Relations entre le Kosovo et la Serbie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre le Kosovo et la Serbie
Drapeau : Kosovo
Drapeau : Serbie
Kosovo et Serbie
     Kosovo      Serbie

Les relations entre la République du Kosovo et la République de Serbie remontent à la création du Kosovo lors de sa déclaration d'indépendance en 2008, un accord que la Serbie rejette. Initialement, il n'y avait pas de relations entre les entités, mais les années qui ont suivi ont vu une augmentation des relations bilatérales entre les deux gouvernements.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article connexe : Indépendance du Kosovo.
Carte des États reconnaissant ou non le Kosovo.
Liste des États qui ont ou n'ont pas reconnu le Kosovo.
  •      Serbie
  •      États qui reconnaissent le Kosovo comme parti intégrante de la Serbie
  •      États qui reconnaissent le Kosovo comme État indépendant

Le Kosovo a unilatéralement déclaré son indépendance de la Serbie le 17 février 2008, une mesure non reconnue par la Serbie. En réaction, la Serbie a rappelé pour consultations ses ambassadeurs des pays qui avaient reconnu le Kosovo[1],[2] (les ambassadeurs accrédités dans les pays européens y sont retournés en juillet 2008[3]) et inculpé les dirigeants kosovars sur des accusations de haute trahison[4]. Le 15 août 2008, le ministre serbe des Affaires étrangères Vuk Jeremić a déposé une demande à l'Organisation des Nations unies pour chercher un avis consultatif de la Cour internationale de justice. L'Assemblée générale des Nations unies a adopté cette proposition le 8 octobre 2008[5].

Années 2008-2012[modifier | modifier le code]

Depuis la déclaration d'indépendance, la Serbie a refusé de traiter directement avec la province autonome du Kosovo-Metohija, mais seulement par les médiateurs internationaux MINUK[6] et EULEX[7]. Cependant, il y a eu une certaine normalisation, à partir de 2011, lorsque l'Union européenne a persuadé la Serbie de discuter des questions frontalières mineures avec le Kosovo, en février 2013 ; à cette occasion, les présidents du Kosovo et la Serbie se sont réunis à Bruxelles[8]. Les agents de liaison ont également échangé[9].

Le 27 mars 2012, quatre Serbes du Kosovo, dont le maire de Vitina, ont été arrêtés par la police du Kosovo en tentant de franchir la frontière contestée à Bela Zemlja pour retourner au Kosovo avec des matériaux pour la campagne électorale à venir. Ils ont ensuite été inculpés d'« incitation à la haine et à l'intolérance entre les groupes ethniques »[10].

Le lendemain, le syndicaliste Hasan Abazi a été arrêté avec son compatriote syndicaliste Adem Urseli par la police serbe en Serbie centrale/Kosovo, près de Gnjilane[10]. Abazi a été accusé d'espionnage et Urseli de trafic de drogue[11]. Le ministre serbe de l'Intérieur, Ivica Dačić, a déclaré à propos des arrestations que « la police serbe n'a pas souhaité prendre cette approche, mais la situation ne pourrait évidemment plus continuer sans représailles… Si quelqu'un veut contester ces arrestations, nous avons la réponse »[11]. Selon son avocat, Abazi a ensuite été placé à l'isolement[12]. Le 30 mars, la Haute Cour de Serbie à Vranje a annoncé la mise en détention pour trente jours d'Abazi, pour des accusations d'espionnage datant d'un incident en 1999 dans lequel Abazi aurait donné des informations à l'OTAN[12]. L'arrestation d'Abazi a été dénoncée par Amnesty International[13] et Human Rights Watch comme étant « arbitraire »[10].

