était donc encadré par les domaines des Ilkhans à l'Ouest et des Yuan à l'Est, deux branches issues de Tolui.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme (trad. Marie-Dominique Even, Rodica Pop), Histoire secrète des Mongols : Chronique mongole du XIIIe siècle, UNESCO/Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient »,‎ 1994, 350 p. (ISBN 9782070736904)

Liens externes[modifier | modifier le code]