Robert Lascar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Lascar

Nom de naissance Robert Achille Lascar
Naissance 4 novembre 1944 (69 ans)
France
Nationalité Drapeau de la France France

Robert Lascar, né le 4 novembre 1944 à Redon (Ille-et-Vilaine), est un homme d'affaires français, président du groupe de distribution textile Omnium (Enseignes Burton of London, Devred et Eurodif)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Lascar est né dans une famille de commerçants, fils d’une fratrie de 4 enfants. Il effectue sa scolarité au collège St Sauveur de Redon, et arrête ses études en seconde pour commencer à travailler avec son père. Il acquiert la bosse du commerce en faisant les marchés, puis en travaillant au magasin du quartier Siam à Brest, ensuite à celui de Rennes.

En janvier 1971, au décès accidentel de son père, propriétaire d’une dizaine de magasins dans l’Ouest, il lui succède pour gérer l’affaire, en y associant la famille[2].

En 1980, il fonde Eurodif, à l’origine du groupe. Il décide ensuite de développer le groupe par acquisitions. En 1991, il achète la marque Burton of London; puis en 1992, la marque Bouchara. En 1996, il acquiert l’enseigne Devred, réseau de 100 magasins de prêt-à-porter masculin, puis en 1998 les 118 magasins Maxi-Livres. En 2011, il est à la tête du groupe Omnium qui regroupe plus de 400 points de vente[3].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Robert Lascar est membre du Club des Trente, club de réflexion et d’action au service de la Bretagne qui regroupe une soixantaine de grands patrons bretons.

Robert Lascar est également président de l’association Mécénat Bretagne, association de particuliers et d’entreprises bretonnes ayant pour objet de préserver et enrichir le patrimoine breton.

Depuis la montée en Ligue 1 du club de football Stade brestois 29, Robert Lascar est partenaire du club.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'Eurodif à Maxi Livres, Robert Lascar dit tout, blog.breizh.bz, 4 décembre 2006
  2. La bosse du commerce, L'express, 25 septembre 2003
  3. « Eurodif, le milliardaire breton de la distribution française », Entreprendre,‎ 7 mars 2011 :

    « Eurodif, Devred, Burton...trois enseignes, un seul groupe (Omnium) et un homme fort, Robert Lascar. Ce Brestois de caractère a bâti un véritable empire de la distribution textile. « En 1971, nous étions propriétaires d'une dizaine de magasins, sous l'enseigne "Léon Soldeur", et avons choisi de multiplier ce modèle de solderie au cœur des centres-villes. C’est cette culture du prix bas, des achats par lots, qui a orienté les aires de développement avec la création de l'enseigne Eurodif ». De fil en aiguille, les rachats se multiplient: Bouchara. Burton. Devred (permettant ainsi un renforcement sur le milieu de gamme et une diversification dans le prêt- à-porter)... mais aussi Maxi-Livres ! Malheureusement, la dernière décennie a donné lieu à des hauts et des bas, le groupe Omnium entrant alors en phase de recentrage et restructuration. Résultat: en 2006, le groupe décide de ne plus soutenir Maxi-Livres, dont l'activité peine à trouver son équilibre financier, et cède plusieurs sites au groupe Inditex-Zara avec reprise du personnel (9 magasins Bouchara et 5 Eurodif). Quelle stratégie économique a finalement permis au groupe d'afficher un chiffre d'affaires de plus de 455 millions d'euros ? « Pour asseoir notre développement nous avons toujours fait le choix d’emplacements de qualité. Même par ces temps difficiles, ils n'ont aucunement perdu de leur valeur. Dès lors, nous nous sommes appuyés sur la qualité de ces emplacements (N°1 ouo 1 bis) pour repenser les fondamentaux du modèle économique de chacune de nos enseignes : concept magasin, stratégie des marques, offre produit, sourcing, management, autour d’hommes impliqués et motivés par la bonne marche des affaires. La gouvernance du groupe est aujourd’hui articulée autour d’une holding légère - qui garantit le pilotage et assure le contrôle - et des enseignes disposant d’une large autonomie ». Conclusion : 3 enseignes subsistent, soit près de 400 points de vente et un siège social fermement ancré en Bretagne. On ne se refait pas ! »

Liens externes[modifier | modifier le code]