Sharbat Gula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sharbat Gula, aussi appelée la « femme afghane » ou « l'afghane aux yeux verts », est une femme afghane de l'ethnie pachtoune née en 1972. Durant la Guerre d'Afghanistan elle fut forcée de quitter le pays et c'est dans un camp de réfugiés au Pakistan que le journaliste Steve McCurry l'a photographiée. Son visage est devenu célèbre lorsqu'il fit la couverture du magazine National Geographic en juin 1985, alors qu'elle avait 13 ans. Gula était connue de par le monde simplement par ses surnoms avant d'être retrouvée en 2002.

Le sujet de la photographie[modifier | modifier le code]

Sharbat est devenue orpheline à la suite de l'invasion de l'Afghanistan par les Soviétiques, ce qui l'obligea à s'enfuir au Pakistan en 1984. Son village fut attaqué par des hélicoptères soviétiques au début des années 1980. L'attaque soviétique tua ses parents et la força, ainsi que ses frères et sœurs et sa grand-mère, à franchir les montagnes pour rejoindre le camp de réfugiés Nasir Bagh au Pakistan.

Elle se maria avec Rahmat Gul à la fin des années 1980 puis retourna en Afghanistan en 1992. Gula eut trois filles : Robina, Zahida et Alia. Une quatrième fille est morte durant sa petite enfance. Gula a exprimé l'espoir que ses filles puissent être instruites et qu'elles reçoivent l'éducation qu'elle n'a pas eu la chance d'avoir.

La photographie[modifier | modifier le code]

La photo de Gula fut prise au camp de réfugiés de Nasir Bagh en 1984 par le photographe Steve McCurry pour National Geographic sur un film couleur Kodachrome. Gula était alors une des étudiantes de l'école du camp de réfugiés. McCurry, à qui l'opportunité de photographier une Afghane était rare, saisit l'occasion et captura son image alors qu'elle avait approximativement 13 ans.

Bien que son nom ne soit pas connu, sa photo, intitulée « la femme afghane », fit la couverture du National Geographic en juin 1985. L'image de son visage, avec son écharpe rouge par dessus sa tête et ses yeux immenses et verts au regard très expressif fixant l'objectif de l'appareil photo, est devenue dans les années 1980, à la fois le symbole du conflit en Afghanistan mais aussi de la situation de tous les réfugiés à travers le monde. L'image fut elle-même qualifiée de « photographie la plus reconnue » dans l'histoire du magazine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]