Smith, Kline & French

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec SKF.

Smith, Kline & French (SK&F) était un groupe pharmaceutique américain, qui fait maintenant partie du groupe britannique GlaxoSmithKline.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1830, John K. Smith (en) (✝1845) ouvre sa première pharmacie à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis). Il est le fondateur de SmithKline.

En 1841, son frère George se joint à lui et ils forment John K. Smith & Co.

En 1855, George Smith ouvre une seconde pharmacie à Philadelphie.

En 1865, Mahlon Kline (en) (1846-1909), un jeune comptable, se joint à l'entreprise qui deviendra une décennie plus tard Smith, Kline & Compagny.

En 1891, cette dernière acquiert le grossiste French Richards & Co. et la compagnie est nommée Smith, Kline and French.

La Division Recherche est créée en 1925 ; la compagnie porte le nom Smith, Kline & French Laboratories car elle se concentre plus sur la recherche en 1929. La Benzédrine (en), une amphétamine, est issue de la recherche en chimie organique en 1929[1].

Des années plus tard, la société ouvre un nouveau laboratoire à Philadelphie ; elle acquiert ensuite Norden Laboratories, une entreprise effectuant des recherches en santé animale.

En 1963, Smith, Kline & French acquiert RIT (Recherche et Industrie Thérapeutiques (en) de Belgique) un fabricant de vaccins. La société commence à s'étendre à l'international, achetant sept laboratoires au Canada et aux États-Unis en 1969.

En 1982, elle acquiert Allergan, un fabricant de produits d'ophtalmologie, de neurologie et de dermatologie. Plus tard dans l'année, les sociétés Smith, Kline & French et Beckman Inc. fusionnent pour former SmithKline Beckman Corporation.

En 1989, la compagnie Beckman regagne son indépendance après la fusion de SmithKline avec Beecham Group (en) pour former SmithKline Beecham (maintenant faisant partie de GlaxoSmithKline).

Découverte des antihistaminiques H2[modifier | modifier le code]

En 1997 à Harlow, Angleterre, et à nouveau en 1998 à King of Prussia (Pennsylvanie), la découverte des antihistaminiques H2, par James Whyte Black et son équipe[2], a été désignée comme un International Historic Chemical Landmark, accordé conjointement par la Royal Society of Chemistry et l'American Chemical Society[1]. Introduite en Grande-Bretagne en 1976 sous le nom commercial Tagamet[1], la cimétidine est rapidement devenue le médicament d'ordonnance le plus vendu au monde[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Glenn E. Ullyot, Barbara Hodsdon Ullyot et Leo B. Slater, « The Metamorphosis of Smith-Kline & French Laboratories To Smith Kline Beecham: 1925-1998 », vol. 25, no 1, sur université de l'Illinois à Urbana-Champaign, Bull. Hist. Chem.,‎ 2000 (consulté le 29 octobre 2013) (fichier [PDF] consultable en ligne).
  2. James Whyte Black et son équipe de scientifiques britanniques travaillaient au laboratoire SK&F à Welwyn Garden City, Angleterre.
  3. (en) « Led the way in heart drug find - James Whyte Black, OM », sur theage.com, The Age,‎ 25 mars 2010 (consulté le 29 octobre 2013).