The Songs of Distant Earth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Songs of Distant Earth

Album par Mike Oldfield
Sortie 14 novembre 1994
Enregistré Roughwood Studio,
Buckinghamshire
Durée 55:51
Genre Rock progressif, New Age, Musique planante
Producteur Mike Oldfield
Label Warner

Albums par Mike Oldfield

Singles

  1. Hibernaculum
    Sortie : novembre 1994
  2. Let There Be Light
    Sortie : août 1995

The Songs of Distant Earth est le quinzième album du musicien britannique Mike Oldfield, paru en 1994, s'inspirant du roman Chants de la Terre lointaine (Songs of Distant Earth) d'Arthur C. Clarke.

Aperçu général[modifier | modifier le code]

L'album correspond à la phase où Mike Oldfield se focalise de nouveau sur la musique instrumentale. Par rapport à ses albums précédents, The Songs of Distant Earth se caractérise par la forte présence des synthétiseurs et la relative rareté de la guitare électrique (combinée avec une nouvelle texture sonore, adoucie, du son de sa guitare). Par ailleurs, les arrangements se font plus légers, contrairement aux œuvres plus anciennes où Mike Oldfield empilait beaucoup de mélodies et d'arrangements très fins.

L'album a été accueilli de façon mitigée par les fans de l'artiste, certains lui reprochant de verser dans le registre New Age, courant musical dont Oldfield s'était toujours ouvertement démarqué et qu'il critiquait. Il a retrouvé des faveurs dans la communauté des fans avec le recul, mais aussi parce que cet album a lui-même attiré un nouveau public vers la musique de Mike Oldfield.

Sorti dans les années qui ont suivi le premier album d'Enigma (1990), de Deep Forest (1992) et la même année que le premier album de Stone Age (1994), The Songs of Distant Earth épouse les canons du concept-album : introduction éthérée avec voix narratrice, deuxième titre enjoué et plus commercial, alternance savante de passages rythmés ou plus paisibles. S'il n'a pas inventé ce genre (alors qu'on le crédite de l'invention de la world music par exemple), Mike Oldfield l'aborde avec une grande sensibilité qui fait que cet album résiste peut-être mieux au temps que les albums contemporains cités plus hauts.

The Songs of Distant Earth était le premier CD contenant une piste CD-ROM avec un jeu et un vidéo-clip.

Directement inspiré de la nouvelle éponyme écrite par Arthur C. Clarke, l'album raconte la fin de la terre détruite par le Soleil alors que celui-ci se transforme en supernova, puis l'arrivée du dernier vaisseau de survivants sur une planète-océan.

Par son caractère essentiellement électronique, cet album occupe une place assez unique dans la discographie de Mike Oldfield mais il peut néanmoins être rapproché de l'album Light + Shade, paru 10 ans plus tard (en 2005), qui sera également un album électronique, quoique doté d'arrangement très différents.

Pistes de l'album[modifier | modifier le code]

No Titre Durée
1. In the Beginning 1:24
2. Let There Be Light 4:57
3. Supernova 3:23
4. Magellan 4:40
5. First Landing 1:16
6. Oceania 3:19
7. Only Time Will Tell 4:26
8. Prayer for the Earth 2:09
9. Lament for Atlantis 2:43
10. The Chamber 1:48
11. Hibernaculum 3:32
12. Tubular World 3:22
13. The Shining Ones 2:59
14. Crystal Clear 5:42
15. The Sunken Forest 2:37
16. Ascension 5:49
17. A New Beginning 1:37