Phragmite aquatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Phragmite d'Europe.

Phragmite aquatique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Acrocephalidae
Genre Acrocephalus

Nom binominal

Acrocephalus paludicola
(Vieillot, 1817)

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A2c+3c : Vulnérable

Le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) est une espèce de passereau migrateur de la famille des Acrocephalidae.

Description[modifier | modifier le code]

Le Phragmite aquatique est un petit oiseau qui mesure 12-13 cm et pèse de 10 à 14 g. Ce passereau est marron-beige sur le dessus, avec le dos et la tête rayés de stries sombres allongées dans le sens longitudinal essentiellement. Une ligne noire parfois indistincte lui barre l'œil, du bec jusqu'à la région de l'oreille. Une large zone beige-jaunâtre sépare la ligne sombre de l'œil des stries sombres de la tête. Le dessous est beige très clair à blanc.

Il peut être confondu avec la Lusciniole à moustaches.

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit essentiellement d’insectes et d’araignées.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

En Europe, il est réparti à l'est et au sud de la Baltique.

Il vit dans les zones marécageuses et près des plans d'eau dont les rives sont occupées par une cariçaie.

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Cette espèce est inscrite à l'annexe I de la Directive oiseaux et de fait protégée par la Commission européenne. En effet, sa population européenne est estimée à seulement 10 000 couples nicheurs et 20 000 jeunes, du fait d'une diminution drastique de ces effectifs sur son aire de répartition européenne (Europe de l'Est). Les causes de ce déclin seraient le développement de l'agriculture aux dépens des zones marécageuses (drainage agricole) et l'abandon du fauchage traditionnel des bords de cours d’eau, provoquant l'apparition de roselières denses et de buissons qui ne conviennent pas à la nidification du Phragmite aquatique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) European Commission, « Aquatic Warbler Acrocephalus paludicola », sur http://ec.europa.eu (consulté le 23 décembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Bargain, Arnaud Le Nevé et Gaëtan Guyot, « Première zone d'hivernage du phragmite aquatique Acrocephalus paludicola découverte en Afrique », Ornithos, Rochefort, Ligue pour la protection des oiseaux, vol. 15-6,‎ novembre - décembre 2008, p. 411-424 (ISSN 1254-2962)

Le Nevé A., Bargain B., Provost P. & Latraube F. (2009) – Le phragmite aquatique Acrocephalus paludicola; Plan national d’actions 2010 – 2014. Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, Direction régionale de l’Environnement Bretagne, Bretagne Vivante – SEPNB. 177 p.

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :