Roger Quenolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roger Quenolle
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Le Vésinet
Décès (à 78 ans)
Lieu Le Vésinet
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
-1945 Drapeau : France US Vésinet
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1945-1952 Drapeau : France RC Paris 150 (53)
1947-1948 Drapeau : France FC Rouen 027 (15)
1952-1953 Drapeau : France RC Strasbourg 031 (17)
1953-1957 Drapeau : France Red Star OA 125 (52)
1957-1965 Drapeau : France Stade Saint-Germain
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1949 Drapeau : France France 002 0(0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1957-1969 Drapeau : France Stade Saint-Germain
1969-1983 Drapeau : France AS Poissy
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Roger Quenolle, né le au Vésinet (Yvelines) et mort le au Vésinet, est un joueur et entraîneur de football français.

Attaquant puis milieu de terrain, Quenolle achève sa carrière de joueur en 1965. Il devient ensuite entraîneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque en hommage à Roger Quenolle.

Repéré au Vesinet par Émile Veinante, Roger Quenolle signe en 1945 au Racing Club de Paris, un club de première division. Il s'y impose progressivement. Il est prêté en novembre 1947 et jusqu'à la fin de saison au FC Rouen, en Division 2[1],[2].

À son retour, il retrouve sa place au sein des « Mousquetaires », la fameuse ligne d'attaque Ciel et Blanc qui pratique un jeu particulièrement spectaculaire, qualifié alors de « tourbillon »[3]. Il remporte avec le Racing la Coupe de France en 1949 (en étant impliqué dans trois des cinq buts de son équipe en finale)[4], et se voit deux fois sélectionné en équipe de France cette année-là[5]. Son équipe s'incline l'année suivante lors d'une nouvelle finale de Coupe de France.

En 1952 il quitte la capitale et poursuit sa carrière au RC Strasbourg, en Division 2, où il continue à marquer de nombreux buts. Il rejoint l'année suivante le Red Star Olympique Audonien et y termine sa carrière professionnelle en 1957, après quatre nouvelles saisons en D2[1].

Quenolle signe en tant qu'entraîneur-joueur au Stade Saint-Germain, qui vient d'être promu en championnat de France amateur (CFA), l'élite amateur. Sous la férule de Quenolle, entraîneur passionné, râleur et contestataire, Saint-Germain se maintient pendant onze saisons consécutives, et se structure, en créant notamment une école de football. Quenolle quitte le Stade Saint-Germain en 1969, sur une 3e place dans le groupe Ouest de CFA, le meilleur classement jamais atteint par le club. Un an plus tard, le club devient le « Paris Saint-Germain ».

Quenolle reste ensuite l'entraîneur de l'AS Poissy de 1969 à 1983, en DH de Paris Île-de-France puis en Division 3. Le club atteint même la Division 2 en 1977-1978[6].

Il quitte ensuite le monde du football et meurt en 2004. Le 22 septembre 2007 à l'occasion du match de CFA opposant l'AS Poissy au Paris SG B, un hommage lui est rendu par les deux clubs : une gerbe de fleur est déposée devant la plaque du terrain d'honneur baptisé à son nom[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Joueur

Entraîneur

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Roger Quenolle », sur national-football-teams.com (consulté le 27 février 2015)
  2. « Roger Quenolle », sur racingstub.com (consulté le 27 février 2015)
  3. Claude André et Jean–Pierre Lemaux, « 05/10/2010 - Interview d'Ernest Vaast », sur www.miroirdufootball.com,‎ (consulté le 29 août 2012)
  4. « COUPE DE FRANCE 1949 », FFF.fr (consulté le 26 février 2015)
  5. « Roger Quenolle », FFF.fr (consulté le 27 février 2015)
  6. Fiche de Roger Quenolle sur footballdatabase.eu
  7. "Un derby de la mémoire", in Le Parisien édition Yvelines, vendredi 21 septembre 2007, page VII.