Tarek Mitri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tarek Mitri, né le 16 septembre 1950 à Tripoli, est un homme politique et un intellectuel libanais.

Grec orthodoxe, il participe à de nombreuses initiatives mondiales de dialogue inter-religieux. Écrivain, il a publié de nombreux ouvrages dont le dernier est consacré à l’étude du phénomène néo-conservateur aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tarek Mitri est diplômé en science et en philosophie de l'université américaine de Beyrouth et docteur en science politique de l'université Paris X.

Il est professeur d'université depuis 1979, et a enseigné à l'université Harvard aux États-Unis, à l’université Balamand au Liban et entre 1982 et 1991 à l'université Saint-Joseph de Beyrouth.

Il est nommé ministre de l’Environnement et ministre d’État au développement administratif au sein du gouvernement de Najib Mikati en avril 2005, puis, en juillet ministre de la Culture dans l’équipe de Fouad Siniora.

En tant que ministre des Affaires étrangères par intérim, il a représenté le Liban lors des débats au Conseil de sécurité des Nations unies durant la dernière guerre entre le Hezbollah et Israël en juillet-août 2006. Ses efforts ont contribué au vote de la Résolution 1701.

En juillet 2008, il devient ministre de l'Information du nouveau gouvernement d'union nationale issu des accords de Doha.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Au nom de la Bible, au nom de l'Amérique. Labor et Fides. 2004. ISBN 2830911385 - ISBN 978-2830911381
  • (Ed.)Religion and Human Rights, A Christian-Muslim Discussion, WCC, Geneva, 1997.
  • (Ed.)Religion Law and Society, A Christian-Muslim Discussion, WCC/KOK Pharos, Geneva/Amsterdam, 1995.
  • "Madinah ala Jabal". Dar Annahar, Beirut. 2004