Rue Daru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Daru
Rue Daru vue depuis la rue de Courcelles.
Rue Daru vue depuis la rue de Courcelles.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Quartier du Faubourg-du-Roule
Début 254 rue du Faubourg-Saint-Honoré
Fin 75 rue de Courcelles
Historique
Création 1790
Dénomination 1867
Ancien(s) nom(s) Rue de la Croix-du-Roule (1790-1796 ; 1815-1867) ; Rue de Milan (1796-1815)

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Daru
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 40″ N 2° 18′ 06″ E / 48.877795, 2.301539 ()

La rue Daru est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence no 254, rue du Faubourg-Saint-Honoré et se termine no 75, rue de Courcelles.

Historique[modifier | modifier le code]

La voie fut ouverte en 1790 sous le nom de rue de la Croix-du-Roule. En 1796, elle prit le nom de rue de Milan pour commémorer la prise de Milan par les troupes françaises de Napoléon Bonaparte le . Elle reprit sa dénomination d'origine en 1815, avant d'être rebaptisée rue Daru en 1867 en mémoire du comte Daru (1767-1829), historien et homme d'État.

Une décision ministérielle du a fixé à 10 mètres la moindre largeur de la rue[1].

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

À ce numéro, se trouva également un bâtiment détruit : l'hôtel d'Isabel Pesado de la Llave (1832-1912), duchesse de Mier[2], riche aristocrate mexicaine et philanthrope. Elle quitta le Mexique en 1899 à la mort de son mari, Antonio de Mier de Celis, duc de Mier, fondateur de la Banque nationale du Mexique, et vint finir ses jours à Paris dans l'hôtel de la rue Daru.

  • no 22 : Cercle d'escrime Hoche (fondé en 1910)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849, p. 168
  2. a et b Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. 8e arrondissement, éditions Hachette, 1910, p. 62