Samizdat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samizdat (homonymie).
Publications clandestines polonaises des années 1980

Le samizdat (en russe : самиздат) était un système clandestin de circulation d’écrits dissidents en URSS et dans les pays du bloc de l'Est, manuscrits ou dactylographiés par les nombreux membres de ce réseau informel.

Publication clandestine[modifier | modifier le code]

Le mot russe samizdat se traduirait par auto-édition (formé de самsam, le pronom réfléchi, et издательствоizdatiélstvo, qui signifie édition). Ce mot est utilisé par dérision envers le Gosizdat : les « éditions d'État » officielles du régime soviétique.

Plusieurs revues poétiques ont circulé sous forme de samizdat, ainsi que d'autres œuvres poétiques, comme le Requiem d'Anna Akhmatova, ou en prose comme des extraits des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov.

L'existence du samizdat est liée au puissant système de censure présent en Union soviétique. Tous les documents légalement publiés et distribués en Union soviétique devaient avoir été préalablement validés par la censure, dont la responsabilité incombait à la Glavit depuis 1931, puis au Comité d'État pour la presse à partir de 1966. Par ailleurs, il était interdit d'acquérir, de posséder ou de transférer un quelconque document par un moyen de duplication (photocopieuse, presse, etc.). Seules les machines à écrire étaient permises. Les photocopieuses et tous les moyens de duplication appartenaient à l'État. Gardées par des vigiles, leur utilisation était strictement surveillée.

Reproduction et diffusion[modifier | modifier le code]

Les moyens de reproduction étaient variés : simple copie de manuscrits avec papier carbone, dactylographie, bien plus rarement photographie ou même impression à plus grande échelle sur des presses clandestines. En général, la méthode de duplication à l'aide de papier carbone était la plus répandue. Souvent, les samizdat étaient presque illisibles : pour économiser les fournitures, l'espacement entre les lignes était souvent réglé très étroit ; on faisait beaucoup de copies carbone à la fois, et la dernière couche imprimait très faiblement le papier ; ce dernier était souvent un papier tissu, fin et fragile, mais facile à se procurer.

Avant la glasnost, la publication par samizdat était fortement réprimée. Tout appareil de reproduction (machines à écrire, photocopieurs, presses d’imprimerie), répertorié et identifié, faisait l’objet d'un contrôle étroit de la part du Premier département[1]. Les personnes qui se procuraient des samizdat, les copiaient ou les distribuaient risquaient une dégradation sociale, l'asile ou même les camps. Leur famille et leurs amis étaient également menacés. Le premier procès marquant dans l'histoire des samizdat est le procès Siniavski-Daniel en février 1966. Il a déclenché une forte opposition qui s'est exprimée par le doublement des productions de samizdat dans l'année qui suivit.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) F. J. M. Feldbrugge, Samizdat and Political Dissent in the Soviet Union.
  • (en) Julius Telesin, Inside Samizdat, Encounter 40(2), pages 25-33, février 1973.
  • Samizdat I, La Voix de l’opposition communiste en URSS, La vérité No 645, nov. 1969.
  • « URSS : les écrivains de la dissidence », Le Magazine littéraire, no 125, juin 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Premier département, organisme d'État, lié au KGB, était chargé de la sécurité politique au sein de toute usine ou établissement de recherche en rapport avec les domaines sensibles (sciences, technologie, édition).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]