Agamidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agamidae

Description de cette image, également commentée ci-après

Ctenophorus decresii

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania

Famille

Agamidae
Spix, 1825

Synonymes

  • Agaminae Spix, 1825
  • Stellionidae Bell, 1825
  • Calotae Fitzinger, 1843
  • Otocryptae Fitzinger, 1843
  • Lophurae Fitzinger, 1843
  • Leiolepides Fitzinger, 1843
  • Leiolepidinae Fitzinger, 1843
  • Leiolepinae Fitzinger, 1843
  • Uromasticidae Theobald, 1868

Les Agamidae sont une famille de sauriens. Elle a été créée par Johann Baptist von Spix en 1825. Elle contient plus de 400 espèces. Les espèces de cette famille sont appelées agames.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les espèces de cette famille se rencontrent en Afrique, en Asie, en Australie et quelques-unes dans le sud de l'Europe.

Description[modifier | modifier le code]

Les Agamidae n'ont pas de spécificité particulière notable. Ce sont des lézards en général plutôt massifs, avec une tête en général bien marquée, et ils présentent des membres bien développés, pourvus de griffes. Ils ont cinq doigts à chaque membre (à part Sitana ponticeriana) et sont pour une grande majorité muets.

Cette famille comprend des lézards de taille variée : les plus petites atteignent en général 20 cm avec la queue, et les plus grandes espèces dépassent rarement un mètre.

Ils sont assez proches des Iguanidae, et diffèrent surtout par leur répartition géographique ainsi que par la structure de leur dentition : leurs dents sont de type acrodonte, c'est-à-dire qu'elles sont fixées au sommet des maxillaires (alors que chez les Iguanidae, elles sont fixées sur la face interne de celles-ci).

Chez certaines espèces, il existe un dimorphisme sexuel marqué. Les mâles présentent en général des spécificités par rapport aux femelles : crêtes (Hydrosaurus par exemple), coloration plus vive, épines plus développées, corps ou tête plus massifs, …

Mode de vie[modifier | modifier le code]

On rencontre ces reptiles dans de nombreux pays et dans des conditions climatiques différentes.

On rencontre de nombreuses espèces dans des milieux arides ou semi-arides, mais aussi en plein désert comme Moloch horridus ou Pogona vitticeps, dont certaines populations vivent dans le grand désert australien.

D'autres vivent dans les bushs et savanes africaines, comme Agama agama, aussi appelé agame des colons.

De nombreuses espèces vivent également dans des milieux humides (forêts pluviales), ou tropicaux humides. Certaines espèces sont même semi-aquatiques comme certaines espèces de Physignathus ou de Hydrosaurus.

Enfin quelques espèces sont adaptées à des climats plus froids, vivant à haute altitude, par exemple à près de 6 000 mètres dans les montagnes de l'Himalaya où la température peut descendre largement en dessous de 0 °C.

Ce sont dans l'ensemble des animaux diurnes et terrestres, mais ceux habitant les forêts sont fréquemment arboricoles ou semi-arboricoles.

Il faut également noter la spécificité du genre Draco, qui comprend les lézards « volants » : ce sont des reptiles pourvus d'une membrane entre les membres antérieurs et postérieurs qui leur permet de planer. Ils s'en servent pour s'élancer des arbres, par exemple pour échapper à des prédateurs.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les agamidés sont des reptiles au régime varié selon les espèces. La plupart consomment de petits arthropodes ou parfois de petits vertébrés. D'autres sont végétariens. Les autres enfin sont omnivores. Certaines espèces changent de régime alimentaire selon les saisons ou au cours de leur croissance.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La grande majorité des espèces d'agamidés sont ovipares, c'est-à-dire qu'elles pondent des œufs.

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (12 avril 2013)[1] :

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme agamidae, semble venir de agama, nom donné à un lézard (voir Agama et Agame des colons)[2].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Le genre Leiolepis est parfois placé dans la famille des Leiolepididae.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Bell, 1825 : Description of a new species of Lizard. Zoological Journal, London, vol. 1, p. 457-460 (texte intégral).
  • Fitzinger, 1843 : Systema Reptilium, fasciculus primus, Amblyglossae. Braumüller et Seidel, Wien, p. 1-106 (texte intégral).
  • Spix, 1825 : Animalia nova sive species nova lacertarum quas in itinere per Brasiliam annis MDCCCXVII-MDCCCXX jussu et auspicius Maximiliani Josephi I Bavariae Regis suscepto collegit et descripsit Dr. J. B. de Spix, p. 1-26 (texte intégral).
  • Theobald, 1870 "1868" : Catalogue of the reptiles of British Birna, embracing the provinces of Pegu, Martaban, and Tenasserim; with descriptions of new or little-known species. Journal of The Linnean Society of London, vol. 10, p. 4-67 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reptarium Reptile Database, consulté le 12 avril 2013
  2. Jean Lescure et Bernard Le Garff, L'étymologie des noms d'amphibiens et de reptiles d'Europe, Belin, coll. « Éveil nature »,‎ 2006, 207 p. (ISBN 2-7011-4142-7)