Accords de 2013[modifier | modifier le code]

Octobre 2012 - avril 2013 : négociations[modifier | modifier le code]

Le 19 octobre 2012, les négociations de normalisation, pour lesquelles l'Union européenne a servi de médiateur, ont commencé à Bruxelles avec le Premier ministre serbe, Ivica Dačić, et le Premier ministre du Kosovo, Hashim Thaçi, lorsque les deux personnalités se sont assises à la table et ont entamé des pourparlers sur la normalisation des relations entre Pristina et Belgrade[14]. Atteindre un tel accord était une condition nécessaire à la candidature européenne de la Serbie[15]. Les gouvernements ont atteint lentement des accords et offres sur divers domaines, tels que la liberté de mouvement, les diplômes universitaires, la représentation régionale, le commerce et les douanes internationales. À Bruxelles, la Serbie et le Kosovo sont convenus que la mise en œuvre de l'accord frontalier commencerait le 10 décembre 2012[16]. Une rencontre historique a eu lieu le 6 février 2013, lorsque le président serbe Tomislav Nikolić et la présidente kosovare Atifete Jahjaga se sont assis à la même table pour la première fois, depuis que le Kosovo a déclaré son indépendance[17].

Suite à un accord en décembre 2012, les deux pays ont échangé des officiers de liaison qui travaillaient dans les locaux de l'Union européenne dans les deux capitales. Pristina a qualifié ces officiers d'« ambassadeurs », alors que Belgrade a rejeté une telle désignation[18].

De hauts responsables de la Serbie ont rencontré le Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, à Bruxelles le 11 mars 2013 ; le président serbe Nikolić y a déclaré que la Serbie et le Kosovo étaient très près de signer un accord qui permettrait d'améliorer leurs relations[19].

Le 19 avril 2013, les deux gouvernements ont conclu une entente[20] qui a été saluée comme une étape importante vers la normalisation des relations, qui permettrait à la Serbie et au Kosovo de devenir membres de l'Union européenne[15]. Parmi les autres mesures, l'accord établit une police indépendante et la cour d'appel de la minorité serbe au Kosovo, mais n'équivaut pas à une reconnaissance de l'indépendance du Kosovo par Belgrade[15]. Des dispositions suite au contrat sont proposées aux communautés serbes du nord du Kosovo[21]. Dans les bulletins de nouvelles, Ashton a été citée en disant : « Ce que nous voyons est un pas qui éloigne du passé et, pour chacun d'eux, un pas de plus vers l'Europe », tandis que Thaçi a déclaré : « Cet accord va nous aider à guérir les blessures du passé si nous avons la sagesse et la connaissance de l'appliquer dans la pratique »[15].

Avec cet accord de normalisation, la Serbie — qui a le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne depuis mars 2012 — renonça de facto à sa souveraineté sur sa « province » en échange de l'ouverture de négociations d'adhésion à l'Union européenne[22]. La Commission recommande donc d'ouvrir les négociations d'adhésion avec Belgrade et de négocier un accord d'association avec Pristina. Mais ce sera aux dirigeants européens de trancher au sommet de juin 2013. Pour le Kosovo, cela risque d'être néanmoins assez compliqué étant donné que cinq pays de l'Union européenne refusent encore de reconnaître son indépendance. L'Espagne l'a d'ailleurs rappelé, le 25 avril 2013[23].

En réaction à cet accord, les serbes du Kosovo veulent créer une Assemblée provinciale — en accord avec la Constitution serbe — pour empêcher leur intégration au sein du Kosovo, le statut de ce dernier restant un imbroglio politico-juridique[24].

Juin 2013 : ratification de l'accord[modifier | modifier le code]

L'accord fut ratifié par l'Assemblée du Kosovo le 28 juin 2013[25].

Le 7 août 2013, un accord fut annoncé entre les deux gouvernements afin d'établir des passages frontaliers permanents entre la Serbie et le Kosovo en 2014[26].

