Tatikios

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tatikios (grec: Τατίκιος), est un général byzantin d'Alexis Ier Comnène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un turc fait prisonnier à une date inconnue par Jean Comnène le père d'Alexis. Il est donc d'origine servile ce qui ne l'empêche pas de devenir rapidement un ami et confident du futur empereur dont il partage les jeux étant enfant[1]. Il est de toutes les campagnes militaires d'Alexis avant même qu'il soit empereur et se fait une réputation de courage et d'intrépidité. À l'été 1078 il accompagne Alexis dans son expédition contre Nicéphore Basilakios et le prévint à temps d'une attaque surprise de ce dernier.

Avec l'avènement d'Alexis au trône, en 1081, Tatikios devient l'un des principaux officiers du nouveau basileus. Lors de la bataille de Dyrrachium contre les Normands (automne 1081) il commande un détachement de mercenaires turcs. En 1086 il assiège Nicée puis se replie vers Constantinople devant l'arrivée de renforts non sans avoir vaincu en rase campagne les troupes turques de la ville lancées imprudemment à sa poursuite. La même année il tient en échec une offensive de l'émir de Nicée qui tente de prendre la capitale de l'empire.

En 1087 à la bataille de Dristra contre les Petchenègues il commande l'aile droite de l'armée byzantine. Après le désastre de Charioupolis au printemps 1090, contre les mêmes Petchénègues, il tire vengeance du massacre de 300 archontopouloi[2]. C'est encore Tatikios qui sauve la vie de l'empereur en interceptant le conspirateur qui s'apprêtait à le tuer dans son bain lors du complot de Nicéphore Diogène (1094). Lors du synode des Blachernes il est présent au titre de protoproèdre[3] et de primicier des Vestiarites intérieurs[4]. Son titre de protoproèdre lui donne l'accès au Sénat.

Il est surtout connu pour son rôle d'intermédiaire entre l'empereur et les Croisés lors de la première croisade. C'est lui qui en décembre 1096 ravitaille les troupes de Godefroy de Bouillon qui campent devant Constantinople. Il commande en juin 1097 le contingent byzantin qui assiège Nicée avec les troupes de la première croisade. Il sert d'intermédiaire entre les négociations qui s'établissent entre Turcs et Croisés et parvient, avec l'aide de Manuel Boutoumitès, à persuader les assiégés de se rendre aux Byzantins et non aux chefs de la croisade. Il accompagne cette dernière en Asie Mineure avec la mission d'assurer la protection et le ravitaillement des troupes occidentales mais aussi de prendre possession au nom de l'empereur des villes conquises par les croisés sur les Turcs.

Il tente lors du siège d'Antioche de persuader les Croisés d'attentre l'arrivée de l'armée de secours dirigée par Alexis lui-même. Mais convaincu par Bohémond que certains chefs croisés souhaitent attenter à sa vie il prend la fuite vers Chypre tout en promettant de revenir avec des renforts et des vivres. Cependant en avril 1099 Alexis lui confie une flotte avec pour mission de lutter contre les Pisans qui organisent des razzias en mer Égée. On ignore ce qu'il devient ensuite les sources byzantines restant muettes sur le personnage et sur les circonstances et la date de son décès, probablement autour de 1099/1100.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène, éditions Ellipses, 2007
  2. Littéralement ce terme désigne les « fils d'archontes », sous Alexis il s'agit d'un corps d'élite composée de jeunes gens de familles nobles dont les pères sont tombés à la guerre
  3. Dignité importante, inférieure à celle de curopalate
  4. Cela correspond à la charge de préposé au vestiaire impérial ce qui signifie qu'il est au plus près de l'empereur et que celui-ci lui confie sa sécurité rapprochée