Sieste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sieste (homonymie).
Le Hamac (Gustave Courbet)
1844, 70,5 × 97 cm, Sammlung Oskar Reinhart am Römerholz.
Sieste à l'ombre des manguiers, Ouagadougou

La sieste est un temps de repos pris au cours de la journée (ou la nuit pour les travailleurs nocturnes), le plus souvent après le déjeuner. La sieste[1] ferait partie du patrimoine génétique de l'être humain et serait programmée pour être pratiquée entre 12 h et 15 h au moment où la fatigue apparaît et l'attention diminue. Contrairement aux idées reçues, même si l'on n'a pas pris de repas avant, le besoin de dormir se fait sentir [2],[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot sieste vient de l'espagnol siesta, et celui-ci du latin sexta, qui signifie « la sixième [heure du jour] »[4].

Pratiques et cultures[modifier | modifier le code]

La pratique de la sieste diffère selon les cultures, le climat et les individus.

Variantes[modifier | modifier le code]

Il est important de distinguer plusieurs types de siestes :

  • la micro-sieste, qui dure moins de 5 minutes ;
  • la sieste éclair, qui dure généralement entre 10 et 30 minutes ;
  • la « sieste royale », à partir d'une heure[5].

Climats[modifier | modifier le code]

Dans les pays chauds, la sieste est couramment pratiquée, aux heures les plus chaudes lorsque le soleil est au zénith : la chaleur ne permet pas d'activité très physique et le travail est remis aux heures plus fraîches.

Dans les pays plus froids, la sieste est moins courante. Les enfants en bas âge ont souvent besoin de ce moment de repos, au moins sous la forme d'un « temps calme » tel que le pratiquent les écoles, par exemple.

Cultures[modifier | modifier le code]

Le temps de la sieste ; photo prise dans une ferme collective en URSS en 1981.

En Occident, la sieste est souvent vue comme un luxe, un temps volé au temps de travail ou à d'autres activités ; elle peut être stigmatisée comme paresseuse. Lors de la sieste, il est possible de s'allonger simplement ou de dormir franchement.

En Espagne, les horaires des bureaux laissent aux Espagnols le temps de faire la sieste : ils reprennent le travail dans l’après-midi, vers 15 ou 16 heures, pour finir entre 20 heures et 21 heures. Mais les Espagnols profitent en fait de la longue pause déjeuner pour rester des heures à table : plus de 2 heures, contre 45 minutes dans les autres pays européens[6]. Le gouvernement espagnol essaye sans succès de modifier cette habitude : les horaires des fonctionnaires pourraient désormais finir à 18 heures[7].

Au Japon, de nombreuses entreprises ont aménagé dans leurs locaux des espaces destinés à la sieste plus ou moins obligatoire de leurs employés[8]

Les effets sur l'organisme[modifier | modifier le code]

Intérêts[modifier | modifier le code]

Chaton faisant la sieste

La sieste permet de regagner de la concentration et de l'énergie, et met de bonne humeur[9].

La sieste a des effets bénéfiques non négligeables sur la santé. Elle permettrait une diminution significative de près d'un tiers de la mortalité due aux maladies cardio-vasculaires[10].

Les résultats d'une étude montrent que les sujets les plus éveillés et les plus performants l'après-midi sont ceux qui ont pratiqué la sieste[11]. Une sieste courte permettrait même de faire un gain de une à deux heures de sommeil par nuit[12],[13]. En effet, la sieste est composée essentiellement de sommeil lent profond, et ce sommeil est de loin le plus réparateur pour l'organisme[14].

La sieste est fortement conseillée par de nombreux spécialistes du sommeil. Elle permettrait de réduire significativement les risques d'accident de la circulation. Les statistiques nationales[Où ?] indiquent que la majorité des accidents se produisent au cours de périodes chronobiologiques de somnolence maximale (entre 2 et 6 heures du matin et entre 13 et 15 heures). C'est pendant ces périodes que se comptent les accidents les plus graves pour toute tâche qui exige une grande vigilance et une grande efficacité[15].
Certains employeurs en ont d'ailleurs bien compris l'intérêt – en termes de productivité notamment –, et aménagent un espace à cet effet pour ceux qui le désirent, au calme et dans le noir.

