Pompe biologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échange de CO2 entre l'air et la mer.

Dans la biogéochimie des océans, la pompe biologique, également connu sous le nom de cycle marin du carbone est une série de processus biologiques conduisant à transporter le carbone de la zone photique dans les fonds marins.

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Le carbone organique qui forme la pompe biologique est transporté tout d'abord par des particules de matière qui coulent dans les fonds marins, comme par exemple des organismes morts (incluant les tapis d'algues) ou des excréments. Toutefois, du carbone atteint le fond de l'océan sous forme de carbone organique dissous par divers processus physiques.

Le carbone atteignant les fonds océaniques par ces moyens peut être sous la forme organique ou sous la forme de particules inorganiques comme le carbonate de calcium (CaCO3). Celui-ci est un composant essentiel des organismes calcifiés comme les coccolithophoridés, les foraminifères ou les Thecosomata.

Dans le cas de matériaux organiques, le processus de reminéralisation (ou décomposition) comme la respiration bactériennes, produit du dioxyde de carbone qui se dissous dans l'eau. Les carbonates de calcium se dissolvent à une vitesse dépendante du milieu. Comme ces processus sont généralement plus lents que la synthèse de matière organique à la surface, et du fait de la chute des particules dans les fonds marins, la pompe biologique transporte la matière de la surface de l'océan vers les profondeurs.

La pompe biologique tient un rôle important dans le cycle global du carbone, et c'est pour cela que des efforts significatifs sont réalisés pour quantifier ce phénomène.

Le fer semble jouer un rôle important en tant que facteur limitant[1], et dont les apports varient fortement selon les climats continentaux et le taux de couverture des sols. L'humanité a fortement augmenté les apports en fer, mais pas nécessairement sous des formes bioassimilables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christaki, U., Obernosterer, I., Van Wambeke, F., Veldhuis, M., Garcia, N., Catala, P. 2008. Microbial food web structure in a naturally iron fertilized area in the Southern Ocean (Kerguelen Plateau)., Deep Sea Research II, doi:10.101/j.dsr2.2007/12.009, 55:706-719

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]