Siaka Stevens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siaka Stevens
Fonctions
2e président de la République de Sierra Leone

(14 ans, 7 mois et 7 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Christopher Cole
Successeur Joseph Saidu Momoh
8e Premier ministre sierra-léonais

(2 ans, 11 mois et 26 jours)
Président Christopher Okoro Cole
Prédécesseur Patrick Conteh
Successeur Sorie Ibrahim Koroma
3e Premier ministre sierra-léonais
17 mars
(4 jours)
Monarque Élisabeth II
Prédécesseur Albert Margai
Successeur David Lansana
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Moyamba
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Freetown
Nationalité sierra-léonaise
Parti politique All People's Congress

Siaka Stevens
Premiers ministres sierra-léonais
Présidents de la République de Sierra Leone

Siaka Stevens (, Moyamba - , Freetown) fut président de la République de Sierra Leone du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Alors leader syndicaliste, il fonde son propre parti, le All People’s Congress (APC)[1], en 1960, soit un an avant l'indépendance du pays.

Alors que le pays est en plein instabilité politique (de 1967 à 1968 quatre coups d'État eurent lieu), il remporte les premières élections générales en 1967. Ses opposants contestent le déroulement de ces élections, le brigadier David Lansana organise un coup d'État et le renverse au moment où il prête serment. L'ancien président, Albert Margai, retourne à son poste.

Le 24 avril 1968, le lieutenant colonel Andrew Juxom-Smith organise un contre coup d'État, Siaka Stevens revient au pouvoir comme Premier ministre.

Il instaure la République, le . Il se fait élire triomphalement quelques mois plus tard, et remporte largement les élections parlementaires de 1973.

Il instaure un régime à parti unique en 1978, l'APC . L'opposition n'existe plus.

Il commence alors à tenter d'assainir la vie politique en luttant contre la corruption par exemple, mais il abandonne vite cette voie pour exploiter les riches mines de diamants du pays.

Face à la crise des années 1980 et à une gestion désastreuse du pays, principalement due à la corruption et à l'exportation illégale de diamants qui l'enrichit énormément, il est contraint, la , à quitter le pouvoir à la fin de son second mandat pour le remettre à Joseph Saidu Momoh, candidat unique de l'APC, élu par référendum.

Il meurt le à Freetown, à l'âge de 82 ans.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • (en) What Life Has Taught Me, Kensal Press, Londres, 1984

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site du parti [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Reno, Corruption and State Politics in Sierra Leone, Cambridge University Press, New york, 1995.
  • (en) Konrad Tuchscherer, « Siaka Probyn Stevens », in Encyclopedia of Modern Dictators, Frank J. Coppa (dir.), Peter Lang, New York, 2006, p. 292-295.
  • (en) Konrad Tuchscherer, « Siaka Probyn Stevens: Reflection on a Sierra Leonean Leader », Awoko (Freetown, Sierra Leone), 25 août 2003, p. 5
  • (en) Konrad Tuchscherer, « Reflection on African Leadership: Siaka Probyn Stevens », Daily Observer (Banjul, Gambie), 29 août 2003, p. 6.
  • (fr) Jean de la Guérivière, « Sierra Leone : fondateur de la République, l'ancien président Siaka Stevens est mort », Le Monde, 31 mai 1988 (nécrologie)

Liens externes[modifier | modifier le code]