La sieste serait également bénéfique pour la mémorisation : d'après une étude, les personnes qui dorment dans l'après-midi retiennent beaucoup plus de tâches[16]. D'autres études confirment même que non seulement elle augmenterait les performances intellectuelles de 20 %, mais aussi qu'elle libère notre créativité[17].

Cette pratique est utile pour lutter efficacement contre le stress accumulé dans la journée, et favorise la récupération musculaire et mentale[18]. Or, on ne compte plus les études ayant établi un lien entre les effets néfastes du stress et l'incidence de la mortalité résultant de maladies coronariennes, ce qui pourrait avoir indirectement des effets positifs sur l'espérance de vie[19].

En 2007, en France, un « programme d'action sur le sommeil » (PAS) visant à réhabiliter la sieste est mis en place par le ministère de la Santé et des Solidarités[20]. Le plan est composé de 4 axes : informer et éduquer le grand public, enfants et adultes ; informer et former les professionnels de santé ; auditionner les structures existantes et donner la priorité au financement de réseaux ville-hôpital et de centres d’exploration du sommeil ; proposer des recommandations sur les psychotropes, tranquillisants et expérimenter la sieste en entreprise[21].

Mais la pratique de la sieste fait face à deux facteurs de la vie moderne, atténuant les historiques axes nord-sud et est-ouest qui en traçaient la carte mondiale : d'une part, la société de marché qui impose des horaires continus[22] et, d'autre part, les progrès de la climatisation dans les pays chauds[22].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Au-delà de 30 minutes de sieste, il peut être assez difficile de revenir à un état d'éveil concentré[23], des conséquences négatives sur la vigilance et les performances, que l'on nomme « l'inertie du sommeil » : plus on dort longtemps dans la journée, moins on émerge facilement du sommeil. Juste après une longue sieste, l'idéal est d'éviter de réaliser des tâches nécessitant un temps de réaction rapide[24].

Une sieste trop longue ou trop tardive serait néfaste sur la quantité et la qualité du sommeil nocturne qui suit [24].
La sieste n'est pas recommandée en cas d'insomnies sévères[25].

Les effets bénéfiques de la sieste sur le cœur sont controversés : certaines études concluent à une augmentation de 50 % du risque d'attaque cardiaque chez les personnes pratiquant régulièrement la sieste[26].

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Les bienfaits de la sieste" par Doctissimo
  2. "Les bienfaits de la sieste", Doctissimo
  3. Blogtimiste: eloge de la sieste
  4. http://cnrtl.fr/etymologie/sieste
  5. Durée sieste royale)
  6. "Les repas espagnols" par whatspain.com
  7. "La fin de la sieste espagnole ?" par http://1jour1actu.com
  8. "Japon: repos obligatoire" de liberation.fr
  9. La sieste est-elle nécessaire
  10. (en) Siesta in healthy adults and coronary mortality in the general population, Androniki Naska, Eleni Oikonomou, Antonia Trichopoulou, Theodora Psaltopoulou, Dimitrios Trichopoulos, Arch Intern Med. 2007;167:296-301
  11. Article: La sieste, scientifiquement recommandée!
  12. Article: chut… C'est l'heure de la sieste
  13. La sieste: vice ou vertu?
  14. L'art de la sieste
  15. Article: La sieste pour tous
  16. apprendre: réussite scolaire
  17. Article 20minutes pour se régénérer
  18. Article : pour lutter contre le stress
  19. Article:Une petite sieste pour vivre plus longtemps
  20. Cultivez l'art de la sieste
  21. Laboratoire de rhumatologie appliquée, « Plan sommeil 2007 », sur www.labrha.com,‎ 7 mars 2007 (consulté le 08/11/2011)
  22. a et b « L'art de la sieste (2) », sur http://www.liberation.fr,‎ Le 29 juillet 1997 à 5h26 (consulté le mardi 8 novembre 2011)
  23. état d'éveil après la sieste
  24. a et b "La sieste est-elle nécessaire ? " par http://www.pourlascience.fr
  25. chapitre "Contres Indications absolues" par sommail-mg.net
  26. (en) Siesta and the risk of coronary heart disease: results from a population-based, case-control study in Costa Rica", Hannia Campos, and Xinia Siles, International Journal of Epidemiology 2000;29:429-437

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Comby, L'éloge de la sieste, éditions J'ai lu, Paris, 2005 (ISBN 2-290-34804-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]