Plan Fer-à-cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Plan Fer-à-cheval (en allemand : Hufeisen Plan) aurait été, selon le ministre allemand de la Défense Rudolf Scharping s'exprimant le 9 avril 1999[1] élaboré et longuement préparé par le gouvernement Milosevic, pour expulser la totalité de la population albanaise du Kosovo, ou pire, pour la massacrer, soit un « nettoyage ethnique[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9] ». Ce plan fut utilisé comme argument pour justifier la campagne de bombardement de l'OTAN lors de la guerre du Kosovo et a été retenu à charge contre Slobodan Milošević par le TPIY en 2000.

Le 8 février 2001, la chaîne allemande ARD diffusa un documentaire intitulé Au commencement fut le mensonge, dévoilant qu'il n'y avait jamais eu de « Plan Fer-à-cheval » et qu'il s'agissait d'un faux (campagne d'« intoxication ») du gouvernement allemand[10]. L'émission diffusa également une prise de position compromettante du porte-parole britannique de l'OTAN, Jamie Shea, à ce sujet : « Non seulement le ministre Scharping, mais aussi le chancelier Schröder et le ministre Fischer furent un exemple grandiose de leaders politiques qui ne s'alignent pas sur l'opinion publique mais savent la modeler. En dépit de fâcheux dommages collatéraux et malgré la durée des bombardements, ils ont su maintenir le cap. Si nous avions perdu le soutien de l'opinion publique allemande, nous aurions aussi perdu celui des pays partenaires. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heinz Loquai, Der Kosovo-Konflikt. Wege in einen vermeidbaren Krieg. Die Zeit von Ende November 1997 bis März 1999, Nomos Verlagsgesellschaft, Baden-Baden 2000, (ISBN 3789066818.)
  • Jürgen Elsässer, La RFA dans la guerre au Kosovo, L'Harmattan, 2002, chapitre V Wag the dog.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Un Fer à cheval " pour l’intox : le ministre allemand de la Défense, Rudolf Scharping, a fait état de l’existence de ce plan le 9 avril 1999 en assurant qu’il avait commencé à être mis eu ouvre dès novembre 1998 au Kosovo.
  2. Thinking About Yugoslavia: Scholarly Debates About the Yugoslav Breakup and the Wars in Bosnia and Kosovo, Sabrina P. Ramet, 2005
  3. Understanding the war in Kosovo, Florian Bieber, Židas Daskalovski, 2003
  4. Yugoslavia unraveled: sovereignty, self-determination, intervention, par G. Raju & C. Thomas, 2003
  5. First do no harm: humanitarian intervention and the destruction of Yugoslavia, par David N. Gibbs
  6. Kosovo one year later: from Serb repression to NATO- sponsored ethnic cleansing
  7. "Operation Horseshoe" —propaganda and reality, By Peter Schwarz
  8. Dictionary of Genocide: M-Z, par Samuel Totten, Paul Robert Bartrop, Steven L. Jacobs, 2008
  9. alleged operation 'Horseshoe'
  10. Selon Le rôle des Allemands dans les Balkans, un ancien ambassadeur témoigne, Rudolf Scharping, l'inventeur des « camps de concentration serbes » au Kosovo et du prétendu plan « fer à cheval » a agi avec l'aval de Gerhard Schröder, qui a déclaré au moment de l'invasion : « nous ne faisons pas la guerre, mais sommes amenés à imposer une solution pacifique au Kosovo par des moyens militaires également ».