Pyrosome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Pyrosomes, nom vernaculaire pouvant s’appliquer à l’ordre des Pyrosomida, à la famille des Pyrosomidae ou au genre Pyrosoma, du Grec Pyros (« Feu ») et Soma (« Corps »), sont des Urochordés ou Tuniciers (les plus proches parents actuels connus des vertébrés) Thaliacées vivant dans les mers tempérées et chaudes. Ils se présentent sous la forme de colonies flottantes pouvant atteindre quelques mètres, en forme de manchon cyclindrique constitué de nombreux petits organismes sexués. Ils se distinguent des autres Thaliacés (dolioles et salpes, dont ils sont proches) par leur plus grand nombre de fentes branchiales (quelques dizaines) et leur possession d’une cavité péribranchiale.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Les Pyrosomes n’ont pas de stade larvaire. L’oozoïde, un embryon à la surface d’un vitellus télolécithe, ne se développe pas complètement et donne une colonie de 4 blastozoïdes primaires stériles associés entre eux en une colonie dite tétrazoïde, qui forment un stolon au niveau de la partie antérieure. Ce stolon s’allonge et s’étrangle en quatre strobiles stoloniaux, qui à leur tour, suite à la dégénérescence de l’oozoïde, qui forme une tunique, bourgeonnent en blastozoïdes secondaires sexués, qui forment la colonie par bourgeonnements successifs. Une colonie peut renfermer des centaines voire des milliers d’individus. Les individus les plus âgés sont présent vers l’extrémité de la colonie. Chacun de ces blastozoïde est hermaphrodite : il possède un testicule et un ovaire débouchant sur le cloaque. La fécondation donne naissance à un nouvel oozoïde.

Anatomie[modifier | modifier le code]

La colonie se présente sous forme d’un grand manchon cylindrique ou conique fermé à une extrémité.

Colonie de Pyrosoma elegans. A : vue de côté. B : Vue de la colonie par l'extrémité ouverte.

Les blastozoïdes secondaires sexués, mesurant chacun quelques millimètres, forment la paroi de la colonie. Leurs tuniques ont fusionné. Le siphon buccal des animaux s’ouvre vers l’extérieur de la colonie. Les siphons cloacaux s’ouvrent quant-à-eux à l’autre extrémité  : vers l’intérieur du manchon, dans la cavité, formant un cloaque commun à toute la colonie. Les deux siphons sont donc opposés, ce qui distingue les blastozoïdes des Ascidies, chez qui les siphons s’ouvrent sur la même face. Le siphon buccal débouche sur le pharynx, constitué d’un grand nombre de fentes branchiales, qui débouche sur l’intestin. Celui-ci est relié au siphon cloacal. L’eau emprunte ce chemin, de la bouche au cloaque, poussée par les battements des cils des cellules ciliées présentes au niveau du pharynx, et l’animal se nourrit des particules organiques en suspension dans l’eau. Les blastozoïdes disposent de ganglions cérébroïdes et d’organes photorécepteurs. Leur pharynx contient également un organe de bioluminescence, qui contient en réalité des bactéries capables d’émettre de la lumière. C’est de cette particularité que les pyrosomes tirent leur nom (voire plus haut). Juste au-dessus du siphon cloacal, les individus disposent d’appendices tunicaux capables d’expulser l’eau du manchon ; cela permet un déplacement de la colonie. Les blastozoïde possèdent à la base de leur pharynx un stolon ventral. C’est lui qui permet le bourgeonnement de nouveaux blastozoïdes.

Jeune colonie de pyrosomes. Noter la forme caractéristique de la colonie
Schéma de coupe de colonie de Pyrosomes. On peut voir 4 blastozoïdes secondaires sexués. br : orifice branchial ; at : orifice atrial ; tp : processus du test ; br s : sac branchial. On peut également voir le stolon ventral en bas à gauche des individus.

Écologie[modifier | modifier le code]

Les pyrosomes appartiennent au plancton. Les colonies flottent librement près de la surface de l’eau et les déplacement sont principalement liés aux courants. Toutefois l’expulsion d’eau par le cloaque, coordonnée entre les individus permet des déplacements réduits.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Beaumont et Pierre Cassier, Biologie animale, les Cordés : Anatomie comparée des vertébrés, 9e édition, Dunod, 2009, ISBN 978-2-10-051658-2.