Physignathus cocincinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Physignathus cocincinus

Description de cette image, également commentée ci-après

Physignathus cocincinus femelle

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Agamidae

Genre

Physignathus
Cuvier, 1829

Nom binominal

Physignathus cocincinus
Cuvier, 1829

Synonymes

  • Lophura cuvieri Gray, 1831
  • Physignathus cochinchinensis Guérin, 1829
  • Dilophyrus mentager Günther, 1861
  • Physignathus cocincinus caudicinctus Barbour, 1912

Physignathus cocincinus, unique représentant du genre Physignathus, est une espèce de sauriens de la famille des Agamidae[1], originaire du Sud-Ouest de l'Asie. En français, elle est appelée Dragon d'eau vert ou Dragon d'eau chinois. Certaines animaleries le vendent sous le nom trompeur d'agame aquatique[2], qui désigne normalement Intellagama lesueurii, agame australien.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un reptile de couleur verte, souvent olivâtre, présentant des bandes transversales plus brunâtres, notamment visibles au niveau de la queue. Le ventre peut présenter des taches orangées. La base de la mandibule est plus claire, voire blanc rosé, et la gorge peut présenter une coloration blanche ou brune. Une ligne horizontale noirâtre, plus ou moins bien définie selon les individus, barre l'œil.

La queue est très longue, atteignant les 2/3 de la taille totale[2], et aplatie latéralement. Adulte, cet agame peut atteindre 1 mètre de longueur[2] voire plus et fait partie des plus grandes espèces de cette famille. Mais les dragons d'eau sont, en règle générale, beaucoup plus petits, 65 à 75 cm environ.

Les mâles adultes de taille « standard » pèsent environ 600 g et sont beaucoup plus massifs que les femelles qui elles, pèsent environ 350 g[réf. nécessaire]. Les mâles ont sur la nuque et le dos une crête constituée d'écailles en forme de piquant, aussi présente chez la femelle bien que beaucoup moins développée. Cette espèce présente, comme de nombreux reptiles, les restes d'un œil pariétal sur le sommet du crâne.

Comportement[modifier | modifier le code]

Cet agame est diurne et arboricole. Il se nourrit non seulement d’insectes (criquets et sauterelles, grillons, blattes, etc.) mais aussi de petits mammifères (souriceaux…) et de fruits .

À partir d'une longueur tête-tronc de 15 à 17 cm[réf. nécessaire], les individus sont sexuellement matures. Cette espèce est ovipare, la femelle pond dans un terrier creusé par elle de 10 à 12 œufs[2] qui, une fois recouverts, incubent de deux à trois mois. Les petits sont plus strictement insectivores.

En captivité, l'espérance de vie de cet agame est d'environ 10 ans[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre au Cambodge, Thaïlande, Vietnam et dans le Sud de la Chine. Sa présence en Birmanie est incertaine[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

C'est une espèce qui vit dans les forêts chaudes et humides, généralement à proximité d'un plan d'eau.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Cuvier, 1829 : Le Règne Animal distribué, d'après son organisation, pour servir de base à l'Histoire Naturelle des Animaux et d'introduction à l'Anatomie Comparé. Nouvelle Édition. Les Reptiles. Déterville, Paris, vol. 2, p. 1-406 (texte intégral)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a, b, c, d et e Franck Rival, Nouveaux animaux de compagnie, Artémis,‎ octobre 2001, 125 p. (ISBN 2844160999), p. 34