Indice de George

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir K.

L’indice de George (K), est l’un des indices de stabilité de l'air qui donne une indication sur la fréquence des orages dans une masse d’air donnée et non leur intensité[1]. L'indice K utilise le taux de refroidissement des températures entre les niveaux 850 hPa et 500 hPa, la teneur en vapeur d'eau selon la mesure du point de rosée à 850 hPa et l'épaisseur de la couche humide (dépression du point de rosée) à 700 hPa[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Cet indice a été développé par J.J. George, une météorologue américain, et publié en 1960 dans l’ouvrage Weather Forecasting for Aeronautics[2]. Il est assez semblable à l'indice total-total et mesure le risque orageux à partir d'une série d'informations sur la température verticale, sur l'apport d'humidité près du sol et l'apport d'air sec en altitude.

Cet indice est défini comme suit[3] :

K = ( T_{850} - T_{500} ) + T_{d_{850}} - ( T_{700} - T_{d_{700}} )

où :

 T_{d_{850}} = point de rosée à 850 hPa
 T_{850} = Température à 850 hPa
 T_{500} = Température à 500 hPa

Interprétation[modifier | modifier le code]

Comme l'indice K est relié à la probabilité d'occurrence d'un orage. Il a été conçu pour que la Probabilité = 4 x (K - 15), ce qui donne le tableau d’interprétation suivant[1] :

Indice K (°C) Probabilité d'orages (%) Fréquence des orages
Moins de 15 0 aucun
15 - 20 20 peu probables
20 - 25 20 - 40 isolés
25 - 30 40 - 60 très épars
30 - 35 60 - 80 épars
35 - 40 80 - 90 nombreux
Plus de 40 100 certains


Utilisation[modifier | modifier le code]

D'après l'équation, vous remarquerez que George a suggéré que la présence d'air sec à 700 mb était défavorable au développement d’orges. En effet, le terme \scriptstyle - (T_{700} - T_{d_{700}}) diminue la valeur de K et plus l’air est sec à ce niveau, plus ce terme est grand. Cependant, la présence d'air sec aux niveaux moyens est une condition nécessaire pour provoquer l'accélération des courants descendants dans les orages violents avec rafales descendantes[3].

D’un autre côté, l’utilisation du point de rosée à 850 hPa augmente la valeur de K indique l’humidité contenue dans le nuage créé et donc son potentiel de pluie torrentielle sous orage[3]. Une valeur de 35 ou plus donnant de nombreux orages qui passent dans le même secteur, selon la circulation atmosphérique, peut résulter en des inondations locales[4].

Il faut donc se rappeler les limites d'utilisation de l'indice K : il s’agit d’un prédicteur utile pour la probabilité de formation d’orages mais pas en général pour les orages violents sauf pour ceux à forte pluviosité.

Limitations[modifier | modifier le code]

Tout comme pour l'indice Total-Total, l'indice de George (K) dépend du type de masse d'air, comme c'est le cas pour tous les indices qui ne tiennent pas compte de l'énergie totale libérée au cours de l'ascension de la particule. Cet indice est efficace dans le cas de masses d'air plus chaud, comme les masses maritimes polaires ou tropicales; toutefois, en présence de masses d'air plus froid, on obtient des valeurs qui surestiment le potentiel convectif.

George a suggéré des modifications au résultat fondé sur la configuration des vents en dessous de 700 hPa. Cela montre qu'il est nécessaire d'évaluer l'indice en termes de configuration actuelle du temps, ce qui vaut pour tous les indices de stabilité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Centre météorologique canadien, « Indices de stabilité », Formation des météorologues, Service météorologique du Canada (consulté le 2009-04-24)
  2. (en) J.J. George, Weather Forecasting for Aeronautics., Academic Press,‎ 1960, 673 p.
  3. a, b et c (en) Sirvatka, « Stability Indices », Notes de cours, College of DuPage (consulté le 2009-03-05)
  4. (en) National Weather Service, « Stability Indices », NOAA (consulté le 2009-03-05)