Signe de Kernig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Signe de Kernig
Classification et ressources externes
CIM-10 R29.1
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le signe de Kernig est observé en neurologie dans le cadre du syndrome méningé. Il fut décrit en 1882 par Wladimir Kernig, médecin russe d'origine balto-allemande[1],[2],[3],[4].

Recherche[modifier | modifier le code]

Le signe de Kernig se recherche en pliant les cuisses sur le bassin, jambes étendues. Une douleur apparaît, s'opposant au maintien en extension des genoux et obligeant le patient à fléchir les jambes sur les cuisses. Une manière alternative de procéder est de demander au patient allongé de se redresser et de s'asseoir : on observe une flexion des jambes et cuisses sur le bassin[3],[4].

Pathologies au cours desquelles il est rencontré[modifier | modifier le code]

Le signe de Kernig est habituellement associé à une raideur de la nuque et au signe de Brudzinski, dans le cadre du syndrome méningé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Kernig VM. « Über ein Krankheits Symptom der akuten Meningitis » St. Petersburg Medizinische Wochenschrift 1882;7:398.
  2. (en) Article « Signe de Kernig » sur le site anglophone « Who Named It? »
  3. a et b (en) Asif Saberi et Saeed A. Syed, « Meningeal Signs: Kernig’s Sign and Brudzinski’s Sign », Hospital Physician, Turner White Communications,‎ July 1999, p. 23–24 (lire en ligne)
  4. a et b (en) Ward MA, Greenwood TM, Kumar DR, Mazza JJ, Yale SH. « Josef Brudzinski and Vladimir Mikhailovich Kernig: signs for diagnosing meningitis » Clin Med Res. 2010;8(1):13-7. PMID 20305144 DOI:10.3121/cmr.2010.862