Smolyan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Smolyan
Image illustrative de l'article Smolyan
Administration
Pays Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Obchtina obchtina de Smoljan
Oblast oblast de Smoljan
Maire Nikolay Melemov (GERB)
Code postal 4700
Démographie
Population 32 784 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 41° 35′ N 24° 42′ E / 41.583, 24.741° 35′ Nord 24° 42′ Est / 41.583, 24.7  
Altitude 999 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

Voir sur la carte Bulgarie administrative
City locator 14.svg
Smolyan
La cathédrale Saint-Vissarion

Smolyan (ˈsmɔljɐn, en bulgare : Смолян, translittération internationale Smoljan) est une ville au sud de la Bulgarie, centre administratif de l'oblast de Smoljan et de l'obština de Smoljan. Son nom turc est Paşmaklı ou Ahiçelebi. Avec une altitude située entre 999 et 1 010 m, Smoljan est la ville la plus élevée de Bulgarie.

La ville est située dans la vallée des rivières Černa (noire) et Bjala (blanche) dans la partie centrale des Rhodopes au pied des stations de ski bulgares les plus fréquentées, Pamporovo et Čepelare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon des fouilles archéologiques, Smoljan a été occupé par les Thraces depuis le IIe millénaire avant J.-C. La ville reçut son nom actuel de la tribu slave des Smoljani, qui s'y installa au VIIe siècle. Le premier nom de la colonie slave fut Ezerovo. À d'autres époques, elle s'est appelée Aetos, Aha-Čelebi (Ахъ-Челеби), puis Paşmaklı en turc. Au Moyen Âge, la ville fit partie de l'Empire byzantin, puis des différents royaumes bulgares. Au XIVe siècle, elle fut dominée, comme toute la région des Rhodopes, par le comte bulgare Momčil, avant d'être incorporée à l'Empire ottoman, dont la domination dura cinq siècles.

La ville fut reprise aux Ottomans en 1912, au cours de la Première Guerre balkanique par des troupes bulgares du régiment Sredna Gora commandées par Vladimir Serafimov.

En 1936, des fouilles archéologiques furent menées au-dessus de Smoljan, près des vestiges encore conservés de la forteresse d'Aetos. Des murs de fortification en pierre et en mortier furent mis au jour, d'une épaisseur d'environ deux mètres, ainsi que l'ancienne colonie slave de Mogila (Могила).

La ville moderne de Smoljan vit le jour en 1960, par la fusion des villages d'Ustovo, Rajkovo et Ezerovo. Le village d'Ezerovo était situé au-dessus des lacs de Smoljan, Rajkovo était un centre d'artisanat, Ustovo un centre de commerce.

Patrimoine culturel et historique[modifier | modifier le code]

Grâce à la situation favorable du mont Rošen, l'Observatoire national bulgare a été installé près de Smoljan. Il propose un planétarium au centre de la ville. Il existe dans la ville une salle de théâtre et un groupe de théâtre du nom de « Collectif théâtral international des Rhodopes ». Les principales curiosités touristiques de la ville sont :

  • le musée historique (depuis 1935, d'abord avec un statut de musée régional)
  • la grotte d'Uhlovica (пещера Ухловица)
  • les églises
    • Sveti Georgi (Saint-Georges)
    • Sveta Bogorodica (Notre-Dame)
    • Sveti Teodor Stratilat (Saint-Théodore Stratilat)
    • Sveti Vissarion Smolenski (Saint-Vissarion de Smoljan, inaugurée en 2006, la deuxième église de Bulgarie par sa taille)
  • des maisons de l'époque de la Renaissance bulgare,
  • la galerie d'art,
  • l'ancien siège du gouverneur ottoman : konak d'Ali-Bej (Али-Бейският конак),
  • la rue des marchands de cuivre (медникарската чаршия).

Une reconstruction du nouveau centre-ville a été réalisée en 1983.

Obština de Smoljan[modifier | modifier le code]

Smoljan est également le siège administratif de l'obština de Smoljan, qui constitue une subdivision de l'oblast de Smoljan. L'obština de Smoljan comprend, outre la ville, 79 villages.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Cet article utilise le système de l'Organisation des Nations unies de translittération de l'alphabet cyrillique (également appelé « système scientifique de translittération »), le seul qui constitue une norme scientifique internationalement reconnue.