SkewT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
* Températures à 45 degrés de la verticale
* Pressions selon les lignes pleines horizontales
* Adiabatiques sèches selon les lignes pleines courbes
* Adiabatiques humides selon les lignes pointillées courbes
* Rapports de mélange selon lignes droites et pointillées

Le Skew-T est l'un des quatre diagrammes thermodynamiques utilisés pour établir le profil thermique de l'atmosphère à un moment donné. Il associe d'une part la température (T) et d'autre part le logarithme de la pression (P) dans un repère semi-logarithmique. Le terme Skew-T provient de l’aspect oblique ou asymétrique (skewed en anglais[1],[2]) des courbes des températures. Ce type de représentation sert à pointer la température et le point de rosée sur la foi des résultats d'un sondage aérologique effectué par radiosonde ou depuis un avion, ou encore par extrapolation de données satellitaires.

Il s'agit en fait d'une version de l'émagramme développée aux États-Unis mais utilisé en France sous le nom d'émagramme 761, ou émagramme à 45 degrés[3],[4].

Histoire et usages[modifier | modifier le code]

Exemple de pointage de température, point rosée et énergies (zones en rose et bleu) sur un SkewT. On retrouve également le pointage des vents par hodographe en haut et par barbules à droite

L’émagramme, dont l'axe vertical est celui du logarithme de la pression et l'axe horizontal celui de la température, permet un pointage des données d'un radiosondage. Cependant, les courbes de la variation de la température, du point de rosée et du changement de température d'une parcelle en ascension convective peuvent y être très rapprochées l'une de l'autre. L’armée de l'air américaine (United States Air Force) avait besoin de nouveaux types d'analyses de l'atmosphère avec le développement de l'aviation mais l’émagramme arrivait difficilement à les satisfaire.

En 1947, N. Herloffson proposa une modification de l’émagramme où l'axe des pressions demeurerait le même mais celui des températures ferait un angle de 45 degrés avec l'horizontal. Ceci permit d'avoir des lignes droites et horizontales pour le tracé des isobares ainsi qu'un grand angle entre les isothermes et les lignes représentant le refroidissement d'un parcelle d'air non saturée en ascension, les adiabatiques sèches[5].

Le tout est similaire au téphigramme mais les températures potentielles et les adiabatiques sèches y sont courbées au lieu d'être droites, car ce sont les lignes de pression qui y sont des droites. En général, les lignes de rapport de mélange sont également indiquées et les vents aux différents niveaux de pression sont souvent ajoutés dans la marge sous forme de barbules. Comme le téphigramme, le Skew-T permet de calculer l'énergie entre deux courbes de températures plus facilement que sur l'émagramme classique.

Météo-France[modifier | modifier le code]

Météo-France utilise des émagrammes à 45 degrés pour afficher les radiosondages. La courbe d'état en noir donne les températures et les pressions effectivement mesurées, la courbe bleue est celle du thermomètre mouillé et une croix noire représente le rapport de mélange réel à la même pression mais à la température relevée par la radiosonde, c'est-à-dire sur la courbe noire[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bureau de la traduction, « Skewed », Termium, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (consulté le 15 décembre 2014)
  2. Office québécois de la langue française, « Skewed », Grand Dictionnaire (consulté le 15 décembre 2014)
  3. Modérateur, « Émagramme 761 des météorologues », Forums, Société météorologique de France,‎ 1er avril 2008 (consulté le 15 décembre 2014)
  4. Olivier Bouvignies, « L'Émagramme 761 des météorologues », Bulletin de l'union des physiciens, vol. 815, no 2,‎ juin 1999 (lire en ligne [PDF])
  5. Buno, « Cours abrégé sur l'émagramme », Météorologie, Scrbd,‎ 14 avril 2004 (consulté le 15 décembre 2014)
  6. « Emagramme oblique à 45° » (consulté le 15 décembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. K. Yau et R. R. Rogers, Short Course in Cloud Physics, Butterworth-Heinemann,‎ 1er janvier 1989, 3e éd., 304 p. (ISBN 0750632151) EAN 9780750632157