Le 9 septembre 2013, un accord fut trouvé pour permettre au Kosovo de se porter candidat à l'attribution de son propre indicatif téléphonique[27]. Deux jours plus tard, le gouvernement serbe annonça la dissolution des assemblées de la minorité serbe qui avaient été créées au nord du Kosovo, afin de permettre l'intégration de la minorité serbe du Kosovo dans la population générale du Kosovo[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Serbia recalls ambassador from US », sur le site de BBC News,‎ 19 février 2008 (consulté le 25 juillet 2008).
  2. (en) « Canada recognizes Kosovo, Serbia pulls ambassador », sur le site de CBC News,‎ 18 mars 2008 (consulté le 25 juillet 2008).
  3. (en) « Gouvernement to return ambassadors », sur le site de B92,‎ 24 juillet 2008 (consulté le 25 juillet 2008).
  4. (en) Richard Meares, « Serbia charges Kosovo leaders with treason », Reuters,‎ 18 février 2008 (lire en ligne).
  5. (en) « UN seeks World Court Kosovo view », sur le site de BBC News,‎ 8 octobre 2008 (consulté en 19 août 2009).
  6. (en) « Rule of Law liaison Office », sur le site de la MINUK (consulté le 21 avril 2013).
  7. (en) « Customs agreement with EULEX next », sur le site de B92,‎ 13 septembre 2009 (consulté le 21 avril 2013).
  8. (en) « Serbia and Kosovo : Inching closer », The Economist,‎ 2 février 2013 (lire en ligne).
  9. (en) « Belgrade, Priština to discuss energy next week », sur le site de B92,‎ 2 février 2013 (consulté en 11 février 2013).
  10. a, b et c (en) « Serbia/Kosovo : Halt Arbitrary Arrests », sur le site d'Human Rights Watch,‎ 31 mars 2012 (consulté le 19 avril 2012).
  11. a et b (en) « Dacic : Kosovo Trade Unionist Arrest Is Retaliation », sur le site d'Eurasia Review,‎ 28 mars 2012 (consulté le 19 avril 2012).
  12. a et b (en) Fatmir Aliu, « Hasan Abazi Faces Month in Custody », sur le site de Balkan Insight,‎ 30 mars 2012 (consulté le 19 avril 2012).
  13. [PDF] (en) « Serbia : Amnesty International condemns « retaliatory » arrest of Kosovo Albanian trade unionist », sur le site d'Amnesty International,‎ 29 mars 2012 (consulté le 19 avril 2012).
  14. (en) « Dacic and Thaci Meet in Brussels, Make History 0 », sur le site de Balkan Insight,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 19 avril 2013).
  15. a, b, c et d (en) « Serbia and Kosovo reach EU-brokered landmark accord », sur le site de BBC News,‎ 19 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013).
  16. (en) « Serbia PM Pledges Kosovo Solution in 2013 », sur le site de Balkan Insight,‎ 6 décembre 2012 (consulté le 19 avril 2013).
  17. (en) « Kosovo, Serbia Presidents Hail Outcome of Talks », sur le site de Balkan Insight,‎ 7 février 2013 (consulté le 19 avril 2013).
  18. (en) Kreshnik Hoxha, « Kosovo, Serbia Liaison Officers to Start Work », sur le site de Balkan Insight (consulté le 19 avril 2013).
  19. (en) « Nikolic: Very Close To An Agreement With Kosovo », sur le site de Balkan Inside (consulté le 19 avril 2013)
  20. (en) « Unofficial text of proposed Kosovo agreement », sur le site de B92,‎ 19 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013).
  21. (en) « Kosovo and Serbia Reach Historic Deal in Brussels », sur le site de Balkan Insight,‎ 19 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013).
  22. Jean-Jacques Mevel, « Belgrade sacrifie le Kosovo sur l'autel de l'Europe », Le Figaro,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne).
  23. « Rajoy : L'Espagne ne reconnaîtra pas l'indépendance du Kosovo », sur le site de Radio Serbie Internationale,‎ 25 avril 2013 (consulté le 27 avril 2013).
  24. « Des Serbes veulent se séparer du Kosovo », Le Figaro,‎ 28 mai 2013 (lire en ligne).
  25. (en) « Kosovo MPs Defy Protests to Ratify Serbia Deal », Balkan Insight,‎ 28 juin 2013 (lire en ligne).
  26. (en) « Permanent Kosovo-Serbia Border Crossings Due in 2014 », Balkan Insight,‎ août 2013 (lire en ligne).
  27. (en) « Belgrade, Pristina Strike Telecoms and Energy Deals », Balkan Insight,‎ 9 septembre 2013 (lire en ligne).
  28. (en) « Serbia Pulls Plug on North Kosovo Assemblies », Balkan Insight,‎ 11 septembre 2013 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]