Thomas Graham Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Thomas Graham Brown.

Thomas Graham Brown (1882 – 1965) (connu comme T. Graham Brown) est un alpiniste et physiologiste écossais.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Il naît en 1882 à Édimbourg. Son père J. J. Graham Brown y est médecin et président du Royal College of Physicians. Il poursuit ses études scientifiques et de médecine à l'université d'Édimbourg. Durant la Première Guerre mondiale il sert dans le Royal Army Medical Corps, dans les Balkans. Après la guerre il poursuit ses travaux sur la physiologie du système nerveux, notamment sur les réflexes de mouvement et de posture[1] et en 1924 il obtient la chaire de physiologie de l'université du pays de Galles à Cardiff[2]. En 1927 il est élu membre de la Royal Society.

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Ses ascensions les plus connues sont les trois voies qu'il ouvrit dans le versant Est, dit versant Brenva, du mont Blanc : la voie de la Sentinelle Rouge (nom d'un rocher de la face, sous lequel ils bivouaquèrent) les 1er et 2 septembre 1927, et la voie Major (du nom du col Major entre le mont Blanc et le mont Blanc de Courmayeur), les 6 et 7 août 1928, toutes les deux avec Frank Smythe, et la voie de la Poire (nom donné à un grand éperon rocheux sur la gauche de la face) le 5 août 1933, avec Alexander Graven et Alfred Aufdenblatten. Ces trois voies ont été décrites comme « les plus importantes nouvelles voies gravies par des alpinistes britanniques pendant l'entre-deux guerres »[3]. Graham Brown écrivit : « Le grand versant Brenva du mont Blanc de Courmayeur et du Mont Blanc n'avait pas été gravi entre les lignes ouvertes par Güssfeldt à l'aiguille Blanche de Peuterey et l'éperon de la Brenva, jusqu'à ce que Smythe et moi ayons la chance de découvrir la voie de la Sentinelle en 1927 »[4]. Il fit le récit de ses ascensions dans son ouvrage Brenva, publié en 1944, qui est un des classiques de la littérature alpine. Ce récit qui contraste fortement avec celui qu'en avait fait auparavant Frank Smythe sur le rôle respectif des deux alpinistes dans ces ascensions (idée des itinéraires, tête de la cordée...), déclencha une polémique entre les deux hommes[5].

En 1935, Graham Brown participa à la première ascension du mont Foraker (5 304 m) en Alaska avec Charles Houston and Chychele Waterston.

En 1936, il participa à l'expédition britanno-américaine qui réussit la première ascension (par Bill Tilman et Noel Odell) de la Nanda Devi[6].

Il fut le rédacteur de l'Alpine Journal de 1949 à 1953.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Brenva, J.M. Dent, 1944
    • (fr) Brenva, Victor Attinger, 1955

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnold Lunn Two men and a mountain. [A review of "Brenva" by Thomas Graham Brown and "Climbs and ski runs" by Francis S. Smythe.], 1945
  • National Library of Scotland Thomas Graham Brown, 1882-1965, Exhibition catalogue no 20, 1982

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Obituary of Graham Brown at jstor.org
  2. Portrait de Brown sur geo.ac.uk
  3. Walt Unsworth, « The most important new routes made by British climbers in the Alps in the inter-war years », Peaks, Passes and Glaciers, Allen Lane, 1981, p. 280
  4. T. Graham Brown, « The great Brenva face of Mont Blanc de Courmayeur and Mont Blanc had not been climbed between the line of Güssfeldt's ascent of the Aiguille Blanche de Pétérey and the line of the Brenva route until Smythe and I had the good fortune to discover the 'Sentinel' route in 1927. », « First Ascent of Mont Blanc de Courmayeur from the Brenva Glacier, and Other Climbs », Alpine Journal, Vol. XLI, réimprimé sous le titre « Route Major », dans Walt Unsworth, Peaks, Passes and Glaciers, Allen Lane, 1981, p. 188
  5. Yves Ballu, Les alpinistes, Glénat, 1997, ch. XIX, « L'envers du mont Blanc » pp. 211-221
  6. H. W. Tilman, The Ascent of Nanda Devi, Hodder & Stoughton, 1936